Aller au contenu

 

Photo

Fiche d'élevage de mes espèce de fourmis.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
11 réponses à ce sujet

#1 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 06 juin 2010 - 20:41

Crematogaster Scutellaris
Image IPB

Taille :
Reine : 8mm. Ouvrières : 3 a 6mm – pas de soldats

Particularité morphologique
Cette espèce a la particularité de pouvoir redresser son gastre jusqu'à sa tête. Elles produisent au bout de leurs dards une phéromone qui joue un rôle de répulsif mais qui permet aussi d’avertir la colonie d’un danger.

Résumé
Fourmi lignicole (et non xylophage) de petite taille des régions méditerranéennes, malgré son caractère monogyne, elle forme des colonies très populeuses. On peut observer de rare cas d’olygogynie. La reine de cette espèce pond par cycles, l'on observe alors une très forte physogastrie chez cette dernière en raison de la suractivité des ovaires. Il convient de bien nourrir la colonie dans ces moments là, et encore plus lorsque les œufs arrivent à terme.

Fondation
Crematogaster scutellaris est dite à fondation indépendante, c'est donc la reine seule qui élève la première génération d'ouvrières. Il convient donc de la placer dans un tube à essai pourvu d'une réserve d'eau, réserve qui sera encore une fois séparée par un bouchon de coton de l'espace occupé par la reine, celle-ci détestant l'humidité excessive.
Essaimant à la fin de l'été et au début de l'automne, la reine attend souvent le printemps suivant pour commencer à pondre.
Il est très rare de voir une gyne pondre avant l'hiver, mais les cas existent. Il est alors préférable de la laisser élever sa première génération d'ouvrières avant de la placer en condition d'hivernage.
Une fois le mois de février arrivé, il faut alors placer la gyne dans des conditions de température plus favorable, le mieux étant de dépasser les 25°C en journée. Il faudra alors attendre environ 10 semaines avant de voir les premières ouvrières. Elles sont très longues à arriver, Crematogaster scutellaris détient le record de l'espèce ayant une durée de l'œuf à l'imago le plus long, plus de 2 mois), mais une fois la quinzaine d'ouvrières parvenue, la croissance est très rapide. La nymphose est dite nue; les larves ne tissent pas de cocon.

Que faire ensuite ?
Une fois les premières ouvrières arrivées, il faut connecter le tube à essai à une aire de chasse pourvue d'un dispositif anti-évasion, et leur proposer de la nourriture. Friande de liquide protéiné sucré, on leur en proposera régulièrement, si possible dans l'entrée du tube (déposé sur un bout de plastique pour ne pas le salir). Un petit insecte de temps à autre, surtout lors de l'apparition des larves, sera le bienvenu.

Le nid
Crematogaster scutellaris est une espèce capable de creuser un nid en béton cellulaire, bien qu'elles en arrivent rarement à cette extrêmité, il est donc préférable de préparer un nid blindé lorsque la colonie deviendra populeuse.

Nourriture
Élevant de gigantesques colonies de pucerons dans la nature, elles sont très friandes de liquides sucrés. Ainsi pour une jeune colonie, le miellat artificiel ou du lait sucré accompagné de petits insectes feront parfaitement l'affaire.
Pour une colonie plus populeuse, et afin de garantir un bon développement, l'apport en nourriture doit être conséquent. Ne pas hésiter à leur donner de beaux insectes bien gras, et de leur distribuer souvent de la nourriture liquide. Elles constituent des réserves de nourriture au sein du nid sous forme de petites boulettes d'aliment.

Humidité
Crematogaster scutellaris est une espèce xérophile, c'est a dire qu'elle aime les nids secs, un abreuvoir dans l’aire de chasse suffit à leur besoin. Humidifier le nid peut même être utilisé pour faire déménager la colonie.

Température
Période de croissance : 27°C à 30°C la journée et 23°C à 25°C pour la nuit (ne pas descendre en dessous de 20°C)
Période de diapause : 10 à 15°C du mi-novembre jusqu'à mi-février. La diapause est facultative et peut être supprimé sans dommage pour la colonie.

Développement (à 27°C):
Œuf --> Larve = 1 semaine
Larve --> Nymphe = 3 semaines
Nymphe --> Ouvrière = 1 semaine
(ces temps peuvent être multipliés par 2 à une température de 22°C)

Lasius flavus
Image IPB

Généralités: fourmis de petite taille, entre 1,7 et 4 mm, de couleur jaune d'or. On retrouve d'ailleurs cette couleur jaune sur les pattes de la gyne, sans que pour autant cela soit un élément déterminant dans l'identification de l'espèce. Il peut y avoir des différences de tailles importantes chez les ouvrières; une pseudo caste de major avec de grandes ouvrières existent, leur tête est d'ailleurs plus proche du brun que du jaune. Lasius flavus est très commum, surtout en pays humide et dans les prairies. Toute l'Europe; son peuplement s'arrête brusquement à 2 200 mètres d'altitude. En région méditerranéenne, il est commun en montagne mais rare en dessous de 400 m.
La fondation est dépendante et l'espèce monogyne. Des cas de polygynies existent aussi (cas de gynes apparentées et issues d'un même essaimage). Attention aux pléométroses primaires qui n'ont rien à voir avec une polygynie. Les essaimages ont surtout lieu au moins d'août.

Identification: être une ouvrière de couleur jaune ne veut pas forcément dire être un Lasius flavus. Lasius mixtus et Lasius myops possèdent également des ouvrières de cette couleur. Même si Lasius flavus est l'espèce dominante, l'identification est délicate.

Comportement: la vie souterraine est la règle chez cette fourmi. Elle construit des dômes de terre assez élevés, ou le long de graminées, dans les prairies et ne sort pas de ces monticules, qui ne présentent aucun orifice externe. Elle y élève des colonies importantes de pucerons des racines qui sont quasiment son uniquement source alimentaire (pucerons et leur miellat). Lasius flavus préfère les terrains frais et humides, découverts, granitiques surtout, de faible pente et supporte des biotopes marécageux mieux que la plupart des autres fourmis.

Maintien en captivité: si faire fonder une gyne Lasius flavus est très facile (comme la plupart des Lasius, un simple tube à essai fait l'affaire), maintenir cette espèce en captivité, une fois le stade de la fondation dépassée, peut s'avérer compliquer !!! Si offrir l'hygrométrie de 100% dont il a besoin ne présente ni une spécificité, ni une difficulté, offrir un nid adéquat et une nourriture appropriée ne sont pas chose aisée et en cela il se distingue de Lasius niger ou emarginatus. Une petite colonie peut se laisser mourir de faim si le nid ne convient pas, il est donc important d'y apporter le plus grand soin.
Il faut éviter les nids avec de nombreuses salles et des couloirs (nid d'un seul tenant donc) et l'ADF doit non seulement être humide (sans cela les ouvrières ne s'y rendront pas), mais aussi très proche du nid. Une hauteur de plafond jusqu'à 1 cm convient; cette hauteur est même souhaitable afin de permettre aux ouvrières de monter sur la gyne pour la toiletter. Dans son comportement naturel, Lasius flavus vit parmi les pucerons élevés, il n'y a pas de fourragement à strictement dire et c'est cette attitude qu'il est difficile de reproduire en milieu artificiel et qu'il lui confère un "caractère craintif". Les ouvrières se noient très facilement dans le pseudo-miellat (mélange d'un liquide avec une substance sucrée comme le miel ou le sirop d'érable), il faut donc prévoir un coton ou mettre du sable dans le miellat fabriqué pour éviter ce genre de soucis. Les proies vivantes sont à proscrire. Il est par contre fort utile de donner des pucerons vivants afin de fournir des protéines pour les larves.
Une diapause est nécessaire à l'espèce; prévoir 3 mois au frais aux alentours de 10°C.

Cette espèce, fort courante sur les sites de vente, est à déconseiller aux débutants.


Lasius niger
Image IPB

Résumé :

Lasius niger est une espèce communément appelée fourmi noire. Elle est présente dans presque toute la France (hormis le sud). C'est une espèce de base, elle est très facile à élever. De plus, le développement est rapide, car Lasius niger s'adapte très facilement aux milieux proposés. Elle est donc conseillée aux débutants, et aussi aux membres confirmés.
C'est une bonne bâtisseuse, donc n'hésitez pas à lui donner des petits outils, tel du sable, pour les voir améliorer leur habitat. Elle essaime en masse de fin juin à fin août, il est donc simple de récupérer des reines. Lasius niger est une espèce monogyne, donc une seule reine par colonie.

Besoins de l'espèce pour l'élevage en captivité


Fondation :
Lasius niger est une espèce à fondation indépendante, c'est à dire que la reine fonde toute seule sa propre colonie, donc il est déconseillé de lui donner à manger, ou de lui apporter des ouvrières. Donc, dés que vous attrapez une reine, vous la mettez dans un tube à essais, avec une reserve d'eau. La première génération apparaitra entre 1 mois et 1mois et demi aprés la mise en tube.

Que faire ensuite :
Dés les premieres ouvrières arrivées, reliez le tube à essais à une aire de récolte, pour que la jeune colonie puisse se nourrir. Vous ne verrez pas souvent les ouvrières dehors, mais ne vous étonnez pas, elles sont juste timides et sortent un peu plus la nuit! Il est conseillé de les nourrir environ une fois par semaine lorsqu'elles sont peu.

Le nid :
Il peut se construire en Béton céllulaire, car les Lasius niger ne sont pas une une espèce foreuse, une espèce qui creuse les matière tendre. Pour l'humidification, 50% de la surface est un bon compromis. Pour la profondeur des galeries et chambres, 5mm suffira! Pour l'anti évasion, je vous invite à cliquer ici.

La nourriture :
Lasius niger est une espèce qui mange de tout. Plus particulièrement, elles adorent les liquide sucrés, tel le miel biologique, ou encore de l'eau sucrée. Il faut aussi compléter avec des insectes, de préférences mort et passés au congélateur 72 heures avant pour éviter les acariens. Plus la colonie augmentera en nombre, et plus elles demanderont un apport important en nourriture.

Hivernage :
Les lasius niger ont besoin d'un hivernage qui peut durer de 1 mois et demi, à 3 mois, c'est à dire que durant ces mois de sommeil, le développement va se stopper. Pour cela, il faut les mettre à des températures plus basses, donc entre 8° et 15° environ. Pour les dates, il faut les mettre de début novembre à début février (si vous faites durer l'hivernage 3 mois).

Précisions concernant le comportement :
C'est une espèce qui recrute très bien ses partenaires, si la source de nourriture est bonne. En fait, dés que vous mettrez de la bonne nourriture dans l'aire de chasse, vous aurez plusieurs ouvrières dessus!


Quelques chiffres et informations complémentaires :
Taille des ouvrières : de 3 à 5 mm
Taille de la reine : 9 mm environ
La première génération d'ouvrières est souvent petite.


Messor barbarus
Image IPB

Géographie:
Messor barbarus est la moissonneuse par excellence (d'où son nom latin) que l'on retrouve principalement chez les myrmécophiles amateurs, en raison de sa grande taille et de ses grands major (taille équivalente à celle de la gyne) à tête colorée.
Bien que présentes principalement sur le pourtour méditerranéen, certaines espèces du genre se trouvent à des latitudes plus nordiques (Centre de la France, Allemagne).

Caractéristiques:
Cette fourmi d'un noir luisant et à la pilosité plus ou moins développée (barbarus est plutôt glabre alors que structor est très velue surtout sur la tête) possède un long pétiole. C'est une espèce monogyne . Le genre Messor présente plus ou moins les mêmes caractéristiques, quelque soit l'espèce, avec une seule gyne par colonie sauf en ce qui concerne Messor structor.
Les ouvrières comportent trois castres (dont la taille varie de façon aléatoire) minor, media et major. Les major, sont aussi improprement appelés "soldats" car, par le biais de leur puissantes mandibules, il peuvent avoir un effet dissuasif ou meurtrier sur tout ennemi éventuel, mais leur rôle consiste aussi, et peut-être avant tout, à casser les coques des graines dont les Messor se nourrissent.
Si chez la plupart des fourmis la gyne se contente rapidement de ne faire que pondre dès que le nombre d'ouvrières est suffisant (une dizaine d'individus parfois), chez les reines Messor l'activité est continue et importante. D'où leur intérêt à l'observation: il est à gager que l'absence de trophalaxie chez les Messor pousse la gyne à fabriquer elle aussi le pain nourricier.
Pour ce qui est des températures, un peu de chaleur lors de la fondation peut stimuler la gyne (25° C) mais il est inutile de chauffer le nid ensuite et elles vivent très bien entre 20° et 22° C. A l'état sauvage, bien que plutôt méditerranéenne, Messor cherchera de la fraicheur et de l'humidité très profondément dans le sol. En milieu très aride le nid peut atteindre jusqu'à 5 m de profondeur.
Le succès des Messor en élevage tient à des conditions de maintien assez simple (c'est un genre robuste): une humidité faible et un régime alimentaire peu exigent constitué de graines (les mélanges pour canaris ou perruche que l'on trouve dans le commerce conviennent parfaitement mais ne sont pas forcément les plus faciles à utiliser).
La timidité est aussi une de leur caractéristique: les gynes sont très sensibles au moindre changement brutal (vibrations, amplitude thermique, lumière vive). Le stress peut provoquer une absence de ponte chez la gyne en cours de fondation, voir à terme sa mort. Les grandes colonies sont moins sensibles à ce genre de stress.
Point d'alpinistes, elles sont d'assez mauvaises grimpeuses (les vitres d'une ADC peuvent être un obstacle insurmontable si elles sont propres), mais leurs fortes mandibules peuvent creuser des matériaux comme le béton cellulaire, et a fortiori le plâtre des nids artificiels. Il convient donc d'être prudent sur le logis qu'on leur fournit, surtout quand la colonie devient imposante en nombre et cherche à accroitre la taille de son nid.
Comme tous les membres des Myrmicinae, la nymphose (transformation de la larve en nymphe) des Messor se fait sans cocon.

Nourriture:
Les Messor entretiennent des stocks de graines (dont parfois elles enlèvent le germe) dans leur nid (de véritables greniers), ce qui peut attirer des acariens auxquelles elles sont sensibles en captivité et peuvent également provoquer des désagréments; les graines des mélanges exotiques pour oiseaux germent avec l'humidité du nid. Pour éviter les levées de graines, il peut être utile de donner des graines indigènes à nos contrées (leur dormance est bonne et leur levée nécessite une longue exposition au froid): pissenlit ou violette par exemple, dont d'ailleurs elles raffolent. La liste pourrait être longue...
Elles apprécient un insecte de temps à autre mais la base de leur alimentation demeure les graines avec lesquelles elles fabriquent du "pain". En effet, sous l'effet de leur mastication et de leur salive, l'amidon des graines se transforme en sucre (sucre lent) dont elles se nourrissent à stricto senso. Si un abreuvoir d'eau peut être mis à leur disposition (attention aux noyades - la présence d'un coton ou de sable stérilisé préalablement peut éviter ce genre d'inconvénient), il est déconseillé de leur donner des liquides sucrés (sucres rapides) qu'elles ne savent pas assimiler.
Essaimage: septembre/octobre.

Pour conclure, quelques noms d'espèces du genre Messor présents en France, hormis barbarus:
Messor bouvieri, Messor structor, Messor minor, Messor capitatus, Messor wasmani (en Corse seulement).

Source : http://myrmecofourmi...forum/index.php
Source des photos : Mon élevage
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae

#2 OFFLINE   nico94

nico94

    Membre actif

  • Membre
  • 412 messages
  • Age: 20
  • LocalisationNivelles (Belgique)

Posté 09 juin 2010 - 15:09

meci pour l'info, tu peux mettre des photos pour ceux qui voudrait commencer dans cet élevage, moi même j'ai une colonie de lasius niger et de messor barbarus :D

#3 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 09 juin 2010 - 18:36

Ok je vais vous mettre des photos de chaque sp :)
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae

#4 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 09 juin 2010 - 18:42

Up ajout des photos ;)
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae

#5 OFFLINE   TiitO

TiitO

    Membre régulier

  • Membre
  • 75 messages
  • Age: 20

Posté 20 juillet 2010 - 21:52

Bonjour j'aimerais savoir quelle que détaille, pour toi la plus simple a maintenir est quelle espèce ? Est-ce-que tu pourra ajouter des photos de leur habita ? et peut être même comment faire si c'est toi qui les a fait

Merci

#6 OFFLINE   newxt36

newxt36

    Membre régulier

  • Membre
  • 71 messages

Posté 20 juillet 2010 - 22:20

Très très très bon comme fiche ! Merci pour ce partage :)
Avant d'acheter un reptile : RTFM !

RTFM is an initialism for the direction "Read The Fucking Manual". This instruction is sometimes given in response to a question when the person being asked believes that the question could be easily answered by reading the relevant "manual" or instructions.

http://en.wikipedia.org/wiki/RTFM

#7 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 31 juillet 2010 - 19:52

Bonjour, alors non ce n'est pas moi qui ai fait leur nid mais sur le net tu peux trouver de très bon tutoriel, (Myrmecofourmis très bon forum) et oui je te ferrait des photos ;) et merci :)
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae

#8 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 02 août 2010 - 11:52

Voici une image du nid
Image IPB
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae

#9 OFFLINE   Schrenki

Schrenki

    :mrgreen:

  • Modérateur
  • 6 363 messages
  • Age: 25
  • LocalisationGironde

Posté 02 août 2010 - 13:11

L'eau ne traverse pas le coton ?
Tu en as mis vraiment pas mal dans les tubes, ça m'étonne que ça ne s'inonde pas.

J'ai une demi douzaine de gynes de Liasus sp à la maison, à différents stades de couvain. J'attends les premières ouvrières :-D

H35cdl.png

 

"J'avertis ceux qui enfreignent les règles, pas ceux qui discutent avec moi, même s'ils ne partagent pas mon avis."


#10 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 02 août 2010 - 17:11

ah cool ça :) moi j'en ai 9 en tube la ;) et non l'eau ne traverse pas le coton ;)
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae

#11 OFFLINE   To

To

    Serial poster

  • Membre
  • 14 937 messages
  • Age: 42

Posté 10 août 2010 - 12:32

tres interessant,

Merci pour les fiches
depuis le 16/12 /2011

NOUVELLE CHARTE GLOBALE D'UTILISATION
DU FORUM A LIRE IMPERATIVEMENT

viewtopic.php?f=22&t=2276&p=19277#p19277

#12 OFFLINE   fabien92190

fabien92190

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 797 messages
  • Age: 19

Posté 10 août 2010 - 12:33

Merci et de rien ;)
0.1.0 Lampropeltis Getulus Californiae




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Copyright © 2014 Le Monde Des Reptiles