Jump to content

Bienvenue dans Le Monde Des

Bienvenue sur Le Monde Des Reptiles

Le Monde Des

  • Ces fiches, les photographies et documents les accompagnant, restent en toutes circonstances la propriĂ©tĂ© exclusive de leurs auteurs respectifs et ne sauraient ĂȘtre reproduites et/ou modifiĂ©es sans leur accord prĂ©alable. Les auteurs vous offre gracieusement leur savoir et leur expĂ©rience, respectez les. De mĂȘme, le contenu de ces fiches relĂšve de la responsabilitĂ© exclusive de leurs auteurs.

     

    Vous ĂȘtes tous invitĂ©s Ă  offrir Ă  la communautĂ© le fruit de votre expĂ©rience et vos connaissances en nous communiquant vos fiches d'Ă©levage. 

    Cette rubrique s’étoffera grĂące Ă  vous, alors n'hĂ©sitez pas 😀

  • Guest
    Guest

    morelia spilota spilota

       (0 reviews)

    D’aprùs:

    Morelia spilota spilota (Lacepede,1804)

    Python diamand

    Texte original: Russel Grant

     

     

    99047b10.jpg

     

    Ce python attractif a un corps gris sombre Ă  noir avec la plupart des ecailles ayant une tache crĂšme ou jaune. Certaines d’entre elles Ă©tant disposĂ©es de telles sortent que cela forme des taches en forme de diamant.

     

    Le ventre est crĂšme Ă  jaune. Le python diamand est un python de taille moyenne atteignant une longueur moyenne de 2m50-3m. Ils se rencontre le long du sud est des cĂŽtes australienne Ă  partir du milieu du nord de la nouvelle galles du sud ( oĂč l’on trouve naturellement des intergrades avec morelia spilota mcdowelli), jusqu’à l’extrĂ©mitĂ© est de victoria, dans l’est, Ă  l’est du Great Dividing Range.

     

    images11.jpg

     

     

    On en trouves encore plus au sud que n’importe quelle autre espĂšce de python dans le monde. Le climat dans cette rĂ©gion est tempĂ©rĂ© avec quatre saisons plus dĂ©finis que dans un climat tropicale, constituĂ© de saison sĂšche et humide. Les journĂ©es au milieu de l’hiver sont gĂ©nĂ©ralement douce avec des tempĂ©ratures moyenne de 15° Ă  20° maximum, occasionnellement les nuits les tempĂ©ratures descendent en dessous de zĂ©ro.

    Couvrant toute cette gamme de conditions climatiques, certain jours peuvent ĂȘtre froids, couverts, et pluvieux tandis que d’autres sont clairs et ensoleillĂ©s.

    Ce qui permet aux pythons d’avoir l’opportunitĂ© d’émerger de leur retraite pour se rĂ©chauffer et que la tempĂ©rature de leur corps s’élĂšve au dessus de la tempĂ©rature de l’air .

    Au milieu de l’étĂ© une pĂ©riode ou les journĂ©es sont chaudes, les tempĂ©ratures peuvent parfois excĂ©der les 35°, les nuits douces sont en moyenne entre 10° et 15°

    La region connaĂźt Ă©galement des tempĂȘtes Ă  cette Ă©poque de l’annĂ©e et dispose d’une forte pluviomĂ©trie durant les mois d’hiver.

    Ce python n’entre pas en hibernation et a dĂ©vellopĂ© diffĂ©rentes techniques pour survivre Ă  de telles palettes de tempĂ©ratures.

     

    Le python diamand est connu pour frĂ©quentĂ© les forĂȘts sĂšches, les forĂȘts et les affleurements rocheux. Il est aussi connu pour utiliser les habitats modifiĂ©s par l’homme, comme les toits des maisons, les jardins et les granges pour l’hivernage, se nourrir ou comme lieu de nidification.

    Ils sont reconnu comme étant des serpents plutot inactifs et leur coloration cryptique est adaptée à leur moeurs majoritairement nocturne.

    Cette espĂšce, bien que frĂ©quentant les abords proche des lieus frĂ©quentĂ© par l’homme n’est pas souvent rencontrĂ©s.

     

    Le poids des femelles adultes du python diamand est approximativement de 4-6 Kg. Les males quant à eux sont générallement plus petits et moins lourds. Cette différence de taille est probablement un facteur relatif à leur comportement reproductif.

    Les males pythons diamands ne combattent pas entre eux durant la saison des amours comme le font les autres males du groupe de python tapis.

    En revanche il forme des aggregations autour des femelles dans la nature, voyageant d’une femelle Ă  une autre durant la saison. Comme les autres males python tapis se battent entre eux pour rivaliser et attirer l’attention de la femelle, c’est donc avantageux d’ĂȘtre plus gros que son opposant.

     

    environ de malacoota, Victoria:

    gypsyp10.jpg

     

    Management captif:

     

    Le python diamand requiÚrent différents terrariums et conditions de maintenance comparé aux autre python du type python tapis.

    Ils frĂ©quentent un climat frais et tire leur source de chaleur du rayonnement solaire durant la journĂ©e. Pendant la nuit ils se protĂšgent du froid en trouvant un lieu de retraite isolĂ© ou ils s’enroulent, pour rĂ©duire leur surface exposĂ©e et ainsi ralentir la perte de chaleur. Ils utilisent au maximum le potentiel de leur milieu environnant et gĂšrent du mieux possible les quelques fois oĂč les tempĂ©ratures sont extrĂšmes. Si des conditions corrects sont fournis en captivitĂ© en simulant les conditions naturelles, ils ne devraient pas souffrir de l’infĂąme « syndrome du python diamand».

    On pense que ce syndrome rĂ©sulte de conditions de maintenance incorrecte conduisant Ă  certaines pannes physiologiques. On pense qu’il s’agit de la mĂȘme situation que celle des lĂ©zards captifs maintenus en intĂ©rieur loin de toutes lumiĂšre naturelle, sans le chauffage et l’éclairage de quoi en rĂ©sulte une maladie osseuse mĂ©tabolique, parfois appelĂ© « syndrome du dragon barbu»?

    La maladie osseuse mĂ©tabolique est causĂ© par une carence d’exposition aux rayons ultra-violet de type B qui permet la production de vitamine D. La vitamine D est essentiel car permettant l’absorption du calcium.

    Fournir un tube fluorescent à large spectre peut aider à prévenir ces conditions.

     

    Je suis assez chanceux de vivre sous le climat tempĂ©rĂ© du sud de Victoria en australie, ce qui rend l’élevage du python diamand en intĂ©rieur plus facile, mais morelia spilota spilota peuvent ĂȘtre maintenu n’importe oĂč tant qu’on leur fournis les conditions de bases qu’ils requiĂšrent.

     

    Ils peuvent ĂȘtre plus difficile Ă  maintenir sur le long terme sous des climats tropicaux chaud, nĂ©cessitant une tempĂ©rature ambiante fraĂźche ( condition athmosphĂ©rique), tout en fournissant un point chaud dans le terrarium.

    Je maintiens mais «diamands» sĂ©parĂ©ment hormis lors de la saison des amours, pour rĂ©duire les risques de blessures Ă  l’heure des repas.

    Ils deviennent particuliĂšrement alerte et excitĂ©s dĂšs qu’ils sentent l’odeur d’une proie dans la piĂšce et ont parfois attaquĂ© leur propriĂ©taire par erreur. C’est une bonne idĂ©e d’utiliser une pince de nourrissage pour introduire les proies dans le terrarium.

    Je n’ai jamais Ă©tĂ© mordu sans raison car ils sont normalement placide.

     

    Un spĂ©cimen adulte n’as pas besoin d’un Ă©norme terrarium, car dans la nature ce sont principalement des prĂ©dateurs ambusquĂ©s et pas des chasseurs actifs. Je pourrais recommandĂ© un terrarium d’approximativement 1m20 de long * 60 cm de profondeur et 60 Ă  90 cm de hauteur.

    La longueur et la largeur pouvant varier, mais sa hauteur ne doit pas ĂȘtre en deçà de 60 cm. Ainsi le locataire peut se dĂ©placer jusqu’au sol du terrarium s’il a trop chaud lorsque les lampes chauffantes sont en marches.

    Un bon agencement pour un python diamant captif peut-ĂȘtre un grand terrarium oĂč il prospĂšre, car l’ensemble du terrarium n’a pas besoin de chauffage. Cependant il est nĂ©cessaire fe fournir un point chaud et une zone ou il peut se s’isoler.

     

    Mes terrariums mesurent 85 cm * 80 cm * 75 cm et sont construis en mĂ©laminĂ© blanc de 16 mm avec des vitres frontales coulissantes. J’ai disposĂ© trois grandes aĂ©ration sur le devant et l’arriĂšre du terrarium Ă  diffĂ©rentes hauteurs pour permettre une bonne circulation de l’air. Elles sont importantes car quand les programmateurs coupent les chauffages, la tempĂ©rature des terrariums atteint celle de la piĂšce d’élevage.

    Ce qui pourrait rĂ©duire la circulation de l’air et pourrait causer une multiplication excessive des bactĂ©ries si ces aĂ©rations n’étaient pas suffisamment grandes.

     

    Mes terrariums sont placĂ©s sur le sol de la piĂšce d’élevage oĂč la tempĂ©rature ambiante est fraĂźche. Si vous habitez un endroit oĂč le climat est plus doux que celui naturellement en vigueur lĂ  oĂč vivent ces pythons, ( c’est Ă  dire tropicale), vous pouvez augmentĂ© les aĂ©rations, y compris en utilisant un terrarium totalement ouvert du type de ceux en grillage.

    Cependant je recommande que vous utilisiez tout de mĂȘme le mĂȘme type de chauffage, d’éclairage et de cachette que si vous utiliseriez pour un climat frais comme celui frĂ©quentĂ© par les pythons diamant pour qu’ils profitent rĂ©ellement d’un site d’insolation.

     

    Le chauffage est constituĂ© de lampe avec reflecteur de 60 W fixĂ© au plafond du terrarium. Illuminant une plateforme ou une branche utilisĂ©e par les serpents pour s’y exposer.

     

    Ces lampes peuvent ĂȘtre localisĂ©es d’un cotĂ© ou sur le fond du terrarium Ă  environ 30 cm du site d’insolation. Plusieurs lampes peuvent ĂȘtre utilisĂ©es si le terrarium est trĂšs grand ce qui permet au python de s’étendre tout en se rĂ©chauffant comme il le ferait dans la nature.

     

    J’ai fixĂ© des cachettes en hauteur, visser aux parois du terrarium, qui servent aussi de lieu d’insolation et qui imitent des affleurements rocheux ou des corniches comme celles qu’ils frĂ©quentent dans la nature.

    Un thermostat est fixĂ© Ă  l’arriĂšre du terrarium entre la lampe chauffante et les aĂ©rations pour controler et Ă©viter les montĂ©es de chaleur excessives.

    Utiliser toujours un thermomĂštre pour mesurer la tempĂ©rature du point chaud, le thermostat ne servant qu’a couper ou allumer les sources de chaleurs Ă  une tempĂ©rature sĂ©lectionnĂ©e. La sonde du thermostat ne doit pas ĂȘtre placĂ©e trop prĂšs ou directement sous les lampes chauffantes. N’utilisez pas d’ampoules Ă  incandescence colorĂ© ou opaque pour rĂ©chauffer l’air car elles ne fournissent pas de radiation infra-rouge.

    J’ai constatĂ© que les radiations infra-rouge Ă©tait la meilleur source de chaleur Ă  fournir aux pythons diamant.

    Cependant je n’utilise pas de lampe infra-rouge de type cĂ©ramique car celles-ci ne produisent aucune lumiĂšre, ce qui n’est pas habituel pour morelia spilota spilota.

    Quand le soleil se lĂšve aprĂšs une nuit froide, un «diamant» sauvage Ă©merge de sa cachette et s’expose 1 heure ou deux pour Ă©lever sa tempĂ©rature corporelle puis retourne s’enrouler Ă  couvert lorsque la nuit tombe. Ils conservent cette chaleur en rĂ©duisant leur surface, se rĂ©chauffant eux-mĂȘme dans leur cachette et recevant la chaleur rayonnant depuis les surfaces rocheuses ou provenant du toit des maisons ect...

    Le reflecteur des lampes envoie l’énergie des ondes infra-rouges et rĂ©chauffe les pythons sans trop chauffer l’air autour.

    Ils fournissent aussi la lumiĂšre nĂ©cessaire indiquant aux serpents qu’ils peuvent sortir et qu’il est temps d’émerger de leur cachette pour venir se rĂ©chauffer. Ceux qui se chauffe en dessous de ces lampes se rĂ©chauffent rapidement, spĂ©cialement les gros spĂ©cimens sombrements colorĂ©s qui absorbent facilement les radiations.

    Un python diamant sauvage utilise les radiation solaire pour thermorĂ©guler son corps en fonction de la tempĂ©rature ambiante de l’air.

     

    dsc00410.jpg

     

    Ils passent générallement environ 1 heure ou 2 se chauffant le matin, atteignant en principe leur température corporelle maximal entre 10h00 et 12h00.

    A coté des lampes chauffante, je fixe des néons UV de 60 cm.

    Je pense que mĂȘme si les UV sont peu bĂ©nĂ©fiques, ils ne peuvent pas nuirent Ă  un python aimant le soleil et les couleurs naturelles sont plus belles et rĂ©alistes Ă  voir tant ces serpents sont spectaculaire Ă  regarder lorsqu’ils se rĂ©chauffent.

    Ces tubes UV sont conçues pour d’autres espĂšces hĂ©liophiles tel du les lĂ©zards du type dragon barbus ou varan.

     

    Je change mes tubes UV chaque printemps car les Ă©missions bĂ©nĂ©fiques d’UV chute au delĂ  de 12 mois.

    Les ballast de ces nĂ©ons peuvent produire de la chaleur, ce qui est une autre raison de maintenir une hauteur minimale de 60 cm pour le terrarium. C’est une bonne idĂ©e d’avoir une ventilation tout en haut des parois pour permettre Ă  l’air chaud de s’échapper et Ă  l’air frais de pĂ©nĂ©trer par les aĂ©rations basses.

     

    Si la tempĂ©rature ambiante de votre piĂšce dĂ©passe les 30° l’étĂ©, il peut ĂȘtre judicieux de couper l’alimentation des nĂ©ons.

    Les pythons diamants peuvent supporter des hautes températures ( 35°et plus) mais pas sur de longues périodes. Plus hautes, les températures deviendraient dangereuses pour les serpents.

    Mes animaux ont subis des tempĂ©ratures de 36° dans leur terrarium durant les saisons chaudes, mais cela ne durait que quelques heures l’aprĂšs-midi.

    Il est important de ne pas nourrir vos « diamant» quand les tempĂ©ratures sont trop Ă©levĂ©es car la nourriture pourrait pourrir dans l’intestin. Le mĂ©tabolisme des serpents est controlĂ© par sa tempĂ©rature, plus haute est la tempĂ©rature du corps plus il utilise d’énergie. C’est pourquoi un python diamant passe une bonne partie de son temps tranquille pour conserver ses rĂ©serves d’énergie.

    Lorsqu’ils ont mangĂ© ils passent plus de temps Ă  se chauffer pour absorber l’énergie dont ils ont besoin pour digĂ©rer leur proie. Ils ont une tempĂ©rature Ă©levĂ© du corps prĂ©ferentielle quand ils digĂšrent leur repas, qui ce situe entre 32° et 35°. Si la tempĂ©rature augmente et que le python ne peut se dĂ©placer Ă  un endroit plus frais vous pouvez avoir des problĂšmes.

     

    Je ne conseillerais pas de mettre le terrarium de votre python diamant dans un hangar en tole non protĂ©gĂ© au fond de votre jardin, car il serait incapable de se soustraire aux tempĂ©ratures excessives. Ce n’est pas non plus une bonne pratique de maintenir morelia spilota spilota en intĂ©rieur sans simuler un cycle jour/nuit mĂȘme si vous vivez dans un endroit oĂč ils vivent dans la nature.

     

    Grace Ă  l’utilisation sĂ©parĂ© de programmateurs pour les lampes chauffantes et les tubes fluorescents, je peut controler la chaleur et l’éclairage en suivant des cycles naturels.

    Durant les mois les plus doux, je laisse environ 4 heures maximum aux serpents pour se chauffer sous les lampes. Cela de 8 h le matin jusqu’aux environ de midi et en m’assurant que les tempĂ©ratures atteignent 32°-35° sous le point ou le serpent se rĂ©chauffe. Le reste de leur terrarium conserve la tempĂ©rature ambiante de la piĂšce. Les nĂ©ons sont allumĂ©s pendant approximativement 8-10 heures au printemps, Ă©tĂ© et automne et la piĂšce d’élevage est Ă©clairĂ©e suivant les rythmes circadiens de Melbourne, Australie.

     

    Il est inutile d’utiliser les nĂ©ons pendant 12-14 heures, car les heures d’ensoleillement sont en gĂ©nĂ©ral moins longue que le temps oĂč les pythons diamant sont actifs.

    Le temps de chauffage et d’éclairage n’est pas une science exact mais devrais suivre la tendance des saisons.

    Je pense que c’est bĂ©nĂ©fique de varier ces pĂ©riodes occasionnellement pendant les saisons, car la mĂ©tĂ©o dans la nature n’est pas constante.

     

    Si les terrariums sont placĂ©s Ă  un endroit oĂč ils peuvent descendre Ă  une tempĂ©rature basse ( < 13°) pendant la saison oĂč vous nourrissez, il pourra ĂȘtre prudent d’ajouter un tapis chauffant sous chacun d’entre eux. Celui-ci a simplement besoin d’ĂȘtre Ă  quelque chose prĂšs de la surface que prend un serpent enroulĂ© et placĂ© dans un coin du terrarium.

    Ainsi la chaleur rayonnera pour rĂ©chauffer le serpent par le dessous. Dans cette situation je dispose une cachette oĂč le serpent peut se positionnĂ© confortablement, s’isoler et digĂ©rer son repas. Cela imite la chaleur du soleil sur une surface rocheuse durant la journĂ©e et qui relache celle-ci la nuit.

     

    j’ai manipuler mes pythons diamant Ă  22h00 aprĂšs les avoir sortit de leur cachette et ils Ă©taient toujours chaud au touchĂ©, mĂȘme si l’air ambiant atteingait 10° voir moins.

    Parce que mes pythons diamant adultes ne sont jamais nourris durant les mois les plus chaud, je n’ai jamais eu de problĂšme de repas non-digĂ©rĂ©s.

     

    Il est d’importance vitale d’observer vos pythons, dans leur terrarium Ă  des pĂ©riodes diffĂ©rentes, sans les dĂ©ranger. Cela peut vous permettre d’effectuer des ajustements de la tempĂ©rature, l’éclairage, la ventilation, les cachettes et vous permets de comprendre comment se comporte votre animal dans son environnement captif.

     

    Les python diamant adultes se nourrissent majoritairement de mammifĂšre et d’oiseaux dans la nature. Parce qu’ils sont essentiellement nocturne et qu’ils chassent en Ă©tant embusquĂ©s, les mammifĂšres sont vraisemblablement lĂ  majoritĂ© de leurs prises.

    Je nourris mes adultes seulement avec des rats de laboratoire et des lapins avec deux supplĂ©ments vitaminiques par an dans des capsules qui sont insĂ©rĂ©es dans la proie. Les animaux sont grassement nourris pendant les mois d’étĂ© et au dĂ©but de l’automne seulement.

    Ils sont parfois nourris durant la saison des accouplements au printemps, mais ce n’est pas trĂšs important car ils sont trĂšs Ă©conome en Ă©nergie et ne perde presque pas de poids durant l’hiver.

    Les proies peuvent ĂȘtre d’une taille telle qu’elles laisse un renflement Ă©vident au niveau de l’estomac. Ceci est spĂ©cialement vrai pour les femelles qui doivent ĂȘtre remises en condition aprĂšs la ponte chaque saison, si vous espĂ©rez pouvoir les reproduire l’annĂ©e suivante.

    Je nourris deux fois par mois et j’utilise de grosses proies pour les femelles adultes acceptant des lapins d’environ 1 Kg.

    Ce qui est bien pour les remettre dans les conditions qu’elles avaient prĂ©alablement Ă  la ponte, car les grosses proies fournissent plus d’énergie ( kilojoules) comparĂ© Ă  l’énergie demandĂ© pour les digĂ©rĂ©s.

    Les males ont tendance Ă  se nourrir de proies plus sveltes que les femelles, et si vous les limitez Ă  ĂȘtre nourris durant les 4 mois les plus chaud de l’annĂ©e, ils mangeront la plupart des proies offertes.

    Ces animaux n’ont pas besoin d’ĂȘtre nourris rĂ©guliĂšrement, c’est Ă  dire une fois par semaine, tout simplement car cela n’arrive pas dans la nature et peut ĂȘtre au dĂ©triment pour leur santĂ© sur le long terme si ils sont nourris toute l’annĂ©e.

     

    J’utilise toujours du fraĂźchement tuĂ© ou des proies dĂ©congelĂ©es et je ne recommande pas de les nourrir avec des proies vivantes car elles pourraient provoquer des blessueres au serpent et probablement du stress pour l’animal servant de proie.

     

    dsc_6210.jpg

     

    Les pythons diamant ont un mĂ©tabolisme lent et peuvent survivre sans se nourrir pendant de longues pĂ©riodes ( facilement 12 mois) sans dommage. J’ai eu des juvĂ©niles qui sont sortis de leur oeuf en Ă©tĂ© et n’ont pas mangĂ© jusqu’au printemps suivant sans perdre de poids. Ils semblent juste ĂȘtre aux portes de la mort jusqu’à ce qu’ils se nourrissent pour ensuite croĂźtre rapidement.

     

    Avant d’essayer des accouplements je cesse de nourrir les adultes habituellement aux environ de la mi-avril et je m’assure qu’il n’y a plus aucun reste de nourriture dans l’intestin. C’est trĂšs important car un animal inactif avec un mĂ©tabolisme lent, vivant dans un terrarium chaud, sec et ventilĂ© est plus enclin Ă  souffrir de constipation.

    Lorsque je manipule le serpent, j’utilise mes doigts pour palper la rĂ©gion ventrale postĂ©rieure Ă  la recherche de fĂšces dures prĂšs du cloaque.

    Si j’en trouve, j’essaie d’offrir de l’exercice supplĂ©mentaire comme ramper dans l’herbe du jardin pendant 30 minutes, ou un bain d’eau tiĂšde de quelques heures.

    Proposer une petite proie dans laquelle 4-5 ml de’huile de paraffine a Ă©tĂ© injecter peut aussi ĂȘtre bĂ©nĂ©fique.

    C’est utile de conserver des donnĂ©es tel que les repas, les mues, les dĂ©fĂ©cations, les accouplements et les comportements inhabituels pour pouvoir s’y rĂ©ferrer lorsqu’un problĂšme survient.

     

    reproduction:

     

    La dĂ©termination des sexes s’effectue par sondage cloacal la sonde s’enfonçant jusqu’à 4-5 Ă©cailles subcaudales chez les femelles contre plus de 10 chez les males.

     

    genera10.jpg

     

    Les deux sexes possÚdent des éperons cloacaux bien développé mais ceux des males sont plus imposants.

     

    Reproduire la plupart des espĂšce d’animaux saisonniers requiĂšrent que l’on suive une procĂ©dure avec des cycles annuels et morelia spilota spilota n’est pas diffĂ©rent.

    Je cycle mes pensionnaires, selon un base annuel des tempĂ©ratures et d’éclairage, avec une pĂ©riode matinale ensoleillĂ© de rĂ©chauffement, une pĂ©riode d’éclairage et des nuits plus fraĂźches chaque jour, ces conditions variant au fur et Ă  mesure des saisons.

     

    Il est impossible de donner une plage de températures précise et une périodicité induisant les accouplement, car les saisons naturelles varient en intensité. Tout comme les conditions athmosphérique et la maniÚre dont les serpent gÚrent celà varie énormément.

    Tout cela joue un role dans la reproduction tout comme la rĂ©gion d’oĂč provient le serpent.

    Comme j’habite Ă  un endroit oĂč le climat est similaire Ă  l’habitat naturel des pythons diamants, lĂ©gĂšrement plus frais toutefois, cela rend plus aisĂ© de repliquer les saisons en intĂ©rieur et d’espĂšrer obtenir de bon rĂ©sultat de fertilitĂ© lors de l’élevage.

     

    Durant le courant de l’automne je rĂ©duit graduellement le temps d’éclairage des nĂ©ons, jusqu’à ce que cela correspondent aux heures oĂč les serpents se rĂ©chauffent.

    A la fin de l’automne la tempĂ©rature ambiante de la piĂšce a naturellement chutĂ©, ainsi que celle des nuits.

    Pendant l’hiver les nĂ©ons et les heures d’éclairage des lampes varie de 2 Ă  4 heures et sont parfois complĂštement Ă©teintes pour une pĂ©riode de plus d’une semaine.

    Cela simule l’assombrissement, le temps pluvieux et froid dans la nature. Le temps oĂč tout est Ă©teint ne suit pas une formule stricte simplement parce que ce n’est pas ce que le climat est. Il est important de ne pas faire rĂ©ellement hiberner le python diamant, car dans la nature ils Ă©mergent pour s’exposer durant les mois d’hiver pendant de courtes pĂ©riodes.

    Souvent ils se prĂ©lassent pendant une heure lorsque le temps est ensoleillĂ© et retourne se s’isoler et se protĂ©ger dans leur cachette. Ils font cela pour synthĂ©tiser des anti-corps et prĂ©venir les infections. Ce qui n’est pas destinĂ© Ă  augmenter leur mĂ©tabolisme; ce qui pourrait utiliser de prĂ©cieuse rĂ©serves de graisses car ils ne se nourrissent pas.

    Les lampes chauffantes sont toujours rĂ©glĂ©es Ă  la mĂȘme tempĂ©rature atteignant au moins 30° minimum, quelque soit la saison. Je varie simplement la durĂ©e d’éclairage, car la tempĂ©rature corporelle d’un python diamant dans la nature n’est pas liĂ©e Ă  celle de l’air.

    Ils sont trĂšs efficace pour absorber les radiation infra-rouge du soleil lors des jours ensoleillĂ© de l’hiver.

     

    Le tapis chauffant sous le terrarium est éteint pendant cette période réduisant les températures nocturnes.

    La tempĂ©rature du terrarium durant l’hiver peuvent occasionnellement atteindre un minimum de 5°, avant que les programmateurs ne dĂ©clenche l’allumage des ampoules infra-rouges chaque matin.

    Ces tempĂ©ratures basses sont les mĂȘmes quelque soit la chute de celles de la piĂšce d’élevage pendant la nuit.

    Il faut ĂȘtre sur que les cachettes sont fabriquer assez petites pour que le serpent puisse s’y enrouler fermement.

    Elles doivent ĂȘtre construite Ă  l’aide de matĂ©riaux bien isolĂ© tel que le bois ou la terre cuite, mais pas en plastique ou carton.

     

    diaman10.jpg

     

     

    Les serpents viendront se chauffer le matin pour que leur tempĂ©rature corporelle augmente, puis ils se retirent dans leur cachette pour maintenir cette tempĂ©rature plus Ă©levĂ©e que celle de l’air.

    Cela peut se produire en fin de nuit froide ou occasionnellement un animal sain se situera en dehors de sa cachette toute la nuit sans effet néfaste.

    Ces reptiles refroidis sont amusant Ă  observer tĂŽt le matin, mais aussi quand ils sortent se rĂ©chauffer ils sont si froid qu’ils se dĂ©placent au ralenti, y compris leur langue bleue et fourchue.

     

    Je commence Ă  relever les temps d’éclairage quand le temps se rĂ©chauffe en septembre, avec les lampes chauffantes rĂ©glĂ© sur 4 heures et les nĂ©ons Ă©clairĂ©s 8 heures.

    Je maintiens deux couples de morelia spilota spilota, ils sont maintenus sĂ©paremment durant l’annĂ©e et sont prĂ©sentĂ©s tĂŽt en septembre.

     

    Accouplement:

     

    Tout d’abord j’introduit le male chez la femelle pour 4 Ă  7 jours, puis le deuxiĂšme male pour 2-3 jours les laissant ensemble tel un groupe d’élevage.

    Je ne les dĂ©ranges pas et j’ai rarement observĂ© de copulation ou de comportement de cours amoureuse.

     

    Je ne les dĂ©ranges pas et j’ai rarement observĂ© de copulation ou de comportement de cours amoureuse.

    La plupart des activitĂ©s d’accouplement ont lieu dans la large cachette. AprĂšs quoi, ils vont tous se rĂ©chauffer le matin, s’enroulant les uns autours des autres comme un sac de noeuds.

    AprĂšs avoir introduit les males avec la premiĂšre femelle, je place un male dans le terrarium de la seconde pendant une semaine, puis j’introduis le second, avant de tous les sĂ©parer pour quelques jours.

    Je continue ainsi pendant deux mois ou jusqu’à ce que la femelle ovule que je repùre grace au gonflement du milieu du corps.

    Il n’y a pas lieu de pousuivre les introductions en novembre, car la femelle doit avoir dĂ©jĂ  Ă©tĂ© fĂ©condĂ© depuis.

    L’ovulation intervient gĂ©nĂ©ralement en novembre ou dĂ©but dĂ©cembre, s’en suit la mue de prĂ©-ponte 3 semaines plus tard et la ponte encore 3 Ă  4 semaines aprĂšs

     

    Ponte:

     

    diamon10.jpg

     

    J’ajoute Ă  la femelle un tapis chauffant rĂ©glĂ© approximativement Ă  20°, pour un temps de chauffage de au moins 4 heures.

     

    Les autres terrariums dans la piĂšce normalement concervent une tempĂ©rature assez Ă©levĂ©e pendant la nuit durant l’annĂ©e pour permettre Ă  la femelle de dĂ©velopper la coquille des oeufs avant la ponte.

    Environ une semaine avant la ponte, je fournis Ă  la femelle une boite de ponte adĂ©quate contenant 5 cm de mousse de sphaigne humide que je place sur le tapis chauffant. Toutes les pontes ont Ă©tĂ© effectuĂ© dans ces boites, gĂ©nĂ©ralement le matin, et jamais dispersĂ© dans le terrarium Ă  l’extĂ©rieur de celle-ci .

    Ce qui peut arrivĂ© si aucune boite convenable n’est fournit. J’ai ensuite retirer dĂ©licatement ( en dĂ©roulant) la femelle de ses oeufs.

    Essayez d’obtenir de l’aide, et soyez conscient qu’elle va souffler pour tenter de vous effrayer.

    Prevenez votre amis, car une personne n’aimant pas les serpents ne saurait pas quoi faire devant un spĂ©cimen en colĂšre .

    Ceci Ă©tant dit, je n’ai jamais Ă©tĂ© mordu par une gĂ©nitrice protĂ©geant sa ponte.

    Quand j’ai retirĂ© la ponte de la femelle j’ai sĂ©parer les oeufs un Ă  un, puis les ai marquer individuellement avec un crayon sur le dessus, pour ne pas les retourner en les plaçant dans l’incubateur.

    Le terrarium est alors nettoyĂ© avec du dĂ©tergent et essuyĂ© pour ĂŽter l’odeur des oeufs.

    La femelle pourrait continuer de tenter d’incuber ses oeufs si elle en sent l’odeur.

    AprĂšs cela je la laisse rĂ©cuperer pendant deux semaines avant de recommencer Ă  la nourrir pour le reste de l’étĂ© et la pĂ©riode automnale. Cela ne dure que 3 mois, avant que les tempĂ©ratures hivernales soient trop froide pour continuer de la nourrir, juste avant l’hiver.

    La femelles sacrifie une énorme partie de ses réserves pendant la reproduction.

    Ma femelle a toujours dĂ©posĂ© une ponte pesant de 32% Ă  42% de son poids avant la ponte, ce qui signifie qu’une femelle sauvage de python diamant ne devrait pas pouvoir se reproduire chaque annĂ©e. C’est parce qu’aprĂ©s avoir incuber ses oeufs, la saison oĂč elles s’alimentent serait bientĂŽt terminer, ne laissant pas assez de temps au femelles de reconstituer leur rĂ©serves de graisse avant la saison de reproduction suivante.

    C’est une autre histoire en captivitĂ© si les oeufs sont incubĂ©s artificiellement et que l’on fournit Ă  la femelle une nourriture abondante et de trĂšs bonne qualitĂ©.

     

     

    Incubation:

     

     

    Les oeufs pĂšsent en moyenne 40 g et sont placĂ©s dans un incubateur de type standard dans des boites en plastiques, soit sur de la vermiculite ou de la perlite humide ou bien en utilisant la mĂ©thode du «no-substrat» au dessus de l’eau. Ce choix n’as pas d’incidence tant que vous conservĂ© les oeufs presque secs dans un environnement humide et une tempĂ©rature constante entre 30° et 32°.

    Les coquilles ne devraient pas ĂȘtre recouvert de condensation ou trempĂ©s dans l’eau.

    Ils peuvent ĂȘtre maintenus comme ceux de n’importe quel autre python tapis, car je n’ai trouver aucune diffĂ©rence dans la gestion des oeufs de morelia spilota spilota pour ce qui est de l’humiditĂ© et de la tempĂ©rature requise.

    La mĂ©thode de David Barker consistant Ă  une pesĂ©e hebdomadaire des oeufs est un bon indicateur du degrĂ© d’humiditĂ© dans l’incubateur et du dĂ©veloppement des oeufs.

    Si le poides des oeufs chute pendant la semaine c’est que le milieu est trop sec ou s’il augmente de plus de 10% c’est qu’il est trop humide.

    Les ajustements du milieu dans l’incubateur doevrait ĂȘtre fait graduellement.

     

     

    image_31.png

     

    C’est pourquoi je prĂ©fĂšre la mĂ©thode sans substrat qui consiste Ă  utiliser une boite en plastique et d’y mettre 1cm d’eau au fond et une grille en plastique Ă  l’intĂ©rieur oĂč les oeufs sont placĂ©s au dessus de l’eau.

    Le couvercle est ensuite vaguement placĂ© pour permettre un lĂ©ger courant d’air ce qui peut crĂ©er un peu de condensation sur le couvercle et les cotĂ©s.

    Ainsi les oeufs sont au secs sur la grille alors que leur environnement ambiant reste bien humide.

    Ne jetez jamais un oeuf dĂ©colorĂ© ou ceux qui prĂ©senteraient de plus en plus de moisissures ou de bactĂ©ries tant que ceux-ci ne commence rĂ©ellement pas Ă  sentir, ce qui indiquerait que l’oeuf est mort auquel cas il faudrait le sortir de l’incubateur.

    Un oeuf possĂšde son propre systĂšme immunitaire pour combattre les infections et peut paraĂźtre trĂšs mal en point alors qu’il est bien en vie et que la coquille protĂšge l’embryon en dĂ©vellopement.

    C’est une des raisons pour laquelle il est prĂ©fĂ©rable que les oeufs pondus en grappe ne soit pas laissĂ©s ensembles tant il est plus facile pour leur futur maintenance de les sĂ©parer juste aprĂšs la ponte.

    Lors de cette séparation, la couche externe des coquilles peut se déchirer sans que cela ne cause de dommage.

    Si, comme souvent, cela fait plus de 24 heures qu’ils sont ensemble, ils peuvent encore ĂȘtre soigneusement sĂ©parĂ©s et si l’un d’entre eux se dĂ©chire et que l’albumine commence Ă  suinter, arrĂȘter de suite et placer un morceaux de papier de soie sur la dĂ©chirure. Ensuite placĂ© les deux ou trois eux en grappe dans l’incubateur.

    Cela ne pose généralement pas de problÚme et ils se développent habituellement puis éclose normalement.

    A ces tempĂ©ratures le temps d’incubation varie de 49 Ă  55 jours.

    Vous pourrez vous apercevoir que durant les derniĂšre semaines d’incubation que les oeufs se rabougrissent jusqu’à avoir l’air ratatinĂ©s.

    Ce n’est pas une raison pour s’alarmer car le python totalement dĂ©veloppĂ© absorbe le jaune avant l’éclosion.

    Une fois que le premier Ă  percĂ© sa coquille Ă  l’aide de sa dent de l’oeuf, et que celui-ci Ă  pris une premiĂšre bouffĂ©e d’air, j’attends 12 Ă  24 heures avant de percer manuellement les oeufs restant avec des ciseaux Ă  pointe fine loin du nouveau-nĂ© en faisant une incision en V d’1 cm sur le dessus. De toute façon la plupart des bĂ©bĂ©s font leur propre incision sur le cotĂ© opposĂ©.

     

    image_15.jpg

     

     

    Nouveau-nés:

     

    Les nouveaux-nĂ©s sont laissĂ©s dans l’incubateur tant qu’ils ne sont pas sortis entiĂšrement de leur oeuf.

     

    habituellement aprÚs environ 1 à 3 jours aprÚs avoir percé la coquille.

    DĂšs que les nouveaux-nĂ©s sont complĂštement sortis ils sont enlevĂ©s de l’incubateur et placĂ© dans de petits terrarium chauffĂ© avec un petit pot en terre cuite retournĂ© comme cachette et du papier journal comme substrat et de l’eau fraĂźche.

    Les coquilles sont également Îté et jeter car elles pourrissent rapidement dans un environnement chaud et humide.

    Les jeunes tout juste Ă©clos laissĂ© dans l’incubateur vont explorer leur nouvel environnement et au cours de leur exploration pourraient causĂ© des dommages aux oeufs pas encore Ă©clos.

    Les terrariums des juvéniles ont un gradient de température leur donnant le choix entre différentes zones pour choisir leur température corporelle préférentielle.

    Ils ont normalement, tous effectuĂ© leur premiĂšre mue aprĂšs environ 14 jours, habituellement je ne les embĂȘte pas pour tenter de les nourrir pendant au moins 2 semaines aprĂšs cette mue.

    Ils ont le ventre bien plein grace au jaune de leur oeuf qui peut sustenter un juvĂ©nile en bonne santĂ© pendant au moins 9 mois ( le printemps suivant), donc nourrir n’est pas urgent.

    Tous les jeunes sont maintenus en communautĂ© et sĂ©parerĂ©s pour des terrariums plus petit dĂšs qu’ils commencent Ă  se nourrir.

    J’utilise des blanchons de souris dĂ©congelĂ©s comme premier repas, dĂ©posĂ© dans le terrarium tĂŽt le matin, je controle rĂ©guliĂšrement pour retirĂ© chaque jeunes ayant mangĂ©.

    Si certain sont tatillons j’utilise parfois un blanchon vivant qui ont une odeur plus forte.

    Les petits pythons vont sortir la tĂȘte par le haut des pots de fleurs retournĂ©s et regarder les blanchons sur le sol du terrarium tout en se sentant toujours en sĂ©curitĂ©.

    Ils se disputent rarement la nourriture car les juvĂ©niles n’ont pas dĂ©veloppĂ© une forte rĂ©ponse alimentaire par rapport Ă  l’odeur des blanchons et les bĂ©bĂ©s python diamand sont gĂ©nĂ©ralement des pythons avec un tempĂ©rament calme.

    Le matin suivant je retire les petits avec un ventre bien rebondit et je les sépare pour les repas suivants.

    Chaque ponte comporte un groupe de spĂ©cimen nĂ©cĂ©ssitant des astuces pour les nourrir, car un blanchon de souris n’est pas une proie naturelle et ils auront besoins d’apprendre que l’odeur de souris coĂŻncide avec un repas.

     

    La premiĂšre mĂ©thode que j’utilise pour reduire l’intensitĂ© de l’odeur des souris est de les lavĂ©es dans de l’eau mĂ©langĂ©e avec du liquide vaisselle ( l’un de ceux ayant un faible impact sur l’environnement) et de les rincer Ă  l’eau clair.

    Cela suffit souvent, au juvéniles qui ont précédemment refusé pendant 1 mois ou 2.

    Pour ceux qui sont vraiment obstinĂ©s , aprĂšs deux mois sans succĂšs, je lave les souris de la mĂȘme maniĂšre, puis je frotte la proie sur du poisson, en utilisant un poisson rouge congelĂ© Ă  cette effet.

    Dans la nature les diamant juvéniles commence communément à se nourrir avec les nombreux types de scinques fréquentant leur milieu et ceci est plus susceptible de déclencher la prise de repas sans utiliser un vrai scinque.

    L’odeur d’un scinque est trùs similaire à celle d’un poisson, c’est pourquoi beaucoup de serpents mangeront du poisson alors qu’ils n’en consomment pas dans la nature.

     

    Le poulet a aussi une odeur Ă  essayer sur ses serpents rĂ©calcitrant quand les rongeurs n’apporte pas le dĂ©clenchement de la prise de nourriture.

    Ne soyez jamais effrayĂ© d’expĂ©rimentĂ© diffĂ©rentes odeurs Ă  transfĂ©rer sur les proies aisĂ©ment disponibles.

    J’ai maintenu des pythons Ă  tĂȘte noir dont l’un refusait de consommer tout rat qui n’était pas frottĂ© sur une plume de colombe. Il refusait aussi souvent les proies frotter sur du poulet, des cailles ou des perruches et du poisson, donc certain serpent peuvent ĂȘtre trĂšs difficile un peu comme un humain.

    Toutes ces méthodes fonctionne lorsque les juvéniles sont maintenus dans de bonnes conditions en captivité.

    Si ils sont strĂ©ssĂ©s parce qu’ils ne sont pas maintenus correctement aucune de ces astuces ne fonctionnera Ă  par peut-ĂȘtre le gavage.

    Ma femelle au cours des annĂ©es Ă  produit 11 pontes dont la majoritĂ© Ă  Ă©clos et produits des bĂ©bĂ©s en bonne santĂ© et je n’ai jamais Ă©tĂ© forcĂ© de gaver un jeune.

    Il n’est pas nĂ©cessaire lorsque cela est possible de copier les odeurs naturelles pour induire la prise de repas mais il faut ĂȘtre patient avec certain spĂ©cimen.

    J’ai maintenu mes diamants juvĂ©niles comme s’il s’agissait de python tapis les maintenant dans un terrarium chauffĂ© avec un gradient thermique et une baisse pour la nuit de 5°.

    Parce que ce sont de petits animaux timides il est de bonne augure de fournir un grand nombre de cachettes au point chaud comme au point froid.

    J’utilise des pots en terres cuites retournĂ©s avec le trou d’évacuation d’eau Ă©largit suivant le diamĂštre du serpent.

    Le serpent va Ă  l’intĂ©rieur par le haut et peut sortir sa tĂȘte Ă  l’extĂ©rieur pour observer son environnement en toute sĂ©curitĂ© et rentrĂ© sa tĂȘte en arriĂšre si il se sent menacĂ©.

    Laisser les juvĂ©niles dans un environnement calme est trĂšs important et les spĂ©cimens nerveux devraient ĂȘtre laissĂ©s seul avec des opĂ©rations de maintenances rĂ©duites Ă  leurs minimum jusqu’à ce qu’ils s’acclimates Ă  la captivitĂ© et commencent Ă  se nourrir correctement.

    Les pots fournissent aussi un point haut par rapport au sol et sont de bon lieu d’insolation, aidant les pythons Ă  conserver leur tempĂ©rature corporelle. J’utilise ces dispositifs dans de grands tupperwares en plastique ( environ de la taille d’une boite Ă  chaussure), un tapis chauffant de 10 cm thermostatĂ© sur le fond permet de donner un gradient thermique.

    Ils grandissent ainsi pendant l’étĂ©, l’hiver et le printemps, puis sont transfĂ©rĂ©s dans un terrarium ayant des Ă©quipements plus adaptĂ© tel que une lampe chauffante branchĂ© sur programmateur, un Ă©clairage UV, ect....

     

    Le second hiver ils sont au frais et ne sont pas nourris durant 3 mois pour les habituer rapidement Ă  un cycle annuel, c’est aussi un bon moment pour passer les rĂ©calcitrant des souris au rats. La plupart du temps que ce soit les mĂąles ou les femelles sont de bons mangeurs, mais comme pour tout autre animal il y a des exceptions.

    AprĂšs cette deuxiĂšme annĂ©e lorsqu’ils approchent la taille sub-adulte , ils peuvent alors ĂȘtre maintenus comme les adultes.

    Comme dernier mot j’ai dĂ©jĂ  mentionnĂ© comme le python diamant apprĂ©cie les radiations solaire, mais je mets en garde les propriĂ©taire de juvĂ©niles et de jeunes d’ĂȘtre prudent lorsque vous les placer dehors lors des journĂ©es ensoleillĂ©es pour se balader sur l’herbe.

    En raison de leur taille ils ont une grande surface comparé à leur volume et ils pourraient se réchauffer trÚs rapidement et il ne faudrait pas longtemps pour tuer un jeune serpent.

    Quelques juvĂ©niles que j’ai vendu par le passĂ© en sont mort malgrĂ© les bonnes intentions de leur propriĂ©taire.

    J’ai seulement occasionnellement mis les adultes Ă  l’extĂ©rieur pour se prĂ©lasser sous ma supervision; les jours doux et ensoleillĂ©s l’étĂ©, mais pas plus de 30 minutes et en les laissant se mettre Ă  l’ombre plus tĂŽt si il le dĂ©sire.

     

     

     

    Conclusion:

    Les pythons diamants sont magnifiques et enrichissant à maintenir en captivité.

    Ils sont impréssionant mais facile à manipuler leur coloration et leur patron incroyable, leur tempérament calme , tous cela contribue à en faire une espÚce idéal.

    C’est une espùce facile à maintenir et à reproduire quand les conditions sont correctes.

    Nous avons maintenant suffisament de connaissances et d’équipements pour reproduire ces conditions en intĂ©rieur, ou comme beaucoup de gens l’ont fait en les gardant dans des voliĂšres extĂ©rieures.

     

    J’espĂšre que mes connaissances aideront les gens, qu’ils en profiteront et se lanceront pour en apprendre encore plus Ă  propos de ces intriguantes crĂ©atures, et peut-ĂȘtre approuveront il mes mĂ©thodes et les partagerons avec la communautĂ© herpĂ©tophile.

    Les jours on l’on plaçait des individus WC dans des terrarium avec des ampoules Ă  incandescences pour les regarder mourir lentement sont rĂ©volus.

    Ce qui est largement du au mĂ©rite des lois gouvernementales en prĂ©vention des prĂ©levement d’animaux sauvage en vue d’ĂȘtre vendus dans le commerce.

    La nouvelle situation signifie que les terrariophiles sont capables de maintenir et de reproduire ces serpents pour répondre à la demande croissante pour ces fascinants reptiles.

     

    Remerciement:

     

    L’auteur tient Ă  remercier David Slip et le Dr Richard Shine pour leur travaux tĂ©lĂ©mĂ©triques

    qu’ils ont publis Ă  propos de morelia spilota spilota dans la nature, ce qui a contribuĂ© Ă  accĂ©lĂ©rer mes connaissances Ă  propos de cette espĂšce et m’a aider Ă  comprendre et Ă  maintenir ces python en captivitĂ©.

     

     

    Merci Ă  moOrelia pour les photos de ses serpents...

    Et comme d'habitude sous réserve d'erreur de traduction...



    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.



    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

    Loading...

×
×
  • Create New...