Jump to content
Sign in to follow this  
cmer

Code de déontologie du terrariophile

Recommended Posts

Code de déontologie du terrariophile


On parle beaucoup d’une moralisation nécessaire des pratiques terrariophiles. Certains sites se sont même spécialisés dans la voie d’une critique systématique de la terrariophilie, préférant la position confortable de l’inquisiteur à celle plus délicate et peut-être plus courageuse de l’avocat de cette drôle de passion si souvent diabolisée.

Je ne souhaite pas revenir ici sur le tableau désastreux qui nous est si souvent dépeint par tel ou tel de ces anti-terrario : prélèvement aveugle dans les milieux naturels, conditions de vie inadaptées et souffrance des animaux, dérive mercantile, trafic systématique, inconscience des éleveurs… Nous connaissons cela par cœur, il suffit de lire le journal, d’en parler avec nos chers voisins ou parfois même d’aller dîner en famille et les mêmes litanies reviennent !!!

Deux types de défense, à mon avis tout à fait complémentaires et surtout inséparables, sont alors nécessaires.
La première consiste à nier les accusations fausses fondées sur des observations désormais obsolètes. Ce type de défense consiste donc à refuser l’état des lieux dressé par nos adversaires.

A ce titre, il est tout à fait juste de rappeler que les plus grands dangers écologiques ne sont pas le fruit des terrariophiles amateurs : TOTAL, EDF, les entreprises de déforestation pour produire nos salons de jardin en bois exotique, la DDE, la chasse dans les zones humides protégés ( plomb dans les mares de reproduction des amphibiens ) font et feront malheureusement toujours plus de mal que le passionné parcourant les salons européens à la recherche d’un couple de Dendrobates tinctorius, né en captivité en Allemagne…pourtant vous savez tous lequel de ces protagonistes sera inquiété par la justice…

De la même façon il faut rappeler sans cesse au public, aux non-terrariophiles, par le biais d’expositions, de visites dans les écoles, de publications, de piges dans des journaux non spécialisé, le caractère profondément respectueux pour la vie animale de notre hobby. La terrariophilie bien comprise ne peut déboucher que sur une écologie active, rationnelle et éclairée. De la même façon, la protection des espèces doit s’appuyer sur les connaissances terrariophiles : on ne peut sauver que ce que l’on connaît. Une association qui ne se contenterait que de mettre en rapport des spécialistes, d’une façon totalement hermétique, sans soucis d’une information auprès du public ne sera d’aucun secours pour l’avenir (sombre ?) de notre passion et surtout pour celui (très sombre ?) des espèces animales que nous essayons de sauver d’une extinction irréversible.



Cela dit, ce type de défense ne doit pas masquer les dérives qui, il faut le rappeler, sont toujours aussi importantes. Il est vrai qu’elles sont souvent dues à un non respect des lois en vigueur : nécessité du Certificat de Capacité et surtout application des règles d’hygiènes et de sécurité auxquelles tout capacitaire doit se soumettre (il ne suffit pas d’avoir le permis, il faut continuer à en appliquer le code et les lois). Si tout les terrariophiles respectaient ces règles élémentaires, la plupart des problèmes seraient évités (évasions, accidents, maladies, etc …).

Cependant cela ne suffit pas à tout expliquer : on peut parfaitement être tout à fait dans son droit et continuer à être un très mauvais terrariophile.

Plus clairement : nous ne devons pas attendre passivement des hautes institutions ce que doit être notre conduite, nous ne devons plus attendre fébrilement de quelle façon sera réglé notre sort par des ministères successifs et contradictoires mais nous devons pas prendre les devant et dés maintenant nous fixer nos propres règles (bien sûr – cela est évident – tant quelle reste en accord avec la loi) et ce n’est que grâce à ce travail préalable que nous pourrons espérer un texte de loi rationnel et mesuré. En bref, ce n’est qu’en se dotant d’une déontologie – c'est-à-dire d’un texte créer par un groupe pour ce fixer un certain nombre de règles communes en vues d’une pratique éthique – que nous pourront faire face aux différentes critiques de nos détracteurs.

Il ne s’agit pas ici pour moi de donner une solution personnelle mais de faire écho à un chantier qui de toute façon commence à voir le jour dans toutes nos discussions associatives. Nous sommes scandalisés par certaines pratiques, nous avons tous, une fois ou l’autre, été spectateur des conséquences de mauvais traitement à un reptile, d’installation publique, commerciales ou privées ne respectant aucune des règles élémentaires d’hygiènes, etc.., etc …
Une chose est sûre : La majorité d’entre nous ne souhaite pas être associés à ces pratiques, nous les condamnons avec fermeté.

Un tel texte permettrait alors de se reconnaître au sein d’une pratique cohérente. A mon avis, trois moments distincts : l’arrivée (l’achat, la préparation) ; la pension (la cohabitation avec l’animal) et de la finalité (reproduction, don et vente) peuvent structurer les étapes déontologiques de la terrariophilie. Voici quelque idée… à débattre…


ART.1- L’arrivée

Le but de la terrariophilie n’est pas la collection mais la protection et l’élevage des espèces.
Ces deux finalités entraînent donc des conséquences non négligeables:
  • - LA PROTECTION, c'est-Ă -dire le refus d’achat d’animaux importĂ©s (un tel achat doit ĂŞtre rĂ©servĂ© Ă  des Ă©leveurs confirmĂ© dans le but d’une reproduction et donc dans celui d’une suppression – Ă  plus long terme – de nouveaux prĂ©lèvements) ;
  • - L’ELEVAGE nĂ©cessite une parfaite connaissance des besoins de l’animal (on vend malheureusement toujours plus d’animaux dans les animaleries que de livres et de documentations…), prĂ©paration du milieu de vie AVANT l’achat, prĂ©paration d’un plan alimentation (chiffrage de l’achat des proies ou mise en place d’un Ă©levage parallèle), prise de contact avec des Ă©leveurs.
  • Cela signifie que nous n’achetons pas pour revendre ou pour Ă©changer Ă  nouveau (nous parlons ici d’une dĂ©ontologie pour des terrariophiles amateurs).
  • Cela signifie que nous prĂ©fĂ©rons toujours un rapport direct avec un Ă©leveur ou un vendeur compĂ©tent qu’un achat par correspondance.

ART.2 – La pension

Tout animal est un être sensible et doit être traité en conséquence.
Nous ne faisons pas collection d’articles de mode, bibelots et encore moins d’armes. Dés lors, l’esthétique (certes, non négligeable en terrariophilie) de l’espèce choisie ou du terrarium doit toujours céder le pas sur le bien être de l’animal (un caméléon n’appréciera que moyennement la transformation de son terrarium en table de salons…). De préférence, une pièce est consacrée à nos élevages. Pas d’achat pour impressionner : « élever du molure » comme on le lit sur certain forums, n’est pas un gage de virilité, faut-il le rappeler ???... Il faudrait ici affirmer notre profond attachement à la notion de respect de la vie animale dont la valeur est indépendante et supérieure (les philosophes diraient transcendante) à toute idée de prix, de rareté ou de beauté. Dans cette optique, la mise en accord systématique avec le système législatif reste un objectif prioritaire (même si en l’état actuel des textes, cet objectif reste lointain) : la clandestinité ne peut que nuire, non seulement à l’image de la terrariophilie, mais aussi au bien être de l’animal (risque de poursuite judiciaires entraînant des difficultés d’accés au services vétérinaires pour les non-capacitaire).



ART.3 – La finalité

La finalité de l’élevage est la reproduction et la perpétuation des espèces en captivité.

En ce qui concerne une REPRODUCTION éventuelle et désirée : nous ne devons envisager toujours le pire (ex : garder six mois avant de les vendre une dizaine de pogonas juvéniles…), nous devons préférer l’échange ou la vente à « prix cassé » à des éleveurs confirmés ou a des passionnés, plutôt qu’une vente confortable à de parfaits inconnus sur le net…préférer, de la même façon, la vente sur sa régions ( en tout cas éviter les envois). Toujours envisager et proposer aux acheteurs une reprise des animaux…


Ce n’est qu’en développant les échanges d’informations que nous pourrons efficacement boycotter les établissements de commerce et les éleveurs particuliers qui ne respectent pas les règles déontologiques élémentaires de la terrariophilie.


Copyright : article écrit par Louis Georges Bourdat-Sainsevin parut dans le REPTILMAG numéro 11 de janvier 2003.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

  • Absence de selles iguane bleu

    Bonjour cela fais 2 semaine que je possède mon iguane juvénile de 7 mois il mange de temps en temps (salade légume et fruit ) il est dans un terrarium de 120cm de hauteur 60 de large 45 de profondeur depuis plus de une semaine elle ne déféque pas malgré qu'elle mange aider moi svp je sais pas quoi faire cela m'inquiète j'ai vérifié dans le terrain qu'il n'y avait pas des traces mais malheureusement nn elle ne déféque plus aidé moi svp  

    Riven
    Riven | 
    🦎 Lézards

    Maladie transmise a l'homme

    Bonjour a tous !  je suis jeune maman d'un béné de 2 mois et je vien d'acceuillir un jeune pogona a la maison.  j'ai lu qu'il y avait des maladies qui peuvent se transmettre a l'homme donc je m'inquiete un peu pour mon bébé... pourriez vous m'indiquer les choses a faire ? 

    Jojo78
    Jojo78 | 
    🦎 Lézards 2

    base de données vidéos et informations sur la faune et la flore.

    Bonjour A découvrir, pour ceux qui recherche des vidéos et informations sur la faune et la flore. Je viens de découvrir un site créé par une association à but non lucrative Base de données sur L'Aquariophilie,  la Terrariophilie , l'Ornithologie, l'Entomologie, la faune et la flore  en  vidéos avec documentaires. Vidéos animalier  

    macsud47
    macsud47 | 
    Discussion générale

    Conseils chauffage de mon terra(rium)

    Bien le bonjour à vous. Je viens chercher conseils auprès de vous comme vous pouvez vous en douter. Ayant toujours rêvé élever un serpent (enfin maintenir parce que je compte pas vraiment lui apprendre les bonnes manières ou à faire des tours) je n'en ai jamais eu l'occasion (surtout par manque de place) jusqu'à il y a peu. Maintenant je peux enfin !!!!! OUIIIIIIIII !!!!!! En farfouillant ces derniers jours sur un célèbre site de petites annonces entre particuliers (tu sais celui qui es

    Kapoue39
    Kapoue39 | 
    🛠️ Matériel terrariophile - installations 1

    Fuseaux horaires pogona

    Bonjour je vais bientôt avoir un pogona vitticeps qui a besoin de 10h de lumière par jour, et j'aimerai bien lui donner c'est légume avant de partir à l'école, c'est à dire 7h30. Est-ce que ce serait trop tôt pour lui? Merci d'avance 

    REIKO
    REIKO | 
    🦎 Lézards
  • Our picks

    • Que mange un lĂ©zard ?
      Chez votre Lézard, le plus difficile saura de connaître le groupe auquel il appartient. Est-ce un herbivore, un carnivore ou un omnivore ? De cela dépendra son régime alimentaire, plutôt simple dans tous les cas de figure. Il convient simplement de le respecter à la lettre et de ne s’autoriser que quelques sorties de pistes, toutes contrôlées.
      • 1 reply
    • Les maladies courantes des tortues
      Malgré une longévité assez importante, votre tortue peut également tomber malade au cours de sa vie. La majorité des maladies vient d’une mauvaise alimentation, de conditions environnementales inadaptées ou d’un mal-être engendrant du stress et de l’anxiété. Les solutions se trouvent souvent sous votre nez. Pourtant, certaines maladies doivent être rapidement traitées sous peine d’entraîner votre tortue vers la mort.
      • 1 reply
×
×
  • Create New...