Jump to content

snake house

Membre
  • Content Count

    1,126
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    12

Everything posted by snake house

  1. Voici un exemple (pour la forme) du type de bol que tu peux utiliser. Il existe une multitude de tailles. En gros, en animalerie, les petits sont destinés aux rongeurs, les moyens sont destinés aux chats, et les grands modèles sont destinés au chiens. A toi de voir suivant la taille du terra et du serpent. Voir lien ci dessous: http://www.ebay.fr/itm/Dog-Water-Bowl-Ceramic-Beige-Blue-20cm-Mason-Cash-/381465132041?hash=item58d117fc09 Pour vérifier si ton serpent n'a pas d'acariens, il faut regarder en priorité dans le pli sous le menton, autour des yeux en tirant légèrement pour écarté la peau de la lunette, et sous l'écaille cloacale. Tu peux aussi (pour éviter une contention jamais agréable pour l'animal) le faire glisser plusieurs fois dans un linge humide blanc et vérifier qu'il n'y ait pas de points noirs ou marrons dans le linge après passage de l'animal. Pour les température, c'est surtout un thermostat qui est important en premier lieu. Le thermomètre permet de vérifier les températures, mais le thermostat permet de maintenir les bonnes températures. Tu peux difficilement laisser un chauffage permanent sans qu'il soit coupler à un thermostat. C'est possible (puisqu'avant l'apparition des thermostats sur le marché, on faisait sans), mais c'est très délicat.
  2. Bol en céramique pour chien ou chat de diamètre adapté, a moitié rempli. Attention, il y a plusieurs raisons qui peuvent pousser un ophidien à passer son temps immergé dans son bol d'eau: - Espèce aimant naturellement se baigner (ce qui n'est pas vraiment le cas ici) - Forte chaleur dans le terra (hyperthermie) - Préparation de mue, et air trop sec - et enfin malheureusement la plus courante, parasites externes (présence d'ophionyssus natricis sur le serpent et dans son terra).
  3. Oui tout à fait... tu as raison de demander! C'est justement là que se trouve la limite entre plaisir personnel et bien être de l'animal. Et je ne peu t'apporter de meilleur réponse que ta propre phrase: 1- Pour un spécimen conditionné, ça va dépendre de l'espèce, et de l'âge, puisque ce sera directement lié au nettoyage du terra. Si je n'ai pas besoin de sortir le serpent pour nettoyer son terra, je n'ai aucune raison d'aller le déranger. Donc, lorsque je vais nettoyer le terra, je sors le serpent, et je le place dans un bac sécurisé, et une fois le terra propre, je replace le serpent dans le terra. Si il vient de muer, je vérifie qu'il ne reste pas un bout de mue quelque-part (exemple, le bout de la queue, ou parfois le menton), et lorsque je replace le serpent dans son bac, je le laisse s'accrocher par la tête à l'entrée du terra, en maintenant le corps plus bas que l'entrée du terra, et je le laisse se hisser tout en portant l'arrière du corps en formant un coeur avec mes deux mains. Cette technique permet une check rapide du dos de l'animal, mais également de son ventre. En glissant entre mes mains, et en exerçant une légère pression avec mes pouces de chaque cotés de la colonne, et en opposition mes index + majeurs + annulaires exerçant une légère palpation ventrale. C'est ce qui m'a permis de déceler les kystes sur ma femelle Morelia spilota. Il y a un an j'ai également décelé un fécalôme en formation chez un jeune Python breitensteini. Donc, en tout et pour tout, je dirai qu'en moyenne je manipule une fois tous les 8 à 10 jours, durant environ 1mn au total. 2- Lors du conditionnement, c'est à dire pour un jeune, soit né chez moi, soit fraichement arrivé en quarantaine. D'abord ma priorité va être qu'il s'alimente correctement, donc la manipulation ne sera pas du tout une priorité. Passé le stade de l'alimentation régulière, lorsque je vais aborder le petit pour le déplacer dans le bac de change (le temps de nettoyer son bac), si le petit n'est pas sur la défensive, il n'y a aucune raison pour le manipuler plus que le simple déplacement d'un bac à l'autre pour nettoyage. Si au contraire, le petit est sur la défensive et attaque la main, se débat, urine, etc... alors il est manipulé quelques minutes supplémentaires puis replacé dans son bac une fois détendu. Par détendu, j'entend un animal dont la respiration est à un rythme normal, qui darde sa langue et ne laisse pas juste l'extrémité bifide légèrement sortie (signe d'inquiétude). Un animal qui se déplace lentement, sans mouvement violents, en explorant son environnement. Cela peut prendre 2 à 3 minutes, parfois plus. L'important étant qu'il n'assimile pas, posture de défense = retrait de la main du soigneur, sans quoi il aura tendance à adopter ce comportement de façon systématique. Le cas le plus long que j'ai eu à conditionné est un jeune Python breitensteini né à la maison. Le plus beau de toute la ponte (évidemment). En le manipulant une à deux fois par semaine, 3 à 4 minutes à chaque fois (il se calmait vite, mais faisait des bons au premier abord), il a accepté la main de ma compagne sans souffler au bout de deux semaines, mais moi il ne m'a fait confiance qu'au bout de quelques mois. Curieux lorsqu'on sait que son père avait eu le comportement inverse et avait magistralement uriné sur ma compagne pour lui indiquer qu'il ne souhaitait pas qu'elle l'approche. Bien que n'étant pas d'accord avec le terme "agressif", je suis à 100% de ton avis sur le fait que le comportement de l'animal est directement lié à la maintenance. Et dans maintenance, j'englobe la relation avec le soigneur... au même titre que l'emplacement du terrarium, les températures, l'hygrométrie, la lumière, etc... Pourquoi un terra dans une zone passante est une évidence comme facteur de stress pour l'animal... alors que la peur du soigneur, qui va tout de même intervenir 3 à 4 fois par semaine dans le terra (ne serait-ce que pour changer l'eau) ne l'est pas. Si le soigneur n'est plus un prédateur, plus un danger, il n'est plus une source de stress... au même titre qu'un terra placé dans un endroit calme, où l'animal pourra s'y sentir en sécurité.
  4. Réponse au choix: 1. Pour les mêmes raisons qui t'ont poussé à séparer tes deux Boas sub-adultes, afin qu'ils n'aient plus de réactions inadaptés, comme taper dans les vitres ou sur le soigneur. 2. Parce-que l'entretien nécessite de déplacer l'animal, par exemple pour le nettoyage... et qu'avec certaines espèces on ne peut pas y aller au crochet, il faut y mettre les mains. 3. Parce-qu'un check-up de temps en temps, lors d'une prise en main, permet tout simplement de déceler un problème avant qu'il n'engage le pronostique vital de l'animal... -Un exemple concret: Je viens de faire retirer deux kystes qui, après analyse, se sont révélés cancéreux, sur une femelle Morelia spilota cheynei de 10 ans, et d'après le Doc si je ne les avaient pas détecté aussi vite ils auraient pu se métastasé (même si ça reste rare chez les reptiles). 4- Parce-que la taille et la force de certaines espèces nécessite des règles de sécurité... et qu'elles sont largement plus faciles à appliquer avec un animal calme, qu'avec un animal qui charge tout ce qui bouge. Ca n'a rien d'un paradoxe... C'est au contraire très logique. Les jeunes serpents sont en mode découverte durant les premiers mois de vie. C'est principalement durant cette période qu'ils vont assimiler tout à tas d'informations sur leur entourage... ce qui représente une menace et ce qui ne l'est pas. Ainsi il m'est arrivé de voir des bébés brongersmai s'attaquer l'un l'autre lorsqu'ils sont rassemblés après la sortie de l'oeuf. Comportement qui disparait rapidement une fois qu'ils ont compris que les frères et soeurs ne sont pas une menace. Même chose avec nos mains. Dès qu'ils ont compris que la main du soigneur n'est pas un prédateur, et qu'elle ne fuit pas face à la morsure, l'animal n'a plus aucune raison de s'acharner dessus. Cette période de mise en confiance est relativement rapide. Chez certains individus la main du soigneur ne représentera jamais de danger, et pour d'autres il faudra quelques semaines avant que le petit soit en confiance. Il n'y a aucun paradoxe entre quelques semaines de conditionnement en début de vie, au moment où l'animal découvre le monde qui l'entour et prend ses repères... et toute une vie de flippe chaque fois que son soigneur change l'eau, change le terra, retire un bout de mue, ou pire encore, doit effectuer une contention dès qu'il doit effectuer des soins au contacte de l'animal... cette fameuse contention tellement traumatisante pour l'animal. Je touche du bois, grâce au conditionnement je n'ai, pour ainsi dire, jamais besoin d'avoir recourt à ce type de torture pour l'animal. Il y a quelques années, j'ai maintenu et reproduit du Boa imperator. Je maintenais mes adultes sur alèses+ papier journal avec cachette et bol d'eau. Pas de déco, mais chaque spécimens étaient maintenu individuellement. Je n'ai jamais eu aucun cas d'agressivité. Pourtant, une des femelles qui est partie chez un ami a radicalement changé de comportement dans son nouvel environnement. Substrat en éclat de bois, fausses plantes, plus de cachettes... et pourtant mon ami se faisait charger dès qu'il ouvrait le terra. Je suis donc allé voir sur place, j'ai ouvert le terra sur une bête qui soufflait, j'ai posé la paume de ma main calmement mais sans hésitation sur la tête de madame, et de l'autre main j'ai saisi délicatement le corps et l'ai sorti sans le moindre soucis. Elle est redevenu en quelques secondes la crème que j'avais toujours connue. Ce qui m'amène à penser que ça n'était pas, dans ce cas précis, un problème de terrarium... encore que je partage l'idée qu'il faut s'avoir s'adapter aux besoinx de chaque animal, et que parfois, au sein d'une même espèce voir même d'une même fratrie, les besoins peuvent être différents d'un individu à l'autre. L'agencement du terrarium peut effectivement changer la donne entre mal être et bien être chez l'animal! C'est pour cela qu'il faut observer, et surtout ne pas hésiter à tenter des choses... prendre des initiatives, et affuter ses recherches personnelles. Le fait ensuite de pouvoir partager (comme c'est le cas ici ) ses observations, qu'elles soient bonnes ou mauvaises (les mauvaises sont trop souvent ostracisés, de peur d'être jugé, ce qui est malheureusement souvent le cas) est un plus.
  5. Désolé (et je le dis avec la plus grande tendresse), mais je ne vois pas le rapport... retirer des chiots à leur mère est une erreur tant sur le plan nutrition (passage d'un partie de l'immunité dans le lait maternel), que sur le plan éducation puisque les chiots sont rapidement corrigé par maman (sur le dos, en position de soumission) dès qu'ils dépassent les limites. Le sujet parle, entre autre, d'un apprentissage du serpent, dès son plus jeune âge (puisque c'est là qu'il découvre et donc apprend), à ne pas avoir peur de la main qui le soigne. On ne change pas réellement le comportement d'un animal. Il n'existe pas de télécommande magique! Il change de comportement lui même. Action/ Réaction! Pourquoi certains spécimens sont supra cool avec certaines personnes, et pètent un câble avec d'autres!? Parce-qu'il s'adaptent... l'un sera perçus comme quelque-chose de connu, sans danger... alors que l'autre sera perçu comme une menace, un prédateur potentiel! Une fois que le spécimen ne nous voit plus comme une menace, il n'a plus aucune raison de se défendre, de stresser, et dans certains cas de risquer de se blesser. Je donne un exemple concret avec une espèce que je connais bien... Les Pythons brongersmai (Blood Pythons) donnent des adultes à la morphologie puissante, large et trapus. Ils ont la fausse réputation d'être une espèce "agressive" alors qu'en réalité il s'agit d'une espèce craintive. Lorsque ce serpent est en panique (comme lors d'une manipulation maladroite, ou avec un spécimen terrorisé) il se débat violemment, si bien que les risques de chute sont importants. Hors l'animal étant lourd, une chute peut avoir de graves conséquences. Le travail effectué en amont, lorsque le serpent est jeune et qu'il découvre son environnement, qu'il apprend à reconnaitre ce qui est dangereux et ce qui ne l'est pas, aura certes un effet appréciable pour le soigneur puisque l'animal sera calme et détendu lors des manipulation, mais le véritable but recherché c'est la sécurité de l'animal. Qu'il ne stress pas inutilement, et qu'il ne se mette pas en danger. C'est pourquoi tu ne me verras jamais porter l'un de mes Blood adulte avec des gants de soudeurs. Il n'y a rien de mieux comme matériel pour qu'un serpent vous glisse des mains. Par ailleurs je n'en ai aucun besoin puisqu'aucun adultes n'a jamais manifesté la moindre agressivité ni défense une fois mis en confiance. Ce que tu appel "dénaturer" ou "changer le comportement" n'est en réalité (de mon point de vu) que l'annihilation d'une peur non justifiée, et par conséquent, d'un stress non productif. Je ne l'aurai pas mieux formulé!
  6. C'est ce que j'apprécie dans ce post... nous échangeons nos points de vus tout en respectant celui de l'autres (ou des autres). Je pense qu'il n'y a pas une vérité absolue. Pas une bonne façon d'aborder la terrariophilie, et heureusement d'ailleurs sinon il y aurait une bible et tout le monde se contenteraient de l'appliquer sans chercher à observer, réfléchir, évoluer dans notre passion commune. Tous les jours nous découvrons des nouvelles choses: -Il y a encore quelques années nous pensions que les serpents étaient complètement sourds... ce qui n'est pas tout à fait exacte. -Il y a quelques années, il était quasi-impossible de reproduire du viridis en captivité, c'est chose courante aujourd'hui. Le même travail est entrain d'être accompli avec les boeleni... -Au départ, on pensait qu'il fallait des UV pour le bien des ophidiens... puis après plusieurs brulures et ophidiens rendu aveugles on a dit qu'il fallait éviter... et maintenant on revient tout doucement et prudemment sur le sujet car certaines espèces sont naturellement exposés aux UV en milieu sauvage, encore faut-il leurs permettre de s'y soustraire en captivité, de choisir les bons UV (matériel plus adapté qu'à l'époque) et que la source de thermorégulation soit dissocier de l'apport en UV... On ne peut pas se cramponner a ses certitudes et se mettre des oeillères en se répétant que ceux qui font autrement font automatiquement n'importe quoi... sans même se demander pourquoi ça marche tout aussi bien, voir parfois mieux chez les autres. Enfin, si, on peut, mais c'est dommage parce-qu'on passe à coté de pas mal de choses. Après, tout est une question de point de vu: - Si le but recherché est de s'approcher au plus du milieu naturel, pour le bien de l'animal... si c'est réellement pour le bien être de l'animal, alors on s'abstient de maintenir ce dernier en captivité! C'est aussi simple que ça. - Ou alors on est un tantinet honnête avec sois même, et on admet que d'une certaine façon, égoïste, pour assouvir notre passion, on maintien ces animaux en captivité. Et parce-que malgré notre égoïsme, nous aimons ces animaux, nous leurs offrons des conditions de captivité optimales... mais que la captivité aura de toute façon un impact sur l'acquis comportemental de l'animal.
  7. Des vidéos valent mieux qu'un long discours... Voir les liens ci-dessous: http://www.bing.com/videos/search?q=mur%C3%A8ne+calin&&view=detail&mid=13606450617FE64D934813606450617FE64D9348&FORM=VRDGAR http://www.bing.com/videos/search?q=fish+like+massage&&view=detail&mid=C6343C53E06F6FA06C8FC6343C53E06F6FA06C8F&FORM=VRDGAR
  8. Le débat est intéressant... -Voici une phrase avec laquelle je suis tout à fait d'accord: Poilus- "...en résumé...on peu le justifier comme on veut...la captivité dénature à la base nos animaux, c'est un fait indiscutable..." -Partant de là, j'irai plus loin dans l'argument : Poilus- "donc en conclusion, si vous avez peur ou ne voulez pas d'une espèce mordeuse ou agressive, ou devenant trop grande etc etc....la solution est toute simple, ne la prenez pas !!" ... -Je serai d'avis d'aller jusqu'au bout de l'argument, et de ne pas s'arrêter à mis chemin. Si l'on veut réellement "respecter l'animale et ce qu'il est, en tant qu'espèce et individu selon son caractère de base" ... on le laisse dans la nature tout simplement et on ne le maintient pas en captivité, peut importe qu'il morde pour se défendre ou se mette en boule. Soyons honnête, malgré tous les efforts et toute la technologie dont nous disposons aujourd'hui, les animaux en captivité n'auront jamais les mêmes conditions que dans la nature. Le simple fait de naitre en captivité change largement la donne. Certes on peut chercher à s'en rapprocher, et parfois le mieux est l'ennemi du bien lorsque l'on s'aventure sur ce terrain (yeux brulé par UV, maladies respiratoires et maladie des ampoules dans terra humides...). Mais là encore c'est une question de point de vu... Partons du principe que pour éviter de dénaturer l'animal, nous nous rapprochions au mieux des conditions dans le milieu sauvage: - Dès la naissance il faudra euthanasier pas mal de frères et soeurs... Dans la nature seul les mieux camouflés, avec un peu de chance, ne se font pas bouffer par un prédateur. Donc tout ceux qui mettent un peu de temps pour s'alimenter, on flingue... - Ensuite il faudra foutre une bonne dose de parasite interne et externe au serpent... là encore, sélection naturelle car si un équilibre ne se forme pas, c'est la mort. - Il faudra qu'il s'alimente avec du vivant, et pas forcément de taille adapté, avec un peu de tout ce qu'on trouve comme proies dans la localité de l'espèce (oiseaux/grenouilles/rongeurs originaires du même endroit/ bon courage pour les espèces Australiennes)... En espérant à chaque repas que la proie ne devienne pas prédateur. - Il faudra reproduire fidèlement les variations de température (ok), d'hygrométrie (possible, ok), pression barométrique (impossible sauf dans un caisson pressurisé). - Et enfin, si vraiment on veut collé au milieu naturel, que l'on veut que le serpent garde son comportement "naturel" il faudra le confronté à de véritables prédateurs de temps en temps, histoire qu'il se rappel qu'il n'est jamais complètement en sécurité, sans quoi, à la longue son véritable comportement va être dénaturé. J'entend parler de "dénaturer"... mais nous parlons d'animaux nés en captivité, avec l'aide de l'homme, la plupart du temps en incubateur. Et pour les animaux qui ne sont pas né en captivité, mais sauvage, ils sont déparasités, et de mon point de vu (personnel), il est bien plus détestable de priver un spécimen qui a goûté au milieu naturel pour le placer en captivité; que de faire comprendre à un bébé serpent que la main qu'il connait depuis la naissance ne lui veut aucun mal, et lui éviter ainsi un stresse inutile. Une autre phrase avec laquelle je suis tout à fait d'accord, en parti : Poilus -"...la fameuse "manipulation" qui rajoute encore une couche à ce que je viens de dire et dont je pense que l'on devrait être capable de se passer lorsque cela n'est pas nécessaire. Elle n'apporte rien à l'animale, seul l'éleveur y trouve son compte, je trouve cela un peu "égoiste" sur le fond comme approche." - D'ou la phrase que j'avais inscrite un peu plus haut: "Le sujet est intéressant, mais je pense qu'il faut garder à l'esprit que les manipulations ne doivent pas être effectués pour son plaisir personnel, mais uniquement lorsqu'elle sont nécessaires au soin de l'animal. " Ainsi que cette phrase également: "Bien entendu, le sujet est délicat car il pourrait ouvrir une légitimité a toutes les dérives que l'on peut imaginer, et qui pourraient être fortement préjudiciables à la santé des animaux." Je pense (mais ça n'engage que moi), que pour les serpents il y a également une part d'inné et d'acquis. Malgré le fait qu'on les nourrisse avec du mort, ils continuent de faire une constriction par reflex... c'est de l'inné! Ils sont capables de s'adapter et de comprendre ce qui est une menace et ce qui ne l'est pas, c'est de l'acquis. Tout comme dans la nature, les règles de survie qui lui serait imposé (prédateurs, etc...) façonnerait autrement son comportement.
  9. Je n'ai pas eu l'occasion de faire ce stage lorsque Charlotte intervenait... J'aime bien ça façon d'aborder ce sujet justement. Personnellement je n'ai croisé aucun spécimen qui ait gardé un comportement de défense après un conditionnement. Je veux bien croire que ça existe, mais je touche du bois, je n'en ai jamais maintenu. Par contre, comme je le disais plus haut dans ce post, j'ai déjà vu des spécimens changer totalement de comportement suivant la personne en face d'eux. C'est pourquoi je ne m'engage jamais sur le comportement d'un spécimen une fois qu'il n'est plus chez moi... Tout cool qu'il était à la maison, il peut parfaitement changer de comportement pour X raison chez son nouveau propriétaire. Mais c'est très rare. je n'ai vu que trois cas en dix ans. Et dans les trois cas, ce comportement soudain de défense disparaissait après un retour entre les mains de leur soigneur d'origine.
  10. "Nancy", c'était le nom que lui avait donné la proprio... David avait vendu d'autres couples à des professionnels, et les retours qu'il avait eu dans le monde professionnel l'inquiétait sur le fait d'avoir cédé cette femelle à une particulière. Il avait fini par lui vendre car il avait vu qu'elle n'avait aucune appréhension et que la bête régissait bien... mais il est vrai qu'il n'avait aucune garantie sur le long terme . Et au final, Nancy c'est révélé être une vraie crème.
  11. Comme quoi les expériences et ressentis peuvent être complètement différents d'un individu à l'autre... Il existe depuis peu (déjà 3 ans tout de même), des stages qui expliquent et démontrent (théorie + pratique) les effets d'une manipulation visant à déstresser le serpent. Cette approche, appeler "Conditionnement positif" a été développé chez les ophidien (aglyphe) par Nicolas Hussard. J'ai assisté à deux de ces stages... un premier sous forme théorique, exposé à l'Ecole vétérinaire de Maison-Alfort, lors d'un week-end (6 et 7 avril 2013) formation sur les Boas et Pythons. Cette approche, et la similitude avec mes propres observations, m'a donné envie de participer à un autre stage, plus complet sur ce sujet, directement chez Reptiligne. Ce deuxième stage était en partie théorique, mais comprenait également une partie pratique... Pourquoi ce type de stage a vu le jour!? Tout simplement parce-qu'après près de 30 ans de passion, Nicolas.H a eu envie de tordre le cou aux légendes urbaines désignant certaines espèces comme "agressives", ou certains spécimens comme débiles et/ou agressifs... alors qu'en réalité dans 99% des cas (pour ne pas dire 100%) le problème ne vient pas du serpent mais de la manière dont on l'aborde. Le facteur déclencheur fut sans doute cette légende sur les Pythons brongersmai (Python curtus et Python breitensteini compris), réputés comme espèce(s) agressive(s)... alors qu'en réalité, lorsqu'on sait comment les aborder, comment les détendre, les mettre en confiance, il n'y a plus le moindre problème. Bien entendu, certains spécimens, pour ne pas dire une grande majorité, se calme naturellement avec l'âge. C'est d'ailleurs logique puisqu'au file du temps, lentement mais surement, ils réalisent que la main du soigneur n'est pas dangereuse. Les manipulations sous forme de conditionnement sont là uniquement pour accélérer ce processus, afin que le serpent comprenne dès le plus jeune âge, que son soigneur n'est pas un prédateur. C'est beaucoup plus facile lorsqu'ils sont jeunes... plus facile pour le soigneur, mais également pour le serpent. De mémoire, Nicolas à maintenu (et reproduit pour certaines espèces) du Malayopython reticulatus, du Python molurus, du Python sebae, du Simalia amethistina, du Bothrochilius albertisii, etc ... au contacte de ces différentes espèces souvent réputées "agressives" il a pu se faire sa propre idée de ce qu'était un serpent agressif. Et si il en est arrivé à la conclusion que: "un serpent agressif, ça n'existe pas!", c'est que quelque-part en chemin, il a compris quelque chose... ou bien il a tout simplement eu beaucoup, beaucoup de chance. Plus encore, lorsqu'il partage des anecdotes sur ce sujet, venant du couple Barker (VPI / près de 60 ans d'expériences), c'est tout simplement un régale.
  12. Oui c'est grave. Le cycle Jour/nuit doit le moins possible être perturbé. Si j'ai bien compris, ton ampoule type "spot" vient en complément de ton chauffage par tapis. Et tu souhaiterai que ton ampoule s'allume le matin et s'éteigne le soir, même lorsque tu es absent du domicile... ... pour cela rien de plus simple! Tu vas dans n'importe quel magasin de bricolage (ou même en rayon bricolage des grandes surfaces) et tu achètes pour moins de 10€ un programmateur. Je te conseil un programmateur mécanique qui sera plus fiable qu'un digitale, mais un peu plus bruyant (encore que, certains modèles méaniques sont très silencieux). Il s'agit d'un petit bloque que tu places directement sur ta prise de courant, et tu branches ta lampe sur le petit bloque. Tu lis la notice, et tu fais ton programme. Ainsi ta lampe s'allumera et s'éteindra aux heures que tu souhaites, sans jamais que tu es à intervenir.
  13. Bonsoir michel01, La 1er photo n'est pas exploitable, mais la deuxième, même si c'est toujours difficile d'être sûr, indique que le serpent n'est pas en mue. Par contre, il est très déshydraté. Dans ce cas particulier, des bains lui feront le plus grand bien, mais enroulé dans une serviette humide à 30°C ça fonctionne tout aussi bien pour lui rendre l'élasticité des écaille. Et surtout qu'il dispose d'eau propre tout le temps. Je n'arrive pas à déterminé si c'est une accumulation de plusieurs mue qu'il a sur l'oeil et le rostre, ou si c'est une marque de calcaire. En effet, lorsque l'eau est rarement changé, et que le serpent n'a plus d'autre choix que de boire dans une eau stagnante d'une semaine ou plus (je rappel qu'en général les serpent ne touche plus à l'eau passé trois jours, sauf si ils n'ont plus le choix lorsque la déshydratation se fait sentir), le calcaire la poussière et bien d'autres choses se sont accumulé à la surface de l'eau. Le serpent qui n'a plus d'autre choix que de boire ce bouillon immonde (instinct de survie oblige) trempe sa tête plus profond que dans une eau propre, pour boire. La pellicule en surface de l'eau se dépose alors sur l'avant de la tête du serpent. Etant donné les signes flagrants de déshydratation de ce spécimen, je ne serai pas étonné que son ancien propriétaire fasse partie de ces personnes qui ne changent l'eau que lorsque le bol est vide, où lorsqu'il y pense, une fois par mois! Dans le cas présent, ce que je ferai à ta place: 1- Je placerai le Python dans une serviette humide durant une après midi, en prenant soins de remettre de l'eau tiède de temps en temps pour maintenir une température de 28/30°C. 2- Suivant l'état du serpent après cette petite séance de "sauna", je frotterai doucement les traces blanches sur la tête du serpent avec une serviette mouillé. Si des restes de mue commencent à se décoller, avec un gant en caoutchouc, je ferai des massages en cercle sur les yeux, en appuyant très légèrement. C'est le moyen le plus délicat pour retirer des restes de mues sans abimer les lunettes pré-cornéenne. (Surtout pas de pince à épilé, scotch ou autre instrument de torture parfois conseillés sur les forums). 3- Dans le terra du Python, je placerai une boite plastique type cachette, avec de la sphaigne humide dedans, pour qui continue son sauna à domicile si il en éprouve le besoin. 4- Je chaufferai le terra à 25°C avec un tiers à 30/31°C, le tout thermostaté. 5- Et les jours suivant je baignerai le serpent tous les 2 ou trois jours jusqu'à ce qu'il retrouve une écaillure souple, et qu'il n'ait plus de signe de déshydratation.
  14. Voir autre post identique dans section serpents... Coffrage perforé = prolifération bactérienne = maladie des ampoules!
  15. Bonjour! Avec une photos nous pourrons sans doute te dire si effectivement ce Python est en mue, à quel stade, et quoi faire. Si les yeux du serpent sont couleur laiteuse, c'est qu'il est au 2/3 de son cycle de mue... Le bain n'est pas la technique la plus efficace pour une rétention de mue. Une serviette éponge humide (à 30 degrés) dans laquelle on enveloppe le serpent durant une ou deux heures, le tout dans un bac sécurisé (en prenant soins de remettre un peu d'eau tiède de temps en temps) est bien plus efficace. Le bain est plus conseillé pour les problèmes de constipation. Attention également à bien préparer l'habitat du reptile ( et le tester pour obtenir les bons paramètre de manière stable ) AVANT l'arrivé de l'animal. En aucun cas ce type de serpent ne devrait subir des températures inférieur à 25°C et supérieur a 33°C. Une petite relecture pour vérifier que l'écriture intuitive n'ait pas changé quelques mots permettrait également une meilleur lecture, et donc plus de gens prendront le temps de répondre de manière efficace et pertinente. Merci d'avance!
  16. Bonjour Giom. L'explication se trouve sur un autre post où nous avons échangé sur les risques du coffrage perforé! Une maladie dès ampoules était prévisible. Consulte rapidement un vétérinaire spécialisé en reptiles (et pas en NAC) et change vite ton système de chauffage. La maladie des ampoules n'a pas besoin que le sol soit humide pour se manifester. Il faut juste un développement bactérien anormalement élevé (coffrage perforé apporte cet élément), et une porte d'entrée sur le derme du serpent. Une toute petite plaie, comme une piqure d'acarien ou micro-blessure sur le décore suffit à ouvrir cette porte.
  17. Tu peux fournir un petit °C de plus au point chaud (25°C), mais c'est un détail... Concernant ta boite à mue (snake cave) tu utilise de la mousse ou de la sphaigne? La sphaigne est plus facile à humidifier correctement. On la plonge dans de l'eau tiède, et on la presse comme une éponge en la sortant de l'eau... prête à l'emploie! Par contre il faudra renouveler l'opération aussi souvent que nécessaire car lorsqu'elle s'assèche, elle pompe l'humidité de l'air, ce qui donne l'effet inverse de ce qui est recherché. Même principe avec la mousse. Tu peux également changer l'eau tous les deux jours pour voir si ton Oreocryptophis porphyraceus coxi va boire plus régulièrement. Il n'est pas rare qu'au bout de 2 ou 3 jours le serpent ne touche plus à son eau. Enfin tu peux vérifier l'absence d'acariens... Ce parasite est souvent associé à de mauvaises mues!
  18. Lorsque tu dis qu'elle vide son bol d'eau, comment s'y prend t elle? Elle le boit puis urine ou régurgite l'eau? Ou elle renverse son bol? Ou elle se baigne dedans? Ce n'est pas claire.
  19. 20 jours sans changer l'eau!?! La plupart des serpent ne boivent plus leur eau stagnante passé 3 jours. Sans compter qu'avec les températures dans un terrarium correctement chauffé, il y a des chance pour que les bols soient vides au bout d'une semaine. Lorsqu'on prend la responsabilité d'un animal, il faut impérativement connaitre quelqu'un qui pourra s'en occuper un minimum lorsqu'on s'absente. Certes les serpents peuvent rester longtemps sans manger sans que cela ait une incidence sur leur santé... mais l'eau est indispensable pour leur santé et je déconseille vivement de ne pas changer l'eau passé 6 à 7 jours (de manière très exceptionnelle, bien entendu, sans quoi c'est tous les jours voir tous les deux jours jours qu'il faut la changer). Je sais que le message date de début février, mais je pense important de rappeler certaines bases.
  20. 1. Pour les deux autres, tu peux les faire tester. Soit copro, ou alors encore plus fiable prise de sang! 2. Pour les UV je ne sais pas, mais de mémoire, la solution formaldéhyde est ce qui agit le plus rapidement sur les spores. Bien entendu, on ne désinfecte pas sur du sale... Donc dans un premier temps on nettoie avec un détergent ou du savon, et dans un second temps on désinfecte et on laisse agir le plus longtemps possible. Le véto peut mettre a disposition (vendre) des flacons pour cet usage. 3. Le risque c'est de soulever les spores, et de les répandre un peu partout sans les avoir neutralisé. Je déconseille la vapeur dans ce type de situation précise.
  21. Et le mâle... il est identique ou différent de cette femelle!?
  22. 1. Dans le cas d'un terra en bois, type mélaminé ou contreplaqué, un matériaux étanche, qui supporte à la fois la chaleur, les urines, et l'humidité lors des pulvérisations. Je n'utilise pas ce type de coffrage... par contre, les personnes que je connais qui utilisent un coffrage l'on fait avec une plaque de plexi. Les joints doivent être parfait sans quoi tout est à refaire au bout de quelques semaines. 2. Le tout est de trouver le juste milieu. Pas trop humide pour que le serpent ne tombe pas malade... mais pas trop sec pour qu'il puisse muer sans rien changer aux conditions quotidiennes de maintenance.
  23. Je me suis permis de numéroter le texte pour rendre plus claire ma réponse: 1. Plusieurs éléments dans cette première partie... - Si ce Python regius fait 55cm, il faut l'alimenter avec plus gros que du rosé. Un repas doit correspondre (pour cette espèce) au diamètre du corps du serpent à l'endroit le plus large (env au milieu de la longueur de ce dernier). - L'âge, tu es légalement obligé de l'avoir sur la facture ou le Cerfa animaux non domestique. Le magasin doit te fournir un document avec l'année de naissance. Mais son âge n'entre pas en ligne de compte pour la taille des proies lors du nourrissage. C'est le diamètre du Python regius qui est l'indicateur sur la taille des proies. 2. Le chauffage par le sol n'est pas LE meilleur chauffage pour ton serpent. C'est simplement un des systèmes de chauffage utilisé, et malheureusement, trop souvent présenté comme le meilleur, ce qui est loin d'être vrai. Dans la nature, c'est principalement l'air ambiant qui est utilisé par ce type de serpent pour se thermo-réguler. Il fait tellement chaud en surface que le Python regius passe une grande partie des journée dans des galeries souterraines où l'air est plus frais (29/31°C). Et ils sortent lorsque la fraicheur de la nuit le leurs permet. Le fait de chauffer l'air du terra (avec lampe spot ou mieux encore, lampe céramique) est une bonne chose dans une pièce trop fraîche, comme c'est le cas ici. Certes cela assèche l'air, mais il y a des moyens de chauffer l'air sans pour autant qu'il ne devienne trop sec! Par exemple on peut pulvériser quotidiennement... on peut proposer une caisse avec un substrat humide à l'intérieur... mettre un plus grand bassin... etc... Le chauffage au sol est plutôt indiqué, soit en complément d'un chauffage radiant si celui-ci est insuffisant pour atteindre les bonnes températures au point chaud... soit dans le cas d'une pièce déjà chauffée pour les besoins du serpent, c'est à dire entre 25 et 27°C. Dans ce type de maintenance, le chauffage au sol n'ajoutera que 3 à 5°C pour offrir une surface où le serpent pourra se poser de temps en temps. Mais dans une pièce à 18°C, le serpent risque de passer 8 heures par jours à se dessécher le ventre sur le seul chauffage qu'il trouvera dans son habitat trop froid! -Les températures doivent être de l'ordre de 30°C au point chaud, et 25°C au point frais. La nuit, une température homogène de 25°C est tout à fait acceptable. -Un thermostat est fait pour maintenir des températures fiables. Si il ne fait pas le travail convenablement c'est que, soit il est défectueux, soit l'installation est incorrecte (sonde au mauvais endroit, etc...). - L'Aspen peut tout à fait être à l'origine des bruits que produit ton Python regius. J'ai testé ce type de substrat, et je l'ai rapidement retiré car trop poussiéreux pour mes animaux et moi même. C'est encore plus vrai avec des animaux actifs, dont les déplacements provoquent le déplacement de la poussière dans l'air. Donc avant d'aller chez le véto, essaye de retirer l'Aspen, passe un coup d'aspirateur dans le terra, et essaye temporairement avec une alèse jetable ou du sopalin. Parlant d'alèse jetable ou de sopalin ... lorsqu'on rapport un serpent à la maison, même si c'est son premier serpent, il est conseillé d'utiliser ce type de substrat les premières semaines. Pourquoi!? Tout simplement pour identifier et agir rapidement en cas de présence d'acariens (Ophionyssus natricis) sur ton serpent. Plus vite le problème est identifié, plus vite on intervient... et plus vite on intervient, moins on aura de difficultés à éradiquer le problème. Sur un substrat blanc, facile à voir... alors que dans du copeau, c'est quasi-impossible. 3. Si le serpent est là depuis seulement 2 semaines, il n'y a pas de quoi s'inquiéter (sauf si déjà extrêmement maigre). Les proies semblent trop petites pour ton serpent. Mais là encore, c'est à toi de juger du diamètre du corps de ton serpent, et le comparer avec le diamètre des proies. De plus, les rosés ne sont pratiquement pas nutritifs. Pas d'os, pas de calcium! Pour réussir ton nourrissage, si il mangeait bien à la boutique, demande leur comment ils procédaient afin de te rapprocher au mieux de leur technique dans un premier temps. Une fois qu'il mangera régulièrement, tu pourras faire évoluer les choses, mais avec un animal qui refuse, mieux vaut revenir à ce qu'il connait. Je lisais un peu plus haut, "laisser une proie sur une feuille de sopalin toute la nuit". Attention, un jour il se peut que la feuille de sopalin est également disparu. Ca ne serait pas la première fois que ça arrive. L'odeur du rongeur se dépose sur la feuille, ou tout simplement le serpent prend un bout de feuille en même temps que la proie, et c'est parti! Une consulation chez le véto, et en général ça se termine avec une chirurgie sans garantie que tout se passe bien! Faites attention lorsque vous laissez manger seul vos serpents. Une assiette ou un plat en carton jetable est plus indiqué pour ce type de nourrissage. J'avais un Morelia spilota cheynei qui ne s'alimentait que de souris, donc 5 ou 6 par repas. L'avantage c'est qu'il mangeait du déposé, et de manière très propre. Je plaçais les rongeurs mort dans une assiette en carton, et je retirais l'assiette une fois le repas terminé. Pour conclure, je dirai que pour ce type de post, quelques photos aident à voir rapidement ce qui va et ce qui ne va pas. N'hésitez pas à prendre le terra et le serpent en photo la prochaine fois! Un dernier conseil... un outil qui devient vite indispensable lorsqu'on maintient du reptile... un thermomètre infrarouge. La lecture est immédiate sur tout ce qu'on vise, que ce soit la température du serpent, du point chaud, du poids frais, de l'eau si on doit le baigner, etc... Bref, on en trouve à des prix tout à fait abordable maintenant, et c'est bien plus fiable que le thermomètre intégré sur les nouveaux thermostat, qui eux ne donnent que la température de l'endroit où se trouve la sonde.
  24. Salut Giom, 1. Oui, le système de chauffage est placé sous le terra lorsqu'il s'agit de terrarium en verres ou en plastique. Pour les terra en bois, vu l'épaisseur il est en effet préférable de faire un coffrage étanche dans le terra. La chaleur passe sans problème le verre ou le plastique. Le tout est de ne pas surcharger en substrat. Pourquoi pas en contacte avec le verre?... pour éviter tout simplement que celui-ci éclate, surtout si de l'eau fraiche est renversé sur le verre chaud. Pour éviter de perdre de la chaleur, il est possible d'utiliser les baguettes qui surélèvent le terra et de faire un carré autour du cable chauffant. La sonde du thermostat peut être placé dans le terrarium, fixé là où le serpent va venir se chauffé... Pourquoi fixé ? Car si le serpent déplace la sonde, dans ce cas là, effectivement le câble va fonctionner au maximum. En réalité c'est le même système que ce que tu proposes... à savoir un coffrage, sauf que celui-ci utilise le planché du terra comme plaque du dessus, sans trous, et qu'il est à l'extérieur, sous le terra. 3. Ce sont les mues le meilleur indicateur pour une hygrométrie correcte. Sauf que si ont pulvérise plus lors des mues, cela fausse l'outil de mesure. L'animal doit pouvoir muer sans qu'on ajoute des pulvérisations. S'il ne peut pas, c'est qu'il faut légèrement augmenter l'hygrométrie au quotidien. Pendant longtemps j'ai pensé que l'hygrométrie n'était pas si importante que ça du moment que le serpent pouvait boire de l'eau propre quotidiennement... et puis je redoutais surtout les IR (Infections Respiratoires) si je me plantais sur l'hygrométrie. En réalité, un air trop sec à des conséquences, mais sur le long terme. Il flingue les reins du serpent qui doit boire plus qu'il n'est supposé le faire. Bien entendu, il faut plus d'une dizaine d'année pour s'en rendre compte... peu de gens gardent aussi longtemps leur reptile. J'espère avoir répondu à tes questions Giom. N'hésites pas si un point reste flou ou te semble inexacte. A bientôt!
  25. Bonjour! Je me permet d'intervenir pour éviter d'éventuels incidents. Je me suis permis de numéroter les différents conseils afin que ce soit plus claire: 1. Il est tout à fait possible de placer un câble chauffant sous le terrarium, surtout lorsque ce dernier est en verre. L'idée est que le câble ne soit pas directement en contacte avec le verre. Ce n'est pas impératif mais c'est préférable. Tu peux par exemple utiliser des petites ventouses prévues à cet effet. Bien entendu, cela impose qu'il y ait un espace entre le dessous du terra et le support sur lequel il est posé. Personnellement je n'aime pas beaucoup les câbles. Je préfère de loin un tapis chauffant qui permettra un chauffage plus harmonieux. L'idée du coffrage avec un plaque perforé laissant s'échapper la chaleur est, de mon point de vu, dangereuse. Les serpents produisent également des urines liquides (en plus des acides uriques), ce qui veut dire que ces dernières vont pénétrer à un moment ou un autre dans le coffrage, donc dans le système de chauffage. Autant dire qu'en terme d'hygiène et d'odeur, on va rapidement se retrouver avec une culture bactérienne impressionnante (risque de maladie des ampoules ou pneumopathie) Ce type de coffrage est destiné aux terra faits maison, en bois, parce-que le planché du terra est souvent trop épais pour laisser passer la chaleur. Et le coffrage doit toujours être étanche et jamais perforé. 2. Ce n'est pas l'âge de l'animal qui compte, mais sa taille (comme indiqué en souligné). Un repas, pour un Python regius (ce qui n'est pas vrai pour tous les serpents) doit correspondre au diamètre du milieu de l'animal. Sans connaitre la taille du serpent, il est dangereux de donner une quantité de nourriture à l'aveugle. Passer au décongelé est un bon conseil... mais pas facile avec du regius habitué au vivant. Mieux vaut commencer au fraichement tué. L'important est de ne pas rester dans la vision du serpent lorsqu'il a été habitué au vivant, et par vision j'inclus sa vision thermique. Les regius attrape souvent leur proie lorsque cette dernière s'éloigne d'eux. Si ils perçoivent un immense prédateur en second plan, il y a peu de chance qu'il tapent! Il faut donc se placer de coté et imiter les déplacement d'un rongeur vivant avec la proie pendant qu'elle est encore chaude, mais surtout pas lui mettre devant le rostre directement. Lorsqu'il s'alimentera régulièrement avec du fraichement tué, tu pourras passer au décongelé avec des proies sèches, à bonne température, avec la bonne odeur (utiliser du substrat de rongeur souillé pour imprégner la proie). 3. Dans la nature, les regius passe une grande partie de la journée dans des galeries souterraines où l'hygrométrie est proche de 100%. En captivité, il est difficile de reproduire ce paramètre sans risquer des problèmes de santé pour l'animal, du fait d'un faible renouvellement d'air. Il est donc important que le serpent ait son eau régulièrement changé pour qu'il puisse s'hydrater en buvant. Mais parfois ça ne suffit pas. On peut donc mettre à sa disposition une boite sous forme de cachette, avec à l'intérieur un substrat humide (mais pas trempé). En général, on utilise de la sphaigne pour ce type de boite. C'est le même principe que les boites de ponte. Si ta pièce est relativement fraiche (en dessous de 24°C), je te conseil de garder un système de chauffage par lampe (soit lampe céramique, soit type spot... mais la céramique à l'avantage de pouvoir être thermostaté et de fonctionner également la nuit). Le chauffage de l'air est important pour le serpent. On ne peut pas lui imposer de passer sa vie sur un tapis chauffant pour atteindre sa TMP (Température Moyenne Préférentielle). Donc dans une pièce fraiche, on doit chauffer l'air du terra... ce qui ne sera pas nécessaire dans une pièce chauffée entre 25 et 27°C. Pour revenir rapidement sur le nourrissage, tu peux nourrir tous les 10 jours au lieu de deux semaines. Pour le véto... c'est un avis personnel, mais un véto qui n'est pas formé pour ce type d'animaux, une visite pas an ça ne sert pas à grand chose. Mieux vaut garder l'argent de ces visites pour le jour où tu en aura besoin, et rechercher un véto spécialisé en Reptiles (et pas en NAC...les NAC regroupant les oiseaux, rongeurs, etc...). Je te rassure Malice20, si ton serpent est en bonne santé depuis 2011, c'est que tu t'en occupe très bien. Et mieux vaut un Python légèrement sous alimenté, avec une croissance lente, qu'un serpent boosté qui voit son espérance de vie compromise!
×
×
  • Create New...