Jump to content

El Peedro

Membre
  • Content Count

    2306
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

Seller statistics

  • 0
  • 0
  • 0

El Peedro last won the day on September 3 2015

El Peedro had the most liked content!

Community Reputation

67 Excellent

About El Peedro

  • Rank
    Membre confirmé
  • Birthday 09/27/1994

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Localisation :
    Lille
  1. Ouh gros potentiel, je vais suivre ça ! Et content de te revoir Fab'
  2. Nous sommes la source d’une dérive incontestable. Par notre demande grandissante, nous provoquons l’abject et le méprisable, ça ne fait aucun doute. Mais nous ne sommes pas qu’une source, nous sommes aussi les acteurs d’une longue chaîne d’intermédiaires, et nous avons la chance d’en être à la fois le premier et le dernier maillon. C’est notre demande qui conditionne l’offre, et c’est nous qui accueillons les animaux. C’est un potentiel incroyable, c’est entre nos mains que les animaux finissent, c’est de nous que dépend le reste de leur vie, que l’animal soit né en captivité ou prélevé. Pour rester dans le sujet du post, un reptile prélevé n’est pas nécessairement maltraité du simple fait de la privation de liberté. On se complaît à parler de privation, engendrée par la détention dans un espace réduit d'un animal ayant connu la grandeur de la nature. Encore faut-il savoir de quel volume réduit on parle, et de quel volume effectivement occupé in natura on envisage. Tout dépend des espèces considérées. On parle rarement des ajouts, de la stabilité, des proies, de l'absence de prédateurs, et d'autres éléments jouant en faveur de la vie et non plus simplement de la survie. Considérer la nature comme un havre de paix et d'harmonie me semble aussi malavisé que de prélever sans raisonner, je crois en l'existence d'un juste milieu. Notre influence, qu'elle soit noble ou vile, dépend de notre volonté. Cordialement
  3. L'égoïsme a de nombreuses teintes, il n'implique pas nécessairement l'idée de maltraitance. La terrario, d'une manière générale la détention d'animaux, et encore plus généralement l'idée d'un pouvoir qu'on exerce sur des animaux, c'est un plaisir égoïste. Pourtant tous ne se valent pas d'un point de vu éthique. Le terrariophile use de son savoir faire, de ses ressources pour contribuer à l'épanouissement d'un animal donné, garantie d'une contrepartie découlant de l'observation d'un spécimen en bonne santé. C'est s'approprier l'animal, user d'un pouvoir relativement large sur lui, mais avec une finalité noble. La maltraitance, c'est abuser de ce pouvoir. Elle peut être volontaire comme involontaire, mais elle aboutit toujours à une dégradation. Ce n'est pas ça la terrario. L'animal n'est pas abîmé, il est non seulement préservé mais également élevé par une maintenance aménagée spécialement pour lui. A mes yeux, s'il fallait pointer du doigt des gens s'octroyant des droits sur des animaux, ce n'est pas à des passionnés plein de bonne volonté que je m'attaquerais en premier. Cordialement
  4. Je crois que dans une certaine mesure, t'as vraiment l'air d'un mec cool, Gecko 06..
  5. Chochotte Répéter la même phrase en boucle, ça ne peut convaincre qu'une seule personne.. celle qui l'écrit. Avoir une vision différente des autres n'a rien de mal, c'est même potentiellement intéressant dans un monde comme la terrario, soumis à des clivages multiples (et pour ne rien te cacher, quand j'ai lu ton intervention et celle d'un autre membre sur votre conception des dimensions, je m'attendais à une discussion remplie d'arguments amenant à une possible remise en perspective de tout ça.. dommage). Cordialement
  6. Ok, je vais être plus clair. Ton installation, tes conditions de maintenance, tes animaux, ne m'intéressent pas, mais alors pas du tout. Tu peux les maintenir comme tu veux (dans la limite du légal évidemment), ça m'importe fort peu. Je trouvais juste dommageable pour toi comme pour tes bêtes de ne rien remettre en perspective (d'où ma suggestion de poster des photos, ce n'est pas pour moi que je les demande, ni par provoc', c'est juste pour toi et ton enrichissement personnel). Mon message initial ne s'adresse pas à toi personnellement, mais bien à ce cher lecteur passif, susceptible d'envisager qu'après tout, si certains maintiennent dans des volumes minuscules des pogonas.. "bah pourquoi pas moi ?". Je l'invite juste à réfléchir, rien de plus.
  7. Je serais bien tenté d'embrayer sur les manips, mais je préfère éviter le hs.. puis je me suis déjà pas mal exprimer là-dessus dans d'autres sujets. Et tu sais, si tu trouves irréprochable ta maintenance, un petit sujet en section photo, et tu pourras constater tout un tas de perspectives d'évolution, chose salutaire pour toi comme pour tes reptiles. Mais là encore, c'est toi qui vois. Cordialement
  8. Tu sais ce qu'on dit, ce n'est pas parce que beaucoup de personnes ont tort qu'elles ont raison. La réflexion, la remise en perspective, c'est ça qui fait avancer la terrario l'ami, pas imiter bêtement le copain. Oui là forcément, ce serait même flippant que ce ne soit pas le cas Cordialement
  9. Ça relève avant tout de l'éthique, propre à la personne, et d'une extrême variété prise dans son ensemble. La conception de la maintenance, et plus encore le choix de la détention d'animaux captifs repose sur ça. Ah mais tu fais ce que tu veux l'ami.. Cordialement
  10. Restreindre les dimensions d’un habitat au strict minimum implique avant tout de connaître les exigences d’une espèce donnée, son besoin d’espace et la manière dont elle l’exploite. Au-delà de tout critère subjectif, émanant de la sensibilité et des convictions profondes du terrariophile, une certaine objectivité est quand même susceptible d’exister. Un saurien particulièrement casanier, peu enclin in natura à sortir de sa planque, n’a pas besoin d’un espace particulièrement grand, simplement parce qu’il n’en a pas l’utilité. Nephrurus par exemple, gecko fouisseur, discret et nocturne rentre dans cette étroite catégorie. Car il faut bien le dire, on peut facilement parler d’espace superflue dans ce cas de figure (et à ce titre, c’est un saurien qui a une bonne réputation dans la maintenance en rack, apparemment plus facile qu'en terra au regard des moeurs et des exigences de l’espèce). Est-ce le cas du pogona ? Lézard très héliophile, et plutôt actif si bien maintenu évidemment.. la réponse est évidemment non. Et si certains rechignent à l’idée de considérer le pogo comme un lézard actif, cet avis est parfaitement compréhensible, mais en même temps si on s’amuse à intégrer dans la norme de référence des lézards comme les calotes ou le lézard à collier, il est normal que le pogo paraisse un peu mou du genou à côté. Soit.. mais le besoin d'espace ne se limite pas à l’activité du saurien. Un pogona imposant peut taper dans les 50 cm, et ses moeurs impliquent un gradient thermique assez large, rendant la conciliation de tout ça difficile avec un volume aussi réduit. Des conditions de vie qui ne sont pas optimales n’auront pas nécessairement des répercussions spectaculaires sur un reptile aussi résistant qu’un pogona, du moins pas toujours visibles. Pourtant, si vous vous amusez à invoquer et mettre en avant vos « bonnes intentions », vous devriez plutôt vous concentrer sur le bien être de l’animal, plutôt que de vous limiter à sa survie. Cordialement
  11. Salut, L'idée est ambitieuse, essayer de reproduire les merveilles de la nature, c'est ce qui rend belle la terrario, mais la plus sublime des intentions n'a jamais été la garantie d'un résultat probant, et il est difficile de faire plus véridique qu'ici. Recréer un biotope aussi vaste, complexe, et équilibré dans une boîte (car c'est ce qu'est un terrarium), c'est comme vouloir attraper un nuage... vous aurez beau sauter aussi haut que vous voulez, et dire que vous vous en approchez un peu plus à chaque fois, vous en serez en fait très loin.. et accessoirement vous passeriez sans doute pour un con. Le choix des espèces semble ici négligé, sans doute parce que les recherches se sont limitées au champ de vision de l’éleveur dans la pièce d'élevage, c'est effectivement une erreur éliminatoire mais à mon sens pas la seule. Faire cohabiter des animaux, d'espèces différentes ou non affectionnant le même milieu, dans un volume à la taille dérisoire, cela revient à entasser des spécimens inévitablement limités. La divergence entre l'idée de départ, véritable parcelle de biotope dans laquelle vivrait pleinement une multitude d'espèces magnifiques, et le résultat final serait flagrant, et l'aboutissement ne serait rien de plus qu'une dérive parmi tant d'autres de la terrario. Une opposition radicale de mœurs, avec par exemple un invertébré fouisseur et un saurien strictement arboricole remet en perspective cette critique, pourtant elle ne corrige pas tous les points et notamment le plus important à mon sens.. l’utilité d’un tel mélange. Je suis un grand adepte du terra naturel, et l'utopie qu'est la création d'un véritable biotope dans un espace réduit me fait fantasmer. Mais à mon sens, ce n'est qu'une utopie, et des compromis doivent être établis. Je l'ai sous-entendu, mais plus la taille du terrarium sera conséquente, plus il sera concevable de s'approcher d'une telle finalité. Mais ce n'est pas tout, le terrarium n’est pas qu’un espace réduit où nous pouvons laisser virevolter notre imagination et concentrer notre inspiration. C’est aussi et surtout l’habitat d’une espèce déterminée. Le terrarium doit être un lieu qui lui est favorable, lui offrant un panel d’endroits représentant chacun un enjeu quant à son épanouissement, un lieu d’abondance quant à son alimentation, et un refuge quant à sa volonté de se soustraire du regard bienveillant de son soigneur. Le terrariophile use de son savoir-faire, de ses connaissances pour que l’animal dont il a la vie entre les mains, vive, à défaut de survivre. La cohabitation avec d’autres animaux dont il ne peut tirer profit est un obstacle à cette noble finalité. A la zone géographique et aux mœurs, je serai tenté d’ajouter le caractère de proie potentielle, abolissant ainsi la controverse engendrée par ce mélange, mais mieux encore consacrant un profit incontestable pour le reptile. Démarche longue et délicate pour arriver à un résultat probant, mais conciliant le plaisir insatiable du terrario de voir un milieu réduit rempli de vie, et de l’animal censé pouvoir réellement profiter de l’espace et des ressources qui lui sont offerts. Cordialement
  12. Yep, lézard vert pour moi aussi, mais du bilineata ! Cordialement
×
×
  • Create New...