Aller au contenu

Pr. Popov

Membre
  • Compteur de contenus

    139
  • Inscription

  • Dernière visite

Seller statistics

  • 0
  • 0
  • 0

Réputation sur la communauté

0 Neutre

À propos de Pr. Popov

  • Rang
    Membre fidèle
  1. Pr. Popov

    blatte pour pogona

    Enfin quelqu'un qui me reconnait une qualité !!! Merci Didier Pr.P.
  2. Pr. Popov

    blatte pour pogona

    C'est très simple... tu laisses faire la nature et ça marche tout seul. Les miens sont juste dans une pièce tempérée, entre 22 et 26°C. Pr.P.
  3. Pr. Popov

    blatte pour pogona

    Red Runner Shelfordella tartara... très prolifiques, facile à élever et ne grimpe pas aux vitres ni ne vole, de taille adaptée pour tes bêtes. Pr.P.
  4. hellalx, ce n'est plus la peine d'attendre quoique que ce soit (à moins peut être une génération spontanée et encore....). Malheureusement c'est foutu. Je viens seulement de lire ton post après une longue absence de ce forum et c'est bien dommage car dès ta première photo il y avait de quoi s'inquiéter. Les oeufs sur cette photos étaient visiblement trop secs. Un oeuf sain est rebondit et non pas frippé comme les tiens. PK (Kerdanné) a eu raison de convaincre de les mettre en incubateur. Pour ce genre d'oeufs il est nécessaire de maintenir environ à 29°C et à 95% d'humidité relative pendant toute la durée de l'incubation. Attention, toute la difficulté réside dans la gestion de l'humidité ! 95% HR c'est beaucoup et tu ne dois JAMAIS mouiller des oeufs, je te déconseille vivement les pulvérisations car l'eau se dépose sur les oeufs et tout naturellement ils sont victimes de développements de bactéries et de champignons. La suite est toujours la même... tout pourri. Remets toi de cette déception et profite du temps disponible pour réaliser un incubateur... qui fonctionne !!! Voici ce que j'utilise et qui marche : 1°) il te faut une enceinte climatique isotherme : j'utilise de vieux réfrigérateurs - avec une porte vitrée pour plus de confort. 2°) une réserve d'eau de 30L dans le bas du réfrigérateur. 3°) une résistance chauffante thermostatée chauffe l'eau. La sonde du thermostat mesure la température de l'air (pas de l'eau), le thermostat est réglé sur 29°C. le fait de chauffer l'eau favorise l'évaporation et surtout offre une meilleur inertie en cas de coupure provisoire de courant. Personnellement je mets un peu de Thymol dans l'eau pour éviter les développements bactériens. Faute de Thymol tu peux mettre un peu de chlorhexidine dans l'eau 4°) Une pompe à air d'aquarium placée à l'extérieur de l'enceinte climatique assure le renouvellement de l'air. Le buleur d'aquarium, lui est dans la réserve d'eau, il assure un brassage de l'eau et surtout une bonne évaporation dans le volume. 5°) un petit ventilateur 12V résistant à l'humidité ambiante et placé dans l'enceinte pour assurer le brassage de l'eau et ainsi, l'homogénéisation de la température et de l'hygrométrie. 6°) Je place sur les étagères du frigo, des boites en PVC transparent. 2 cm d'eau au fond de la boite. A l'intérieur de cette boite je dispose une nouvelle boite, plus petite et contenant 8cm de vermiculite. Les boites sont installées plusieurs semaines avant l'arrivée des pontes ce qui permet à la vermiculite d'être parfaitement humide (mais pas mouillée). De plus, comme les boites sont à la même température que l'intérieur de l'enceinte, on évite le risque de condensation, dont les risques de formation de gouttes d'eau qui pourraient entrer en contact avec les oeufs. Les couvercles des deux boites restent sur les boites elles-mêmes, légèrement entre-ouverts toujours pour homogénéiser les paramètres. Les couvercles des deux boites sont percés de petits trous (1mm de diamètre), tout les 3cm et sur tout leur pourtours. Cela pour permettre une aération suffisante à l'intérieur des boites. 7°) quand tes oeufs sont là, alors tu les installes le plus rapidement possible (sans attendre) en les enfouissant légèrement dans la vermiculite. Tu ne laisseras dépasser qu'une petite partie des oeufs. Penses à les séparer si possible car si l'un d'entre eux moisit il contaminera les autres rapidement. C'est moins vrai quand ils sont éloignés les uns des autres. Il faut alors les surveiller quotidiennement, si l'un commence à virer au vert, à se flétrir ou à sembler complètement mouillé, il faut l'éliminer aussitôt, car il est perdu et risque de contaminer les autres. ... et y'a plus qu'à être patient !!! Voilà, cette description est faite pour une installation conséquente mais tu peux surement t'en inspirer pour concevoir l'incubateur adapté à tes besoins. L'année dernière, j'ai eu des éclosions de 18 espèces dans ces conditions, je t'assure que ça marche !! Bonne chance pour l'année prochaine. Pr.P.
  5. Ma petite contribution de portraits... Pr.P.
  6. il s'en est sorti dans quel état ? bien... il ont finalement trouvé du FAV Afrique chez Aventis Marcy Il était dans le coma 3 heures après la morsure !! J'ai cru comprendre que la BSA a pu fournir des ampoules de sérum (Crofab j'imagine). Pr.P.
  7. Mordu ? Oui bien sûr ! ... des dizaines de fois par Mus musculus, 4 fois par Ratus norvegicus et même une fois par une secrétaire enragée... ... ce post pourrait être bien plus intéressant si au lieu de faire un simple étalage sommaire des morsures des uns et des autres à la manière des médailles d'anciens combattants... chacun prenait la peine de résumer, d'analyser et de tirer les conséquences de son ou ses expériences pour en faire profiter les autres. Certains l'ont fait humblement et fournissent un récit qui peut être formateur (bravo double 07) d'autres pensent encore que c'est honorifique de se faire mordre et s'en vantent !!! Qui penserait à demander à un pilote de F1 combien de fois il a été dans le mur ? n'est-il pas plus intéressant d'apprendre de lui comment faire pour ne pas y aller ? Pour un éleveur, se faire mordre, c'est avant tout commettre une erreur ! Pauvre de lui, celui qui pense que c'est de la faute du serpent ! C'est bien plus simplement parce qu'il a été mauvais, par imprudence, par inattention, par ignorance, par bêtise... et à mon avis, ça ne devrait servir qu'à une seule chose : faire que ça ne se reproduise pas ! Vulgariser un accident de morsure, c'est déjà le minimiser, l'accepter et pour certains l'espèrer même. Même si beaucoup d'entre vous n'élevez à ce jour que des non-venimeux, combien seront tentés de franchir le pas vers les venimeux dans les mois ou les années à venir ? ... bien plus que vous ne le pensez ! Alors à ceux-ci, je conseille pour leur bien, de ne pas considérer ce problème avec autant de légèreté. PS : Dans ces derniers 15 jours, le CHU de Paris à traité une envenimation par Dendroaspis viridis, celui de Lille 1 par Trimeresurus albolabris et 1 autre par Crotalus adamanteus - aucune des victimes n'était capacitaire pour des venimeux, le dernier cas n'est pas encore sorti d'affaire... et bien entendu, personne n'avait de sérum. Encore un coup de gueule de Pr.P. !!
×
×
  • Créer...