Jump to content
Sign in to follow this  
Rinlive

[Fiche] Coluber constrictor priapus

Recommended Posts

Coluber constrictor priapus


Classification :

Ordre : Squamates
Famille : Colubridae
Genre : Coluber
Espèce : constrictor

Sous-espèce : priapus
Nom Scientifique : Coluber constrictor priapus
Nom Commun anglais : Southern black racer                      
Origine : Floride       
                                                                                                                            
Reproduction : Ovipare
CITES : non
CDC : non si quota respecté (moins de 25 individus adultes)
Difficult√© : ‚óŹ ‚óŹ ‚óŹ¬† ‚óč ‚óč (stressable et relativement complexe √† d√©marrer/acclimater si WC)


L’espèce Coluber constrictor a été décrite par LINNAEUS en 1758.
Il existe 11 sous-espèces :

anthicus, constrictor, etheridgei, flaviventris, foxii, helvigularis, latrunculus, mormon, oaxaca, paludicola, priapus.

J’ai décidé de traiter uniquement la sous-espèce priapus que je maintiens personnellement, décrite, elle, en 1939 par DUNN & WOOD.

Son nom, priapus, fait référence à la taille des épines de ses hémipénis, ces dernières étant particulièrement grandes et transformées en crochets.

Description :

Juv√©niles, les petits arborent un gris/noir mouchet√© de taches grises et rouge√Ętres qu‚Äôils perdront en grandissant afin d‚Äôarborer une couleur majoritairement noire sur le corps, et un blanc gris√Ętre sur la partie du ventre ainsi qu‚Äôau niveau du menton et de la gorge.

On note cependant des différences de pattern entre certaines sous-espèces (bleu, moucheté, marron etc.).
Adulte, cette sous-espèce avoisine les 120cm/140cm, cependant, des spécimens atteignant les 180cm ont déjà été recensés.

Chez cette esp√®ce, la diff√©rence de longueur entre la queue des m√Ęles et des femelles est assez √©vidente pour les sexer √† vue.
Les femelles ont une queue tr√®s courte et se finissant assez abruptement alors que la queue des m√Ęles est beaucoup plus longue et plus large √† la base.

Il s’agit là d’un serpent relativement fin et élancé.

600x2810.jpg

source photo : florida museum of natural history

A. Haut de la tête
B. inférieure de la tête (menton et la gorge)
C. avant (vue de face) de la tête
D. c√īt√© de la t√™te
E. écailles lisses

colu-j10.png

Coluber constrictor priapus juv√©nile, on peut clairement distinguer les petites taches rouge√Ętres.

colu_a11.jpg

Coluber constrictor priapus  adulte.

star310.pngHabitat :

Originaire des √Čtats-Unis,¬† cette sous-esp√®ce se trouve plus particuli√®rement en Floride, ainsi qu‚Äô√† l‚Äôest du pays, du nord-est au nord du Texas et dans le Minnesota.

Biotope : forets de pinèdes,  feuillus, prairies, lacs, et parfois marais

colube10.jpg

Source photos : wikipédia

Air de répartition de Coluber constrictor sp.


colube11.jpg

Source photo : californiaherps.com
Biotope d’origine.

Alimentation :

Les Coluber constrictor sont des opportunistes au régime alimentaire très varié.
A l‚Äô√©tat naturel ils se nourrissent de l√©zards, serpents, arthropodes, amphibiens, oiseaux et leurs Ňďufs, rongeurs etc.

En captivité, ils s’accommodent de rongeurs.
En revanche, attention toutefois, on lit souvent que c’est un serpent facile à nourrir, voir même glouton : sur des spécimens NCs surement, mais sur du WC (donc les 3/4 des Coluber constrictor sp. présents sur le marché) le nourrissage peut s’avérer complexe ainsi que le passage aux rongeurs...

Au vu de leur digestion rapide, on nourrira un spécimen adulte au rythme d’un repas tous les 10/15 jours.
Les juvéniles peuvent être difficiles à démarrer en n’acceptant que les lézards.
Cependant ils ne feront pas les fines bouches bien longtemps et accepteront les rosés après quelques semaines de privation.

! A noter ! : les Coluber constrictor sont ophiophages, ce qui signifie que les cohabitations avec d’autres individus sont à proscrire !

Malgré son nom : constrictor, les Coluber contrictor n’étouffent pas leurs proies mais les écrasent contre le sol en les gobant rapidement.
Il est donc préférable de les nourrir au mort.

MŇďurs :

Ce serpent est très actif en journée (diurne), et donc très agréable à observer en captivité.
Le Coluber constrictor reste cependant très craintif, et surtout très rapide.
En outre, un nombre important de cachettes est nécessaire afin de limiter tout stress ainsi qu’un positionnement du terrarium dans un endroit calme.
Il est également recommandé de permettre à ces serpents de pouvoir grimper, ils font en effet de très bon alpinistes et de très bons nageurs, un bassin pour qu’ils puissent s’immerger complètement est indispensable.

Cette espèce est très vive, et ses réactions peuvent être très impressionnantes, il n’hésitera pas à mordre de multiples fois sous la panique.
Sa morsure est inoffensive, mais ses dents acérées peuvent causer des saignements.
Lorsque agacé, il peut rapidement faire vibrer sa queue dans les feuilles, produisant un bourdonnement.

Les manipulations sont donc à proscrire sur ce genre de spécimen.

De plus, le stress peut engendrer de sérieux problèmes, ces serpents font très facilement des "grèves de la faim" en guise de mécontentement.
J’ai même lu des cas, lors des manipulations, de spécimens se secouant dans tous les sens et finissant par se rompre la queue.
J‚Äôai moi m√™me fait tr√®s attention lors d‚Äôun traitement anti-acarien o√Ļ les manipulations √©taient obligatoires, et j‚Äôai en effet constat√© qu‚Äôils se secouaient vraiment violemment.

Maintenance :

Terrarium pour un spécimen : de 120x60x60(h) minimum, un 150cm de long est fortement conseillé au vu de l’activité de cette espèce.
Point chaud :28¬į/29¬įC
Point froid : 24¬įC
Nuit : 22¬įC
Hygrométrie : moyenne/ambiante
Cycle de 12h / 12h

Je ne saurai que trop conseiller un terrarium avec des parois opaques, donc terra en verre à proscrire, afin qu’il ne stresse pas trop.

A noter : A l’état naturel cette espèce partage son aire de vie avec les Pantherophis guttatus, on peut donc les maintenir avec + ou - les mêmes conditions de vie.

Reproduction :

Les Coluber constrictor √©tant comme pr√©cis√© plus haut ophiophages, l‚Äôinsertion de la femelle avec le m√Ęle doit √™tre √©troitement surveill√©e.

Les m√Ęles deviennent sexuellement matures √† 1-2 ans, tandis que les femelles sont matures √† environ 2 √† 3 ans.

La reproduction a lieu de mars √† juin, et de 6 √† 30 Ňďufs sont pondus de mai √† ao√Ľt.
Les Ňďufs font de 2.5 √† 3.9 cm.
L‚Äô√©closion se produit g√©n√©ralement en ao√Ľt ou d√©but septembre, les nouveau-n√©s mesurent entre 15 et 22 cm de long.

En ce qui concerne l‚Äôincub‚Äô je n‚Äôai trouv√© que peu d‚Äôinfos, il semblerait que cela varie entre 72 et 85 jours √† une temp√©rature moyenne de 24¬įC.

Il semblerait qu‚Äôil arrive que les femelles utilisent des sites de ponte communautaires o√Ļ plusieurs femelles viennent d√©poser leurs Ňďufs, y compris parfois des femelles d‚Äôautres esp√®ces.

Conclusion :

Les Coluber constrictor, et particulièrement les priapus sont des animaux fascinants.
Je suis tombée littéralement amoureuse de cette espèce, et je ne pourrais que la conseiller.
Mais attention toutefois, son maintien doit être réservé à des terrariophiles relativement expérimentés, à plus fortes raisons si le spécimen est WC.

Il faut compter entre 30 et 45 euros pour un spécimen WC.

Les principaux fournisseurs étant bien évidement la FT.

Problèmes rencontrés :

Mes spécimens étant WC, j'ai rencontré quelques soucis sur plusieurs plans.
Difficulté à passer aux rongeurs pour du juvénile, et encore plus au mort.
J'ai commencé mon juv' aux lézards et fait progressivement la transition aux souriceaux.

Mon adulte mange une fois sur 5, et pas du tout de l'hiver, cette dernière est très stressée, WC oblige, et pourtant je fais tout mon possible pour lui assurer un maintient paisible.
Niveau agressivit√© elle peut √™tre surprenante et d√©bouler de n‚Äôimporte o√Ļ, gueule ouverte alors qu'on essaie juste de changer son eau.

Petite anecdote, j'ouvre le terrarium pour lui changer sa gamelle d'eau, elle saute de l'autre bout du terra (150cm de long quand-même son terrarium en question) pour essayer de me niaquer.
J'évite, en enlevant ma main, et sous son élan elle tombe dans le bac d'eau...

Elle a failli mourir de crise cardiaque je crois la pauvre...
J'ai jamais dit que c'était intelligent comme bestiole hein...

 

 

colu_a12.jpg

 

 

Sources :

reptile-database
florida museum of natural history
wildlifenorthamerica
animaldiversityweb

Bibliographies :

Racers, Whipsnakes and Indigos : W.P Mara
Whip Snakes and Racers: Genera Masticophis and Coluber (CNAH Facsimile Reprint Series)
North American Racer Snakes : Adele Richardson

Je recommande fortement les trois !
Tout simplement géniaux ;)

Texte et photo non libres de droits,
Merci de demander l’autorisation en vue d’une diffusion.

PS : J'éditerai pour poster des photos de mes terrariums

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh espèce qui a l'air intéressante, merci beaucoup pour la fiche !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh espèce qui a l'air intéressante, merci beaucoup pour la fiche !

 

De rien :)

 

Espèce intéressante oui, mais qui doit être réservée à des terrariophiles expérimentés, car quasiment tous les spécimens sur le marché sont WC.

Et pour avoir un couple de WC à la maison, c'est franchement casse gueule, notamment sur le nourrissage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui j'ai vu ça dommage je tenterais pas, ou pas avant un bon moment, en tout cas bravo pour leur maintien et merci de tes observations :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...