Aller au contenu

 

Photo

parthénogénèse et transmission des caractères


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
13 réponses à ce sujet

#1 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Membre
  • 990 messages

Posté 03 août 2005 - 15:40

J'élève depuis quelques années une souche parthénogénétique de Lamponius guerini. Lan dernier, une femelle verte est apparue dans le lot.
J'ai été intrigué par cette jolie petite bestiole. Mais comme les Heteropteryx dilatata jaunes semblent être issus de mutation somatique (non héréditaire), j'ai supposé que c'était un accident de parcours.
D'autant plus que ce n'était pas la première fois que je rencontrais un jeune Lamponius plus ou moins verdatre, qui finissaient habituellement beige ou brun.
Mais il se trouve que celle ci est restée verte jusqu'à l'age adulte, et pas une beige verdatre !

La voila avec sa soeur :
Image IPB

J'ai gardé quelques oeufs, évidemment, car je suis d'un naturel curieux :)
Et voici un échantillon de la nouvelle génération :
http://membres.lycos.fr/mhuadib/images/lampo_f2.jpg
Donc a priori cette couleur verte est bel et bien héréditaire.
En haut de la photo, on voit un jeune beige-vert. Au milieu, le brun habituel, et les autres sont quand même nettement verts :)
Cela nous donne 3 phénotypes distincts.

Si nous étions chez les mammifères, le cas serait simple : on seriat certainement en présence d'un gène "vert", à dominance incomplète, ce qui entraine 3 génotypes et leurs phénotyps :
- v/v : forme classique, homozygote "non-vert"
- V/v : forme hétérozygote "vert porteur non-vert"
- V/V : forme homozygote "double vert"
Seule la forme "double vert" resterait alors verte à l'age adulte.

Voila qui est bien joli, et même tout à fait banal :) Sauf que... On est dans une souche parthénogénétique ! Cette hypothèse devient dès lors un peu plus délicate à manipuler...

A priori ce ne sont pas des clones. Y aurait-il alors une "pseudo fécondation" entre deux gamètes femelles haploïdes ?

Y a-t-il une autre explication moins abracadabrante ?

Help !

#2 OFFLINE   Skipp

Skipp

    Membre actif

  • Membre
  • 419 messages

Posté 03 août 2005 - 16:33

Peut être que ton phasme a muté et a acquis une couleur verte ou alors la mutation lui a fait perdre une couleur marron qui serait dominante ? Je pense que la mutation doit être l'explication car après tout chaque nouvel individu née avec une part de mutation que celà soit chez les animaux à reproduction sexués ou ceux à parthénogènéses. La majorité des mutations n'aura aucun effet, une partie d'entre elle aura des effets néfastes (comme le cancer) et une autre aura des effets positifs. Nous naissons avec des mutations et nos gènes continuent à muter tout au long de notre vie...
@+http://skipp.perso.cegetel.net/yo.gif
Skipp
Site: http://skipp.perso.cegetel.net
Forums: http://skipp.superforum.fr

#3 OFFLINE   atheris45

atheris45

    Membre très actif

  • Membre
  • 770 messages

Posté 03 août 2005 - 20:46

salut
tu peu remarquer la meme hose avec les ramulus sp 144
dans ma souche brunne j ai eu 2 femelle verte
a mon avis ( je dit bien a mon avis) c'est du "mymetisme agravé" les femelle adapte leur couleur en fonction de l environement

beaucoup de phasmes font ca dans les premiere phasmes mais c'est rare de le voir a l etat adulte

c'est la premiere foi que je voi des Lamponius guerini vert
si tu a des dispo dans ta souche verte ( en oeufs ou jeune) ca m interesse très fort ;)

#4 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 990 messages

Posté 06 août 2005 - 08:52

Non, ce n'est pas du mimétisme, car leur fond n'est pas spécialement vert. Enfin il y a les ronces, évidemment, mais c'est tout, il n'y a pas de raison pour que 1 individu et ses descendants deviennent verts sans mutation.

Pour les mutations spontanées, je connais, merci :) Je m'y connais un peu en génétique des rats domestiques :)
C'est justement par comparaison avec le rat que j'ai émis l'hypothèse d'un gène semi-dominant. Chez le rat c'ets le cas du gène rex : un rex hétérozygote aura un phénotype rex, un rex homosygote aura un phénotype "double rex" aussi appelé mosaïque. Le premier est frisé, le second est tellement frisé qu'il est plus ou moins complètement pelé :D ...

Ca correspondrait aux plus ou moins verdatres et aux très verts :)

Sinon je sais qu'il existe des souches vertes similaires chez Epidares nolimetangere, j'en ai moi même maintenu un moment, mais je n'ai pas eu l'idée de les hybrider à la souche brune pour voir le résultat. D'autant plus qu'ils'agirait alors de reproduction sexuée, puisque ce sont les males qui sont verts, les femelels sont identiques dans les deux souches... Bref beaucoup plus compliqué :)

#5 OFFLINE   atheris45

atheris45

    Membre très actif

  • Membre
  • 770 messages

Posté 08 août 2005 - 10:28

un rex hétérozygote aura un phénotype rex, un rex homosygote aura un phénotype "double rex" aussi appelé mosaïque.


... j suis largué la ...
:shock:

#6 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 990 messages

Posté 09 août 2005 - 09:37

lol
Soit Re le gène Rex. Il a 2 allèles :
re, récessif, l'allèle sauvage "non frisé"
Re, dominant, l'allèle "rat frisé"

On a 3 génotypes possibles :
re/re : lisse
Re/re : rex
Re/Re : "double rex"

Dans le cas de ce gène la forme homozygote Re/Re est différente de la forme hétérozygote Re/re c'est pour ça qu'on parle de dominance incomplète : il doit être présent en double pour s'exprimer totalement, comme si c'était un gène récessif, mais s'il n'y a qu'un allèle Re il s'exprime quand même , en partie.

Le gène agouti, lui est dominant vrai. L'allèle dominant, A code pour la couleur agoutie, c'est l'allèle sauvage. Le récessif a, lui code pour le "non agouti", c'est à dire le noir.
Il y a donc 3 génotypes aussi :
A/A : agouti
A/a : agouti (porteur noir, mais son aspect est strictement identique à A/A)
a/a : noir

Le gène agouti est donc un dominant "vrai" :)

#7 OFFLINE   Skipp

Skipp

    Membre actif

  • Membre
  • 419 messages

Posté 09 août 2005 - 09:42

Ok c'est comme pour la couleur des yeux avec le gène marron qui est dominant et le bleu qui est récessif. Au niveau vocabulaire je n'avais pas tout saisi moi aussi.
Donc le génotype c'est la combinaison d'un couple de gène. :D
Mais pourquoi parles tu de dominant vrai ?
@+http://skipp.perso.cegetel.net/yo.gif
Skipp
Site: http://skipp.perso.cegetel.net
Forums: http://skipp.superforum.fr

#8 OFFLINE   Skipp

Skipp

    Membre actif

  • Membre
  • 419 messages

Posté 09 août 2005 - 09:44

Qu'appelles tu deux gamètes femelles haploïdes ?
@+http://skipp.perso.cegetel.net/yo.gif
Skipp
Site: http://skipp.perso.cegetel.net
Forums: http://skipp.superforum.fr

#9 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 990 messages

Posté 09 août 2005 - 11:50

lol, je crois que tu as encore des cours de rattrapage à prendre Skipp :)
Tu trouveras la plupart des réponses ici :
http://www.nerolie.n.../genetique.html

Le niveau de ploïdie correspond au nombre de chromosomes. Les mammifères sont diploïdes, 2-ploïdes : les chromosomes vont par paires. Certaines plantes sont tétraploïdes (4-ploïdes), les chromosomes vont par tétrades. Chez les phasmes on trouve des diploïdes et des triploïdes. Ces dernières espèces sont obligatoirement des espèces femelles parthénogénétiques, sauf erreur de ma part, la triploïdie rendant stérile (c'est logique, je vous laisse trouver pourquoi en réfléchissant au mécanisme de la méiose puis de la fécondation :) )

Un gamète c'est une cellule sexuelle, ovule ou spermatozoïde par exemple. Chez la plupart des espèces (chez les diploïdes du moins), le gamète est haploïde, c'est à dire qu'il contient non pas des paires mais des unités : le gamète contient n chromosomes alors que l'individu en contient 2n.

Dans le cas de la parthénogénèse, on peut imaginer des gamètes diploïdes, c'est à dire des clones.
Sinon on peut imaginer des gamètes normaux, haploïdes. Dans ce cas on aurait une fausse fécondation (deux ovules fusionnent, on obtient un oeuf à 2n chromosomes), soit deux séries d'oeufs issus d'haplodiploïdisation (un gamète haploïde, qui subit une demi-mitose, qui double nombre de chromosomes : on revient à 2n. Sauf que au lieu d'être une paire de chromosomes homologues c'est une paire de chromosomes identique, l'un étant la copie de l'autre au lieu d'avoir été hérité d'un parent différent, comme dans la fécondation). Et il y a peut-être d'autres options...

#10 OFFLINE   Skipp

Skipp

    Membre actif

  • Membre
  • 419 messages

Posté 09 août 2005 - 14:08

J'ai également entendu parler d'individu humain triploïdes (pour les chromosomes sexuels en tout cas) stériles. Des "supermâles" XYY et des "superfemelles" XXX. Les individus "supermâles" se retrouveraient en grand nombres parmis les sérials killers.

Je pense que les insectes qui ne se reproduisent que par parthénogènése sont voués à disparaitre un jour ou l'autre puisqu'ils ne peuvent plus évoluer comme les insectes sexués et qu'ils ne sont pas assez riche génétiquement parlant.

C'est fou ce que la nature peut faire, lorsque l'on voit des animaux dont les individus deviennent parthénogénique en l'absence d'autres individus, ou qui deviennent mâles lorsqu'il y'a trop de congénéres femelles ou femelle lorsqu'il y'a trop de congénéres mâles.

A propos. Quel est l'animal capable de changer de sexe en moins de 1 seconde ?

.... Le morpion... :D
@+http://skipp.perso.cegetel.net/yo.gif
Skipp
Site: http://skipp.perso.cegetel.net
Forums: http://skipp.superforum.fr

#11 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 990 messages

Posté 14 août 2005 - 18:54

J'ai également entendu parler d'individu humain triploïdes (pour les chromosomes sexuels en tout cas) stériles. Des "supermâles" XYY et des "superfemelles" XXX. Les individus "supermâles" se retrouveraient en grand nombres parmis les sérials killers.

Ce ne sont pas des vrais triploïdes : ils n'ont pas 3n chromosomes, ils ont 2n chromsomes +1 chromosome sexuel en rab', donc ils ont 2n+1 au lieu de 3n.

#12 OFFLINE   atheris45

atheris45

    Membre très actif

  • Membre
  • 770 messages

Posté 15 août 2005 - 13:47

j avoue que j ai du mal a suivre

#13 OFFLINE   umbre68

umbre68

    Membre actif

  • Membre
  • 433 messages

Posté 15 août 2005 - 16:26

Et pourquoi pas l'option d'une mutation survenue lors d'un crossing-over lors de la phase de méiose de la formation des gamètes :?:
Ainsi mème par parthénogénèse l'oeuf haploïde "muté" peut tout a fait multiplier son matériel génétique et rester vert.

Pour les verts-marrons il ne faut pas oublier qu'ils y'a différent gènes pour un mème phénotype, donc ils ont peut'être un autre gène qui lui contre-balance la couleur verte.

#14 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Topic Starter
  • Membre
  • 990 messages

Posté 16 août 2005 - 09:35

C'est posible, mais la question est de savoir s'il y a bien des gamèrtes haploïdes... Ca semble probable puisque Lamponius guerini se reproduit aussi par la voie sexuée, mais ensuite, que se passe-t-il ?




Copyright © 2017 Le Monde Des Reptiles