Aller au contenu

 

Photo

[criquets] mous, roses et malodorants une fois morts?


Ce sujet a été archivé. Cela signifie que vous ne pouvez pas répondre à ce sujet.
6 réponses à ce sujet

#1 OFFLINE   darksuburban

darksuburban

    Membre fidèle

  • Membre
  • 241 messages

Posté 24 septembre 2005 - 17:32

voila, j'ai remarqué la présence de quelques schisto adultes dans mon élevage, qui sont mous, rosés et qui sentent pas terrible quand il sont morts ( et sent terriblement fort :beurk: )
Quelqu'un a une idée et un remede?
ça peut arriver aux plus jeunes?
est ce spécifique aux schisto ou est ce que les locusta migratoria qui partagent le bac peuvent être atteints?

merci
la forêt est précieuse alors sauvez un arbre, mangez un castor!

#2 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Membre
  • 990 messages

Posté 24 septembre 2005 - 18:49

j'ai jamais eu ça, que des carcasses bien sèches et bien propres :)
Y a pâs un peu beaucoup d'humidité dans ton bac ?

#3 OFFLINE   darksuburban

darksuburban

    Membre fidèle

  • Topic Starter
  • Membre
  • 241 messages

Posté 24 septembre 2005 - 19:20

j'ai une humidité assez modérée, 55 à 60%, et c'est aéré, disons que le substrat est humide mais pas trempé.
Par contre ils sont vivants quand ils sont mous et roses, et l'odeur émane surtout des individus morts.

J'avais déja eu ça en achetant une boite normale de criquets, ils étaient tous roses et mous , et deux cadavres la dedans, c'était une infection, j'ai été contraints de les mettre au sous sol et les autres sont morts tres rapidement.
Je me souviens qu'il y avait un liquide sombre qui coulait des cadavres et qui les collait au fond de la boite. Et c'est ça qui puait.

C'était une odeur tres caractéristique, qui vient de me rappeller cette anecdote ( je savais bien que je connaissais cette odeur.
la forêt est précieuse alors sauvez un arbre, mangez un castor!

#4 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Membre
  • 990 messages

Posté 26 septembre 2005 - 09:18

Ca ressemble à une bactériose sévère, mais bon, je ne m'y connais pas en pathologies des criquets :)

#5 OFFLINE   darksuburban

darksuburban

    Membre fidèle

  • Topic Starter
  • Membre
  • 241 messages

Posté 26 septembre 2005 - 19:16

oui, je viens de voir cela sur un site, extraits :

4.2. Maladies rares : infections bactériennes ou virales :
Présence, par exemple, de bactéries (Serratia marcescens) entraînant la mortalité des individus atteints. Ces derniers se reconnaissent à leur corps mou et rose. Leur corps, en liquéfaction, dégage une odeur forte et désagréable.

Je sais pas trop quoi faire, je pense que je vais les virer, desinfeter le terra, et mettre une nouvelle souche.

merci :wink:
la forêt est précieuse alors sauvez un arbre, mangez un castor!

#6 OFFLINE   Pascual

Pascual

    Membre très actif

  • Membre
  • 990 messages

Posté 27 septembre 2005 - 18:49

Pas d'autre choix en effet.
C'est toujours le souci avec les souches externes. Elles sont indispensables, mais il faudrait pouvoir faire une quarantaine avant de les mélanger...

#7 OFFLINE   darksuburban

darksuburban

    Membre fidèle

  • Topic Starter
  • Membre
  • 241 messages

Posté 27 septembre 2005 - 20:25

bon,j'ai fouillé un peu et voila pele mele, ce que j'ai pu trouver :

serratia marcescens:

Habitat et pouvoir pathogène


D’une manière générale, les espèces du genre Serratia sont isolées des plantes (légumes, champignons, mousses), du tube digestif des rongeurs (40 p. cent des petits mammifères sauvages sont porteurs de Serratia sp.), des insectes, de l’eau et du sol. Serratia fonticola, Serratia grimesii, Serratia liquefaciens, Serratia proteamaculans et Serratia quinivorans sont les espèces le plus souvent isolées de l’environnement.
Serratia marcescens subsp. marcescens ne représente que 10 p. cent des isolats du milieu extérieur mais cette espèce est fréquemment présente dans l’environnement hospitalier. Ce germe est capable de se développer sur des aliments tels que du pain, des légumes, de la viande ou du lait.
Serratia fonticola est présente dans l’eau, la terre et dans le tube digestif des oiseaux.
Serratia plymuthica est isolée de l’eau douce et représenterait 30 p. cent des souches de Serratia sp. isolées de l’eau.
Serratia odorifera et Serratia rubidaea sont des espèces dont l’isolement est occasionnel. Serratia odorifera est parfois isolée des aliments mais, le plus souvent, cette bactérie est isolée de l’appareil respiratoire, de selles, de l'urine... de l’homme ou des animaux. Serratia rubidaea est isolée de noix de coco et parfois de prélèvements d'origine humaine (voies respiratoires, plaies, selles, sang).
Serratia ficaria peut être isolée des plantes, de divers insectes mais, surtout, cette espèce est retrouvée dans une niche écologique particulière car elle est associée aux figuiers sauvages, aux figuiers cultivés, aux figues et aux insectes qui jouent un rôle important dans la fertilisation de ces plantes (Blastophaga psenes).
Serratia entomophila a été isolée de larves de coléoptères (Costelytra zealandica) en Nouvelle-Zélande.

À l'exception de Serratia entomophila, de Serratia marcescens subsp. sakuensis et de Serratia proteamaculans, les autres taxons du genre Serratia peuvent se comporter comme des bactéries pathogènes opportunistes notamment chez les malades affaiblis ou présentant un déficit immunitaire ou souffrant de traumatismes. Chez l’homme, comme chez l’animal, il convient de noter la fréquence des infections nosocomiales ou iatrogènes : individus opérés, sondés, cathétérisés, traités avec des solutés ou des antiseptiques contaminés, porteurs d’implants contaminés...
Des facteurs de virulence ont été identifiés chez Serratia marcescens : système de captation du fer, facteurs d’attachement, hémolysines, nucléases, protéases (une protéase de 56 Kd se révèle capable de provoquer des kératites à très faible dose et d’entraîner un clivage des Ig G, des Ig A et du lysozyme), lécithinase... Serratia liquefaciens produit des protéases actives sur des composants du complément (C3, C4, C5, C6, C7, C8 et C9), la transferrine, la fibronectine, les IgG et les IgM.

Serratia marcescens subsp. marcescens est l'espèce la plus importante en bactériologie médicale.
. Chez l'homme, elle est responsable d’infections urinaires, d’infections respiratoires, de contaminations des plaies, de kératites chez les sujets porteurs de lentilles de contact ou utilisant un collyre contaminé (après Pseudomonas aeruginosa, Serratia marcescens subsp. marcescens est l’agent de contamination le plus souvent retrouvé dans des collyres mal conservés) et, plus rarement, elle provoque des septicémies et des méningites (notamment dans les maternités et dans les centres pédiatriques de soins intensifs).
. Chez les mammifères domestiques, Serratia marcescens subsp. marcescens est un agent de mammites cliniques, sub-cliniques ou chroniques chez la vache laitière. Ces mammites succèdent volontiers à l’utilisation de liquides antiseptiques contaminés et destinés au trempage des trayons mais, d’autres sources de contamination, comme la litière, sont également en cause. Serratia marcescens subsp. marcescens est responsable d'environ 66 p. cent des mammites à Serratia sp. Les infections intramammaires surviennent durant le tarissement et se perpétuent durant la lactation.
Plus rarement, cette sous-espèce a été rendue responsable de mammites chez la brebis, d’infections mortelles chez les chevreaux, d’avortements chez les bovins, de septicémies chez les chevaux (résultant parfois de l’utilisation d’un soluté injectable contaminé), d'endocardites chez le cheval, de septicémies chez le chien (résultant parfois de l'utilisation de solutions antiseptiques contaminées), de chocs septiques chez des chats ayant été transfusé avec du sang contaminé.
. Chez les coraux de l'espèce Acropora palmata (corail "cornes d'élan"), vivant dans le détroit de Floride, Serratia marcescens subsp. marcescens est l'agent d'une maladie connue sous le nom de "white pox" ou de maladie des taches blanches (voir la note **).
En juillet 2002, Patterson et al. rapportent l'isolement d'une souche de Serratia marcescens subsp. marcescens, la souche PDL100, à partir de coraux malades et ils montrent que cette souche est apte à reproduire l'infection chez des coraux sains. La souche PDL100 peut être isolée des animaux inoculés ce qui satisfait aux postulats de Koch. Serratia marcescens subsp. marcescens se comporterait comme une bactérie pathogène opportuniste provoquant des signes cliniques lorsque la température de l'eau augmente. L'augmentation de température conduit à un stress des coraux se traduisant, notamment, par une perte des zooxanthelles (voir la note **). Les souches de Serratia marcescens subsp. marcescens, présentes dans l'eau de mer, auraient pour origine les eaux usées engendrées par l'activité humaine. Outre l'augmentation de la température, la pollution des eaux expliquerait l'apparition et le développement de la maladie. Le rôle de Serratia marcescens subsp. marcescens n'a été montré que pour les coraux du détroit de Floride et l'étiologie de la maladie des taches blanches affectant les coraux des autres régions des Caraïbes n'a pas encore été élucidée (ou étudiée ?). Toutefois, Patterson et al. proposent de remplacer la dénomination "white pox" par celle de "acroporid serratiosis" (serratiose des acropores).
. Serratia marcescens subsp. marcescens a également été isolée chez des vers à soie, des tortues, des poissons (Morone americanus) et des geckos.

( source : google )

ailleurs, j'ai trouvé ça:


Agents pathogènes retrouvés chez les blattes
Groupe Agents pathogènes
Virus hépatite poliomyélite
Bactéries Escherichia coli Mycobacterium leprae Klebsiella pneumoniae Proteus vulgaris Pseudomonas aeruginosa Salmonella spp. (dont S. typhi et S. typhimurium) Serratia marcescens Shigella spp. Staphylococcus aureus Streptococcus faecalis Yersinia pestis
Champignons Aspergillus fumigatus
Protozoaires Entamoeba histolytica
Helminthes Enterobius vermicularis Trichuris trichiura Ascaris lumbricoides Ancylostoma duodenale Necator americanus
d'après N.R.H. Burgess (1984)

( source : google )

ce qui veut dire que les reptiles nourris avec ces dernieres peuvent en ingurgiter en mangeant des blattes ( et vu ce que bouffe les blattes, peut de chance qu'il en ait jamais mangé d'infectée )

derniere chose interressante:


2.2.1.2.1. Serratia
Deux espèces ont été isolées à partir d’acridiens : Serratia marcescens et S. (= Enterobacter)
liquefasciens. S. marcescens provoque souvent des maladies dans les élevages de criquets, rarement dans
les populations naturelles. Expérimenté sur des bandes larvaires de Criquet pèlerin, S. marcescens n’a pas
donné de résultats concluants (STEVENSON, 1959).
• Symptômes
Les symptômes ne sont pas spécifiques. Les criquets mangent moins et deviennent léthargiques.
• Identification
Les Serratia, en forme de baguette, sont Gram–. Elles peuvent être cultivées sur agar nutritif. Les
colonies de S. marcescens sont souvent rouges, tandis que celles de S. liquefasciens sont blanches ou
parfois roses. D’autres caractères les séparent :
– S. marcescens ne fermente pas le lactose et le raffinose, forme acide faible du xylose et de
l’arabinose, faiblement uréase+ ;
– S. liquefasciens fermente fortement le xylose, l’arabinose et le raffinose, faiblement le lactose,
uréase–.

source et lien vers fichier pdf sur les ennemis du criquet du sahel :
http://locust.cirad....s/pdf/DFPV8.pdf

sur le même document, il est écrit qu'un cadavre de criquet qui colle à son support est preque toujours mort de cause bactérienne.

malheureusement, je n'ai rien trouvé sur la possible infection générée par cette souche lors de l'ingestion par nos protégés.
Mais vu que cela frappe pas mal les elevages, ça a du se passer plusieurs fois, et cela explique aussi pourquoi ceux qui se balade chez nous en liberté ne succombent pas...

j'ai quand même posé la question à un medecin qui travaile au même endroit que moi, en restant évasif sur le pourquoi de la question ( je passe déja pour un doux dingue avec mes histoires de caméléon, si je me mes à dire que j'eleve des criquets, c'est la fin de tout, laissons leur quelques illusions à mon sujet :D ).
Ces bactéries se retrouvent tres ouvent sur les denrées alimentaires, surtout le pain, et l'ingestion ne semble pas poser de problemes .

il semblerait même qu'il y ait un certain temps, une de ces souches avait colonisé des hosties je sais plus ou, et les pigments rouges générés par les serratia avaient fait croire aux personnes qui les ont vu qu'il s'agissait du sang du christ ( source, google aussi)

pour ce qui est de la désinfection du matériel d'élevage, la biseptine semble être un bon choix, il me semble qu'on la trouve en spray

la forêt est précieuse alors sauvez un arbre, mangez un castor!




Copyright © 2017 Le Monde Des Reptiles