Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

pythondu77

pr piedball (génétique)

Messages recommandés

bonjour

une question me trotine dans la tête

je suppose que cette mutation est due a un géne de pigmentation recessif.

Donc un des parents l'avait mais ne l'exprimé pas, mais est ce que tous les pr ont ce géne mais ne l'éxprime pas alors lors de la repro, ces génes vont êtres transmis aux serpentaux (par les 2 parents) ce qui donnera cette phase génétique? mais si c'était le cas il y aurais tout de même plus de piedbal :roll: car c'est tout de même 50/50.

enfin je n'arrive pas trop a comprendre comment on obtient cette phase ( je suis pas callé en génétique de serpent)

merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu plus complexe que ça Python77, il y'a un post it sur la génétique de l'élaphe qui est un peu pareil, mais je vais tenté de t'expliquer, même si dans le cas du piedball, ça me paraît un peu plus complexe. :wink:

 

Alors déjà, tu confonds les mots "gène" et "allèle".

Un gène code protéine en général, et les allèles sont des versions d'un gène. Dans le cas du "piedball", on va prendre en compte le gène codant pour le pigement avec ces deux allèles, N (normal) et p (piedball).

Un individu est toujours porteur de 2 allèles de chaque gène, donc pour ce gène, un serpent peut être N/N N/p p/p.

L'allèle N est dominante sur l'allèle p, donc, si le serpent est porteurs des deux allèles N/p il ressemblera à un serpent normal N/N.

Par contre, un serpent avec les allèles p/p sera un serpent "piedball".

 

__Alors, vu le prix des serpents "piedball", je pense que 99% des Pythons régius sont tous N/N et là, tu pourra toujours les croiser avec un piedball, tu n'aura pas de piedball dans la descendance.

__ Les serpents "piedball" qui sont p/p.

__Il existe des hétérozygote "piedball" (1100€ sur un site de serpent, pour comparaison, un régius normal vaut 75€). Les hétéraozygotes ont les deux allèles N/p. Ils ont exactement la même tête que des régius normaux. Cependant, si tu croises deux hétérozygotes, tu obtiendra statistiquement :

50% d'hétérozygotes N/p ==> phénotype normal mais hétérozygote.

25% de N/N ==> serpent normal classique.

25% de p/p ==> Bingo, c'est un Piedball.

 

Donc, sauf gros gros coup de chance, tes régius sont N/N, et tu n'aura jamais de piedball dans leur descendance. Pour t'en assurer, il faudrait que tu fasses des croisements entre les frères/soeurs obtenus lors de la première génération. Je te le déconseille cependant, car je ne pense pas qu'un de tes serpents porte un allèle "p" de piedball, par contre, y'en a surement un qui porte quelques maladies génétiques, et là, tu vas faire des petits compléments dégénérés ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, normalement, la mutation à eu lieu une seule fois sur l'ADN d'un serpent, et puis c'est retrouvé à l'état homozygote dans sa descendance, surement parce qu'un éleveur a croisé deux individus qui tout les deux descendaient du mutant et portaient la mutation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nan lol, il n'y a pas d'histoire de 15% en génétique.

 

I) Soit tu as un seul gène et 2 allèles :

 

Si dans l'exemple que j'ai donné, N est l'allèle normal, et p l'allèle responsable d'une maladie génétique mortelle. Si p est récéssif sur N

 

N/p x N/p ==>

 

25% de N/N non malades

50% de N/p non malades comme leurs parents mais porteurs de l'allèle.

25% de p/p malades pouvant mourrir

 

Après t'as une feinte, si p est mortel et empèche le développement de l'embryon (fausse couche). Par exemple, la coloration jaune chez les souris.

On croise deux individus jaunes : N/p et N/p

 

25% de N/N normaux

50% de N/p jaunes

25% de p/p qui ne naissent jamais

 

Comme tu ne vois jamais les 25% de p/p (ressemble à des oeufs non fécondés chez les serpents, éliminés par l'utérus pour la souris ect..), tu aura en réalité :

66% de souris jaunes et 33% de souris normales.

 

II) Soit tu as deux gènes et 4 allèles (2 allèles par gène) :

 

Et là tu as comme "ségrégation des caractères" :

9/16 = 56,25%

3/16 = 18,75%

3/16 = 18,75%

1/16 = 06,25%

 

Mais seulement si les gènes ne sont pas proches sur le chromosome. Et il a bien sur la possibilité de "fusioner" des catégories car on ne voit pas leurs différences, où alors d'en supprimer une parce qu'elle est mortelle.

Bon, là je rentre pas plus dans les détails, parce que je suis en vacances, mais si vous le souhaitez, je me prendrai la tête à expliquer, mais c'est très long pour le coup.

 

Enfin, tout ça pour dire qu'une ségrégation de 15% n'est pas un cas d'école.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nan lol, il n'y a pas d'histoire de 15% en génétique.

 

I) Soit tu as un seul gène et 2 allèles :

 

Si dans l'exemple que j'ai donné, N est l'allèle normal, et p l'allèle responsable d'une maladie génétique mortelle. Si p est récéssif sur N

 

N/p x N/p ==>

 

25% de N/N non malades

50% de N/p non malades comme leurs parents mais porteurs de l'allèle.

25% de p/p malades pouvant mourrir

 

Après t'as une feinte, si p est mortel et empèche le développement de l'embryon (fausse couche). Par exemple, la coloration jaune chez les souris.

On croise deux individus jaunes : N/p et N/p

 

25% de N/N normaux

50% de N/p jaunes

25% de p/p qui ne naissent jamais

 

Comme tu ne vois jamais les 25% de p/p (ressemble à des oeufs non fécondés chez les serpents, éliminés par l'utérus pour la souris ect..), tu aura en réalité :

66% de souris jaunes et 33% de souris normales.

 

II) Soit tu as deux gènes et 4 allèles (2 allèles par gène) :

 

Et là tu as comme "ségrégation des caractères" :

9/16 = 56,25%

3/16 = 18,75%

3/16 = 18,75%

1/16 = 06,25%

 

Mais seulement si les gènes ne sont pas proches sur le chromosome. Et il a bien sur la possibilité de "fusioner" des catégories car on ne voit pas leurs différences, où alors d'en supprimer une parce qu'elle est mortelle.

Bon, là je rentre pas plus dans les détails, parce que je suis en vacances, mais si vous le souhaitez, je me prendrai la tête à expliquer, mais c'est très long pour le coup.

 

Enfin, tout ça pour dire qu'une ségrégation de 15% n'est pas un cas d'école.

 

et bien en voila un qui c'est pas endormi pendant ces cours de génétique :bravo:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui voilà excuse moi 25% ...

Les piedball ce sont donc des cas parmis les cas non ?? ils font parti des 25% qui doivent mourir, mais naissent...

La partie deux ce sont les génes indépendant c'est ca ??

Moi je faisais parti des endormi des cours de génétiques :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour la partie 2, c'est bien pour les gènes indépendants.

Mais je pense que les "piedball" font parti du premier exemple, avec un seul gène qui entre en jeu étant donné qu'on trouve des hétérozygotes sur le net qui ont un phénotype normal.

Ils sont juste p/p ce qui leur donne leur coloration, mais ce n'est en rien létal et ils ne doivent pas mourrir puisque ça touche pas un gène super important :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut

 

je n'arrive pas trop a comprendre comment on obtient cette phase ( je suis pas callé en génétique de serpent)

merci

 

C'est très simple, il faut aller l'acheter, ou tout au moins un couple hétérozigote piebald!

 

Fred

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui oui DylanJ, mais le cas deux gènes liés, et je veux pas me lancer dans de telles explications, parce que je vais en avoir pour 2 heures à taper le message, et que çà ne concerne apparement pas la mutation piedball ...

 

Mais c'est pour ça que j'ai parlé de gènes indépendants dans mon II) ... :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×