Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Invité FoxMulder

Komodo & pathénogénèse

Messages recommandés

Invité FoxMulder

L'immaculée conception existe... chez les dragons de Komodo

 

 

Huit bébés dragons de Komodo devraient éclore prochainement au zoo de Chester (Royaume-Uni) d'oeufs pondus par une femelle vierge, Flora: ces reptiles sont capables de se reproduire par autofécondation, révèlent des biologistes dans la revue Nature de jeudi.

 

Originaires de la petite île indonésienne dont ilsportent le nom et de quelques autres terres volcaniques voisines, menacés d'extinction, les dragons (ou varans) de Komodo sont les plus gros lézards du monde, pouvant dépasser les trois mètres.

 

En captivité, ils font l'objet d'un programme international d'élevage, lancé en 1998 au parc animalier français de Thoiry (Yvelines). Dans le cadre de cette coopération, quatre premiers varans ont vu le jour en mars 2006 au zoo de Londres, sortis d'oeufs pondus par Sungaï, ancienne pensionnaire de Thoiry mais envoyée outre-Manche afin d'éviter une union consanguine avec son compagnon et cousin Kinaam, lequel s'est retrouvé à Chester.

 

Ainsi, pendant deux ans et demi, Sungaï et Kinaam ont dû faire chambre à part. Mais dès son arrivée au zoo du Regent's Park et avant de rencontrer son nouveau partenaire, Raja, la femelle a pondu des oeufs fécondés, dont allaient éclore (malheureusement après la mort de leur mère), dans un incubateur, les quatre premiers bébés "européens".

 

 

Comment cela a-t-il pu se produire alors que l'incubation, après fécondation, dure normalement huit mois environ? Le mystère était total, mais Phillip Watts, de l'université de Liverpool, et ses collègues, viennent de l'élucider selon leur article publié par la revue scientifique britannique.

 

Les "dragonnes" de Komodo, ont-ils découvert en analysant l'ADN extrait de trois oeufs couvis (pourris) parmi les onze oeufs fécondés d'une ponte de 25 faite par Flora, pratiquent parfois ce qu'on appelle la parthénogénèse: elles s'autofécondent et produisent, en quelque sorte, des clones d'elles-mêmes. L'éclosion de huit bébés issus de cette immaculée conception est attendue en janvier 2007.

 

Quant à Sungaï, les scientifiques ont constaté que ses quatre premiers bébés sont dus eux aussi à la parthénogénèse, tandis qu'un autre, sorti de l'unique oeuf viable de six qu'elle a pondus deux mois après avoir copulé avec Raja, est le fruit de ce rapport sexuel.

 

"La parthénogénèse constitue donc un phénomène non reconnu jusqu'ici pour la gestion génétique des populations menacées", notent les chercheurs. Ils se demandent toutefois si cette reproduction monoparentale ne peut conduire à la naissance d'individus de forme physique réduite et à un plus grand risque d'extinction, bien que les quatre rejetons de Sungaï soient sains et qu'ils croissent et se comportent normalement.

 

Chez les dragons de Komodo sauvages, la parthénogèse pourrait constituer une bouée de sauvetage, permettant à une seule femelle, non fertilisée, de fonder une colonie au sein de laquelle la reproduction sexuelle peut reprendre par la suite mais, il est vrai, entre individus apparentés. A peine 4.000 dragons de Komodo survivent dans la nature dont peut-être moins de 1.000 femelles adultes.

 

SOURCE: http://www.orange.fr/bin/frame.cgi?u=http%3A//actu.orange.fr/articles/sciences/L-immaculee-conception-existe-chez-les-dragons-de-Komodo.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est vrai que c'est bien mais maintenant ça n'est plus le plus grand varans car c'est le varan crocodile(varanus salvadorii).Ce dernier mène une vie arboricole discrète au fin fond des forêts de Papouasie-Nouvelle-Guinée.Cette région étant particulièrement difficile d'accès,peu d'expéditions ont pu être organisées pour effectuer des relevés.Cependant,beaucoup de spécialistes des varans estiment que cette espèce pourrait dépasser allègrement les quatres mètres :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un seul specimen de Varan Crocodile ( Varanus Salvadorii ) "aurai " été trouvée, affichant une longueur totale de environ 6 métres. Cependant, aucun papier n'en fait réference a ma connaissance.

 

Ce dernier mène une vie arboricole discrète au fin fond des forêts de Papouasie-Nouvelle-Guinée

 

Petite réctification, ce dernier vie en grande parties a plus de 20 métres dans la cimes des arbres en se servant de sa queue pour se mouvoir ( il descend d'aillers trés bien la téte la premiere...Comme pour les Varans du Prasinus Group...) et son régime alimentaire est d'aileurs constitué en grandes parties d'oiseaux tels que des Perroquets ou de gros insectes ( Blattes, Iules.....)

Pour ce qui est des études concernant ce "géant", il est de plus en plus élevée Outre-Atlantique ( le Pr Sam SWEET de l'Université de SantaBarbara en posséde d'ailleurs un magnifique couple ) et dans plusieurs pays comme l' Angleterre, l'Allemagne et la Hollande......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est t'on certain qu'il s'agisse de parthogénèse, ou est t'il possible qu'une femelle fécondée une seule fois puisse à l'instar des arachnides disposer d'une spermathèque lui permettant plusieurs pontes ???

Quoiqu'il en soit le but de la nature est bien de sauvegarder la vie et les espèces, coute que coute, je trouve cela fascinant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Est t'on certain qu'il s'agisse de parthogénèse, ou est t'il possible qu'une femelle fécondée une seule fois puisse à l'instar des arachnides disposer d'une spermathèque lui permettant plusieurs pontes ???

 

Ta question est là : Comment cela a-t-il pu se produire alors que l'incubation, après fécondation, dure normalement huit mois environ? Le mystère était total,

 

 

la réponse est là : mais Phillip Watts, de l'université de Liverpool, et ses collègues, viennent de l'élucider selon leur article publié par la revue scientifique britannique.

 

Les "dragonnes" de Komodo, ont-ils découvert en analysant l'ADN extrait de trois oeufs couvis (pourris) parmi les onze oeufs fécondés d'une ponte de 25 faite par Flora, pratiquent parfois ce qu'on appelle la parthénogénèse: elles s'autofécondent et produisent, en quelque sorte, des clones d'elles-mêmes. L'éclosion de huit bébés issus de cette immaculée conception est attendue en janvier 2007.

 

Ce qu'ils ont fait, c'est qu'ils ont cherché si l'ADN des oeufs provenait uniquement de l'ADN de la mère ou s'il y avait eu apport d'ADN extérieur : réponse : pas d'approt, uniquement l'ADN de la mère, donc il s'agit bien de parthénogénèse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Est t'on certain qu'il s'agisse de parthogénèse, ou est t'il possible qu'une femelle fécondée une seule fois puisse à l'instar des arachnides disposer d'une spermathèque lui permettant plusieurs pontes ???

 

ou les caméléons :wink::D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La parthénogénèse a été observée aussi chez les Basiliscus, et notament Basiliscus plumifrons: la division cellulaire commence sans qu'il y ait besoin d'injection de sperme qui normalement fait démarrer la division cellulaire en y ajoutant son ADN.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai aussi vu une BCI faire une rétention de sperme, après copulation les ovule était déjà formé, et l'année d'après les oeufs sont sortie alors que cette fois ci il n'y avait pas eu accouplement. Serait il possible que la "dragonne" de komodo ( très jolie lézard que j'ai eu l'occaz d'observer en voyage ) ai faite une rétention de sperme ? Et non un effet de parthénogénèse ?

 

Bref des nouvelles serais la bienvenue tchouss

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai aussi vu une BCI faire une rétention de sperme, après copulation les ovule était déjà formé, et l'année d'après les oeufs sont sortie alors que cette fois ci il n'y avait pas eu accouplement. Serait il possible que la "dragonne" de komodo ( très jolie lézard que j'ai eu l'occaz d'observer en voyage ) ai faite une rétention de sperme ? Et non un effet de parthénogénèse ?

 

Bref des nouvelles serais la bienvenue tchouss

 

Cf mon message page 1 : un test ADN a été effectué, c'est bien une repro parthogénétique :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×