Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Rémi

Crochet de Dispholidus typus

Messages recommandés

Une petite photo sympa des crochets de Dispholidus typus (Boomslang).

Un Colubridae opisthoglyphe reconnu pour la dangerosité de son venin (plusieurs accidents mortels connus).

Mais qui n'en demeure pas moins une espèce très intéressante d'un point de vue comportemental.

 

Rémi

 

boomslang_fangs.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:-D des crochet de morelia

salut je susi dans le 91 aussi a coter de bretigny

a tu des astuce pour deplacer des serpent agressif sans ce fair mordre car moi quant je doit deplacer mais jeune python s'est galere il grimpe partout et le crochet pour eux s'et une balade vers les main :shock:

post-989-1359250939,3768.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
OK, OK tu as raison il s'agit bien de crochets :ptdr:

 

LOL....

Vero, ne t'enflammes pas pour si peu... Juste que toute chose a un nom est dans le cas présent il s'agit bien de dents.

Les Morelia viridis sont protérodontes, c'est à dire que la taille des dents diminue d'avant en arrière du maxillaire. Voilà pourquoi les dents en avant du maxillaire sont plus grandes, mais ce sont bien des dents.

 

Rémi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
en tout cas la photo des CROCHETS du boomslang est bien intéressante.......je ne les pensais pas autant en avant de la maxilaire :shock:

 

Bah contrairement à ce qu'on croit généralement, les crochets des opisthoglyphes sont rarement à l'arrière du maxillaire.

Ils se trouvent très souvent à mi-maxillaire, c'est à dire à peu près au niveau de l'oeil.

On entend même parfois "ils ont les crochets au fond de la gorge, ça risque rien"....

En fait, ce genre de propos sont plus pour minimiser le risque de morsure et se rassurer.

Le risque de morsure par un opisthoglyphe (par ses crochets) n'est pas négligeable, mais les glandes de Duvernoy n'ayant aucun muscle "excreteur" pour injecter le "venin" (contrairement au venimeux sensu stricto), c'est le risque d'envenimation qui est faible. En effet, l'écoulement du venin se fait par gravité et capillarité.

 

Pour qu'un opisthoglyphe provoque une morsure avec envenimation, il doit mastiquer afin de faire entrer le "venin" par les plaies engendrées.

 

Ensuite, la dangerosité entre également en jeu puisque certaines espèces produisent une substance fortement toxique dont même une faible quantité peu provoquer une envenimation pouvant aller jusqu'à la mort.... d'autant plus que les crochets peuvent être de taille importante (cf photo du boomslang).

 

Rémi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Rémi,

 

Heu, je crois bien que les opisthodontes regroupent les opistoglyphes et les solénoglyphes, opisthodonte voulant dire que l'animal possède des crochets venimeux à l'arrière du maxillaire. Chez les opisthoglyphes, le maxilaire est resté assez long alors que chez les solénoglyphes, les mandibules "font office de maxilaire" le maxilaire étant de taille très réduite, situé à l'avant de la gueule et ne comprenant plus que les crochets venimeux. Cette configuration permets d'avoir les crochets mobiles. Voilà, ca fait lontemps que j'ai pas eu de doc là dessus, mais je crois que des précisions sont disponibles dans le dernier bouquin de Chippaux (le rouge) qui doit s'appeler envenimations ou traitement des envenimations...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui, effectivement une denture opisthodonte et l'opposé d'une denture protérodonte.

Mais ce qu'on appelle précisemment des opisthodontes (rajoutons aglyphe), correspond à ce que j'ai décrit plus haut.

Disons qu'on peut différencier les opisthodontes ("opisthodontes aglyphes") sensu stricto et les opisthodontes sensu lato (opisthodonte aglyphe, opisthoglyphes et solénoglyphe).

 

En ce qui concerne les solénoglyphes, il s'agierait effectivement d'une evolution du maxillaire supérieur vers une denture ne comportant que la paire de crochet et ce maxillaire étant nettement articulé.

On peut PLUS OU MOINS dire que les solénoglyphes seraient un forme évoluée d'opisthoglyphes.

La différence étant que les glandes à venin ne sont présentes que chez les solénoglyphes et que l'origine n'est pas la même que pour les glandes de Duvernoy.

 

Je conseille effectivement le dernier ouvrage de CHippaux.

 

Rémi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×