Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

simtof

substrat uros

Messages recommandés

perso je n'ai jamais rencontré de problèmes avec mes billes d'argile

 

facile a laver

a changer pas cher et leger

et apparement ça leurs va bien

 

je rappelle au passage que les uromastyx ne passent pas leur vie dans le sable mais dans les zones rocheuses

 

dans leur environement naturel le sable constitue des barrières naturelles a l'expension de leurs zones de vie

(ce qui a certainement aidé l'evolution distincte de differents espèces ou sous-espèces)

ça expliquerais au final comment certaines espèces

comme le GEYRI est devenu espèce a part entière alors qu'il n'etais a la base qu'une sous espèce de ACANTHINURA

 

chacunes fini d'evoluer dans son coin bien séparé par de vastes zones sableuses

ce qui explique que chaque espèce d'uromastyx peut avoir des besoins divergeants de temperature et d'hygrometrie par exemple en fonction de l'endroit d'ou ils viennent

 

c'est sur ces conclusions que personellement j'ai banni le sable des terra de mes uromastyx

 

pour finir observez la façon d'attraper une proie de vos uro

 

ils arrivent doucement par le dessus comme s'ils allais manger une fleur

c'est tres efficace pour les vers et ça leurs evite d'ingerer des poussières ou du sable

cette methode dois sans aucun doute avoir un effet sur la limitation d'oclusions intestinales dues a l'ingetion de sable

(contrairement a bon nombre d'espèces qui foncent gueule ouverte sur leurs proies)

en revanche cette methode de chasse n'est vraiment pas tres eficace pour attapper des grillons

on peut donc egalement facilement en tirer des conclusions sur leur regime alimentaire

 

bref voilà quelques observations que j'ai eu l'occasion de faire sur mes Uromastyx Geyri

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui t'a été assez clair gargouse loll

 

creuser un terrier dans le sable c'est pas super evident j'ai deja essayé et c'est pas terrible loll

et puis pour ce qui est des photos aeriennes j'en ai bouffé un peu

je crois avoir fait une bonne parti des sites en français de geographie ou de randonnées qui parlent ou qui montrent des photos de la montagne d'hoggard bien sur je suis encore loin d'etre un expert geologue de cette region mais j'essaie d'y travailler loll

 

apres tu fait comme tu veux mais pour ma part j'ai essayé plusieurs sortes de substrat et je dois dire que se sont les billes d'argile qui m'aporte les resultats les plus satifaisanten terrarium :wink:

 

 

j'avais un projet de piece entiere pour metre mes uro (je dit j'avais parce que certains evenements me contraignent a remetre ce projet a plus tard)

quoi qu'il en sois sur un si grand volume j'aurais amménagé des espaces sabloneux

mais en terrarium tout ce que m'a apporté le sable c'est de retrouver des bètes avec les yeux collés (et il n'etais pas poussièreux)et ils avais tout comme toi la possibilité de ne pas aller sur le sable

bien sur ça ne veux pas dire que ça arrive regulièrement mais il y a toujour un risque et il faut le savoir

 

donc pour reprendre ce que tu disais l'environement naturel et un terrarium dois etre different (ne serais ce que pour eviter la selection naturelle que l'on ne souhaite pas se permetre en captivité)

 

bon ben voilà apres tu demande si quelqu'un a des idées pour remplacer ton sable moi je t'en donne que j'ai testé personellement (pas vu sur d'autres fiches aussi excelentes sois elles)

apres a toi de voir t'es pas obliger de les suivres mais je n'ai riena reprocher aux billes d'argile

ça fait plus de 3 ans que je fais toutes les recherches possibles sur l'uromastyx geyri ça represente des centaines d'heures de boulot et je suis encore très loin de tout savoir mais quand j'ai eu mes premiers specimens il ni avais absolument aucune info sur le net français

(cherche sur google et tu vera d'ou proviennent la plupart des info sur cette espèce à present) :P

 

alors ne va pas t'immaginer que les infos que je donne sont issues d'autres fiches ......

 

ps: remaque que je ternine ma phrase par des "....." comme tu l'a fait au bout de ta phrase comme pour metre en doute la provenance de mes sources

dailleurs au passage cette fiche de olivier antonini est excelente comme tu l'a dit mais a mon avis elle generalise un poil trop sur les comportements et les besoins des uro

ça n'est pas une critique mais les infos doivent etre completés car les milieux aussi proches sois t'ils ne sont pas identiques il en est de mème pour les conditions de maintenance

et j'essaie de m'y employer a propos des geyri :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ha ben oui mais dans ce cas les billes ont un autre avantage

 

on peut facilement les enlever pour les laver etc...

et ça dure

 

délolé si j'ai mal interpreté tes "......"

navré c'etais pas volontaire juste une incomprehension de ma part

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si c’est vrai que la connaissance de l’écologie et de la biologie d’Uromastyx nous permet de le maintenir correctement en terrarium, il ne faut non plus lire de manière rigide les informations qui nous viennent du milieu naturel. Ou plutôt, il faut également savoir qu’en milieu naturel il existe une variabilité relative des conditions environnementales et qu’Uromastyx s’en accommode assez bien. Par exemple, non seulement les différente espèces d’Uromastyx habitent des biotopes différents, mais également les animaux appartenants à la même espèce peuvent occuper des milieux assez hétérogènes. Par exemple, la population marocaine d’U. a. nigriventris, vivant en altitude sur le piémont méridional du Haut–Atlas (Ouarzazate, Maroc) sera soumise à des conditions climatiques différentes de celles des populations continentales du Sahara algérien, dans les Monts d’Ougarta, par exemple. En ce qui concerne le terrain, la variabilité est encore plus évidente : les fouette–queue appartenants à une même espèce (U. a. nigriventris) peuvent habiter sur les pentes des djebels (pentes avec éboulis rocheux), sur les regs (surface plane pierreuse), dans les oueds (plaine sablonneuse plus ou moins caillouteuse), sur les escarpements de la hamada ou à la surface des hamadas. Un autre exemple est celui d’U. d. maliensis, qui peut occuper des terrains rocheux (sur le Hoggar) ou sablonneux ; ou encore U. geyri qu’on peut trouver dans des secteurs caillouteux, dans des oueds sablonneux ou pas, dans des zones ouvertes ou encaissées. La région d’origine de l’espèce qu’on maintient est importante, à mon avis, surtout pour adapter les conditions d’hivernage en captivité, tout en considerant l’importance des microclimats qu’existent dans les déserts, par exemple au fond du terrier. Le substrat, l’alimentation, les valeurs moyennes de température et hygrométrie en terrarium peuvent, à mon avis, être généralisées aux différentes espèces qu’on maintient. On peut toujours nuancer, par exemple, en aménageant un terrarium avec une hauteur plus importante pour U. ocellata et U. o. ornata, qui en milieu naturel grimpent sur les rochers et les arbres, même pour se nourrir ; ou en donnant une quantité d’insectes legèrement supérieure à U. hardwickii, puisqu’en milieu naturel les juvéniles en consomment des quantité plus importantes par rapport aux autres espèces d’Uromastyx.

 

Ma fiche d’élevage décrit la manière de laquelle je maintien mes animaux. Bien évidemment, il y a d’autres manières de faire. Je l’ai écrite en 2001, depuis j’essais d’affiner plusieurs points, particulièrement celui de l’alimentation. Sur ce point il vaut mieux se reporter aux 2 articles que j’ai écrit dans Situla 7 et Reptilmag 15. Je la changerai prochainement, quand je referai le site.

 

Pour en revenir à la question de Gargouse, j’ai élevé pendant un temps mes Uromastyx sur des copeaux pour rongeurs sans problèmes mais j’ai arrété par crainte d’occlusion intestinale. Sur Toulouse, Savannah commercialise du Litalabo mais sous un autre nom (je sais pas lequel).

Les billes d’argiles, moi aussi, je ne trouve pas ça très hygiènique, à moins de les laver très souvent comme le fait Simtof, mais alors quel boulot !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les billes d'argiles, c'est surtout bruyant. Quand ils décident de creuser, les miens ne font pas semblant, les billes d'argiles étaient trop bruyantes pour être supportable. Et je ne suis pas convaincu que leur forme soit le plus adapté, en effet, je pense que je serai assez inconfortable si je vivais sur des billes, ca roule, ca ne permet pas de poser entierement lepied sur une surface plane, enfin bref, marcher sur des billes je suis pas fan perso, et dans la nature...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

dans la nature comme dans mes terra ils ont des pierres

 

la seule diference c'est que j'ai diminué le taux de mortalité causé par le sable en le remplaçant par des billes d'argiles voilà

 

et puis oui c'est vrai ça fait du bruit et le sable dans les glisières ça n'en fait pas

et puis les billes ça roule et les graviers non

et puis il faut les laver souvent et puis on est pas tranquille chez soi

et puis ......

 

si j'ai cité c'etais juste pour apporter une idée que j'utilise personellement

mais il est vrai que je n'ai pas 50 terrarium de colection

ma passion est plutot basé sur la connaissance aprofondi d'une seule espèce (pour le moment)

 

et puis le bruit ne me derange pas quand il sagit de bestioles que j'ai voulu et que j'assume

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×