Aller au contenu
ZIGOMAR

Petites astuces bien pratiques

Messages recommandés

Voila en surfant sur d'autres blogs, forums j'ai pu voir des posts sur des petites astuces capable de nous aidez dans la vie de tous les jours.

 

Alors en voila quelques unes que j'ai piquées à droite à gauche :lol:

mais c'est pour une bonne cause :wink:

Toutes vos petites idées et astuces sont les bien venues , même les plus farfelues :roll:

 

en espèrent que sa serve ... :)

 

zigomar

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

acheter un rouleau de grillage a maille fine dans un quelconque magasin de bricolage

en decouper une largeur suivant le diametre de la lampe

ne pas l applatir laissez le dans sa forme initial c est a dire de la forme du rouleau

ligaturer cette partie

ensuite decouper un autre morceau pour le fond et le ligaturer a son tour

placer votre lampe et ensuite le protege le tout c est qu il n y est aucun espace entre lui et le terra pour eviter que le serpent se glisse a l interieur

moi pour le maintenir en place j accroche 2 morceaux de fil de fer que je fait passer par deux petits trous percés dans le haut du terra et je sers le tout par dessus le terra

voila avec un rouleau vous pouz fabriquer facilement 20 proteges lampe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà ce que l'on peut faire pour être sur que nos terrariums sont bien fermés, enfin pour les terra avec des vitres coulissantes. En fait c'est la DDSV qui m'a expliqué comment faire.

 

C'est simple il suffit de coller une pastille sur chaque vitre, si vous n'en voyez plus qu'une c'est que c'est bien fermé, si vous en voyez deux, c'est que c'est mal fermé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

alors voila,il y a quelques temps en faisant mes courses a inter je suis tombé la dessus,une petite chose qui satisfait un de mes péchés mignons (la gourmandise, péché capitale je devrais dire :D ) tout en étant intéressant en terrario:

a_trie61.jpg

voila de quoi enfin justifier la gourmandise :P

le prix?

2.62 euro pour une boite de 24*18*7 et 12 délicieuse cochonnerie :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

voila je fait ce petit post pour vous montrer un systeme de fermeture moins chere que les serrures et tout aussi efficace:D

 

ce sont des baguettes de parapluies :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, voilà une astuce bien utile.

Avant, pour faire des trous dans les box en plastique je me cassais la tete avec une perceuse... Sa prenait du temps, et en plus sa fissurait le plastique si on y va trop fort. :oops:

 

Alors j'ai eu l'idée de faire sa avec du chaud... J'ai pris un ptit fer à souder et hop, la pointe sur le plastique... en 2 secondes vous avez un beau petit trou sans abimer la boite :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous, :P

 

Je pense que ce post peut être utile pour certains donc je vais vous poster en photos (eh oui en photos) une méthode que j'utilise maintenant pour désinfecter les branches.

 

* D'abord il faut aller jouer au bucheron et trouver de belle branches !!! :cry:

 

* Ensuite se servir de la baignoire conjugale pour faire prendre un bon bain d'eau chaude au branches, au plus grand plaisir de Madame !!! La plus grande partie des bêtes qui logé dedans meurt à ce moment. (pas dans Madame ). :roll:

 

* Les rincer à l'eau froide (on économise on économise) :D

* Faire de jolie papillottes avec du papier d'alu, n'utiliser pas le papier d'alu de Madame sinon encore une raison pour qu'elle soit contente (j'en est fait l'expérience)

 

Du grand Art !!! :D

 

* Et maintenant utiliser le four pour stérilisé vos branches !!!

Encore une fois vous allez vous faire embrouillé :evil:

Je met le four à chauffer à 250° et je laisse la branche pendant une demie heure

 

* Voila ce que donne la branche quand elle sort du four .... bah c'est une branche quoi !! :lol:

 

 

* Après je brosse la branche pour enlever toute l'écorce qui se détache, je le fait après car avec la vapeur elle se détache plus facilement (comme notre peau après un bain .... pfff les comparaisons

* Maintenant reste le vernis !!! Moi j'utilise du Vitrificateur Gel Escalier 3V3 à l'eau, effet ciré (sinon sa donne un effet brillant sur les branches qui n'est pas franchement beau). Sa coute 23€ le pot donc beaucoup moins cher que la Résine Epoxy R123 !!!

 

 

* Voila ce que sa donne une fois vernis ... Sa parle pas trop mais c'était pour vous faire voir toutes les phases !!!

Apres attendre environs 3H pour repasser une couche, laisser sécher une nuit et repassait une troisième couche et laisser sécher 24H avant de les introduire dans le terra

 

:wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les incubateurs du commerce sont souvent fort petits, accompagnés d’un thermostat bilame de mauvaise qualité. Et tout cela pour un mauvais rapport qualité-prix. Le résultat peut-être fort variable et souvent décevant s’il s’agit d’espèces fragiles (comme le sont les Morelia viridis par exemple). Il est donc plus économique et efficace de concevoir directement son propre incubateur.

Quel que soit l’incubateur utilisé, il sera mis en fonction au moins quelques jours avant la ponte pour que tous les paramètres soient réglés. Rien de plus horrible que de devoir s’y mettre dans l’urgence.

Garder l’incubateur dans une pièce à température stable, un peu plus basse que la température d’incubation et utiliser un bon thermomètre à impulsion, sont deux choses indispensables. La sonde du thermostat peut être placée soit contre les œufs, soit dans l’incubateur, au même étage que les œufs mais à l’extérieur des boîtes à œufs (voir plus loin).

 

 

Le principe :

Il existe de nombreuses techniques différentes. Je n’ai pas la prétention d’en avoir la connaissance universelle et des méthodes autres que la mienne peuvent donner d’excellents résultats.

Les appareils peuvent être conçu pour être chauffé par l’air ou par l’eau, avec ou sans substrat, dans un volume vertical (comme un vieux frigidaire) ou plutôt horizontal.

 

Ma méthode se base sur un chauffage par l’air, sans substrat et dans un volume horizontal.

 

Pourquoi par l’air : car si l’on chauffe de l’eau (se trouvant dans le fond de l’incubateur), l’évaporation est tellement importante qu’il est impossible de ne pas avoir de condensation sur les parois et le plafond (couvercle) de l’appareil. Cette condensation peut empêcher une bonne visibilité des œufs à travers les éléments transparents de l’incubateur. Elle peut aussi s’écouler directement sur les œufs. Conséquence: une diminution des échanges gazeux à travers la coquille et un éventuel éclatement par augmentation de la pression interne. Cela oblige des montages compliqués de protection (plaque de verre disposée suffisamment non horizontalement par exemple).

Le chauffage de l’eau implique aussi une évaporation tellement importante qu’il est difficile d’avoir une humidité relative de l’air optimale au niveau des oeufs, c’est-à-dire très importante mais pas complètement saturée.

En chauffant l’air, on peut n’avoir aucuns de ces défauts.

Pourquoi sans substrat :

En premier lieu parce que la vermiculite est totalement inutile et peut même nuire. Elle diminue légèrement les échanges gazeux à travers la coquille et empêche d’avoir une bonne visibilité de l’œuf partiellement enfoui. Elle doit être réhumidifiée régulièrement (mais pas trop, ce qui n’est pas tellement facile !) en cours d’incubation, ce qui est une contrainte supplémentaire. À l’éclosion, elle peut tant coller à l’animal que cela peut devenir au moins une gêne, sinon un danger pour les tout petits animaux.

Pourquoi le choix d’une cuve plutôt horizontale que verticale :

Avec un incubateur ayant un important volume vertical on peut imaginer de mettre de nombreuses pontes sur des étages différents. Tout cela en utilisant qu’un minimum de place au sol. C’est effectivement possible en théorie mais uniquement si la différence de température en fonction de la hauteur dans l’incubateur est minimale (la chaleur monte). Pour cela, on est obligé de brasser l’air en installant un mini-ventilateur (qui peut tomber en panne) dans la cuve : c’est trop compliqué à mon goût.

Avec un seul étage utilisé pour le placement des œufs : la température y reste parfaitement stable tant que le couvercle reste fermé (et une variation très faible après une ouverture).

 

En résumé, il faut donc:

- garder un taux d’humidité important en évitant les gouttes de condensation (tombant éventuellement sur les œufs).

- une température la plus stable possible, c’est-à-dire ne variant pas ou presque pas (moins de 0,5 degrés), cela implique une bonne isolation et une inertie suffisante. Il est à noter que la précision ne doit pas être la même pour des élaphes (considérées comme assez facile) que pour des pythons (plus difficile ou même très difficile). Avoir une fenêtre permettant de voir l’intérieur sans ouvrir le couvercle me paraît être une aide indispensable pour les curieux.

 

La fabrication :

 

La cuve de l’incubateur :

Trouver un vieil aquarium (gratuit) pas trop petit (entre 80cm et 100cm de long). Le couvercle est inutile. Il est bon de retirer le (ou les 2) renfort(s) central évitant l’écartement par la pression de l’eau des 2 faces lors d’une utilisation en aquariophilie, ainsi que les lamelles de verre placées sur le périmètre intérieur de la cuve (on y plaçait les plaques de couverture de l’aquarium). Cela se fait assez facilement en passant une lame de rasoir dans le joint en silicone.

Pour que la température soit stable, il faut l’isoler convenablement. Pour cela, j’achète des panneaux d’isolation (de 4 cm d’épaisseur) de polystyrène extrudé (styrodur) que je colle au fix-all sur l’extérieur des 4 côtés et du fond de la cuve. Pour garder une vue horizontale sur l’intérieur, je garde un grand rectangle découpé et amovible (non collé) +- au milieu d’une des 2 faces. On ne se sert pas souvent de cette fenêtre mais il est trop facile de la réaliser pour s’en passer. En déboîtant ce morceau d’isolant, on a une vue en coupe de l’installation sans ouvrir l’incubateur.

L’isolation permet de limiter au minimum la condensation sur les parois de la cuve et de son couvercle, ainsi que de garder la chaleur en cas de panne de courant.

Il est à noter que le polystyrène extrudé (frigolite) dégage continuellement des gaz théoriquement nocifs pour la vie animale. C’est la raison pour laquelle, dans le doute que cela ne soit mauvais pour les embryons, je ne mets pas l’air de la cuve directement en contact avec les œufs.

Pour renforcer les arêtes extérieures, un peu fragile (de styrodur), de la cuve isolée, j’y colle des profilés plastique en L. Ce n’est évidemment pas indispensable.

 

Le couvercle de l’incubateur :

Je me procure un grand morceau de plexiglas découpé aux dimensions du futur couvercle. J’y colle une couche de Styrodur sur sa face supérieure (extérieure) en laissant aussi un grand rectangle amovible en son centre. Cela permettra, en le soulevant, de surveiller quotidiennement (et même plus) l’évolution des œufs sans devoir ouvrir le couvercle de l’incubateur.

Je renforce les arêtes de Styrodur du couvercle de la même manière que pour la cuve. Je place aussi un profilé en L sur la face intérieure du couvercle : ce profilé est collé directement sur le plexiglas comme montré sur la photo. Il permet au couvercle de rester centré sur la cuve, sans mouvements latéraux excessifs. On peut laisser un demi-centimètre de jeu en longueur et en largeur pour un placement aisé.

 

 

 

 

 

 

Le couvercle ne restera probablement pas parfaitement plat et se soulèvera légèrement aux extrémités. Des petits passages d’air se formeront pendant l’utilisation. Cela rend l’ensemble non étanche : tant mieux car un renouvellement léger et régulier de l’air dans la cuve est idéal pour une bonne oxygénation des embryons.

 

Comme il s’agit d’un système avec un chauffage par le haut, je fixe le câble chauffant sur la face intérieure du couvercle, tout le long du périmètre, à environ 5cm des bords de la cuve (et du même coup de la partie verticale des profilés en L centrant le couvercle). Pour cela, je fixe des supports plastiques (pour tubes électriques) sur le périmètre intérieur du couvercle en les vissant directement sur le plexi. Ceci à l’avantage d’écarter le câble chauffant de +- 2 cm du plexi. Il faut essayer de trouver un câble de longueur +- identique à ce périmètre. Creuser une petite encoche en légère diagonale dans le couvercle (plexi et isolant) pour faire passer le fil électrique du câble chauffant (voir photo) de sorte que le couvercle est posé sans être gêné par le fil électrique. Un câble de puissance raisonnable est largement suffisant si la cuve est isolée. Je crois que le mien fait 20 ou 25w pour 2,5m de long. L’intérieur de ma cuve doit faire à environ 100cm x 45cm x 60cm (de mémoire). Et la cela suffit très largement à garder 30,5° avec une température de la pièce de +-22°. L’avantage de ne pas avoir un chauffage trop puissant s’appréciera pleinement en cas de panne du thermostat. Cela évitera les embryons cuits!

Une autre encoche sera aménagée dans le couvercle pour faire passer le fil de la sonde du thermostat.

C’est uniquement pour une question de facilité de construction et d’aménagement que j’ai fait le choix d’un chauffage par le haut, en réalité ce n’est pas important. Comme la chaleur monte, la température dans l’incubateur variera en fonction de la hauteur dans la cuve (en bas, il fait plus froid) : c’est tout.

 

 

 

 

L’aménagement intérieur :

En fonction des dimensions intérieures de la cuve, je choisis des récipients en plastique (transparents) que je dispose au fond de la cuve. Je les remplis d’eau et ne mets pas de couvercle pour augmenter l’humidité dans la cuve. On peut même en mettre plus d’une couche (2 chez moi), séparés par de quelconques lattes pour atteindre une hauteur d’une demi-moitié de la hauteur de la cuve. Cette quantité d’eau donne l’inertie thermique indispensable à un retour rapide de la température idéale de l’air de la cuve après une ouverture. On pourrait aussi remplir l’aquarium à moitié et déposer les boîtes à oeufs sur des supports posés sur le fond, mais je trouve cela moins pratique.

C’est sur des lattes placées sur les récipients en plastiques que l’on disposera les boîtes à œufs.

 

La boîte à œufs : c’est dans celle-ci que les œufs se développeront et que les jeunes apparaîtront.

 

 

 

 

Cette boite doit posséder des trous d’aérations (qui resteront toujours libres) sur les grands côtés latéraux. Un couvercle convenable sera foré de nombreux trous d’aérations qui seront obturés par du papier collant pendant les 2 ou 3 premières semaines d’incubation. Cela sera la seule chose à faire pendant l’incubation !

 

Les œufs seront posés directement sur une grille. Qui elle-même sera placée, légèrement surélevée, dans une coupelle transparente. Cette coupelle sera placée dans la boîte à œufs préparée comme suit : mettre 4 supports de 2 ou 3cm dans le fond de la boîte et placer une grille sur les supports. Mettre un fond d’eau ne noyant pas la grille. Placer un morceau de papier ménage sur la grille, ce papier débordant pour tremper dans l’eau pour augmenter l’évaporation. À nouveau, 4 petits supports (quelques mm) seront placés sur la grille recouverte du papier ménage pour que la coupelle, placée sur l’ensemble, ne soit pas en contact direct avec le papier.

Le couvercle est clipsé fermement sur la boîte à œufs (sinon les bébés fraîchement éclos le poussent et se promènent librement dans la cuve).

Il est important que les œufs soient déposés sur une grille, et non directement dans le fond de la coupelle, car les œufs évacuent de l’eau en cours d’incubation. Ils finiraient par tremper dans une flaque qui pourrait leur être fatale.

 

 

 

 

 

 

 

Les œufs, retirés de la femelle sont immédiatement mirés pour s’assurer qu’ils soient fécondés. Ne pas les retourner, surtout s’ils ont plus de 24 à 48h sous peine de faire mourir l’embryon. Noter l’emplacement de l’embryon avec un crayon très gras peut être utile si l’on sépare les œufs les uns des autres ou si certains œufs ne font pas partie de la grappe.

Les placer directement sur la grille de la boîte à œufs.

Pour la plupart des espèces, il n’est pas indispensable de les séparer car même un œuf mort ne contamine pas les autres. L’exception bien connue est le Morelia Viridités pour lequel il est plus prudent de le faire. Ce n’est pas bien compliqué si on s’y prend dans les premières heures mais si maman ne la fait pas…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous,

 

Comme on m'a demandé sur un autre forum que je fréquente aussi depuis peu (M. Viridis pour ne pas le nommer) de développer un post sur la réalisation de mes plafonds chauffant, je vous en fait profiter. J'espère que cela vous servira.

Il fonctionne parfaitement pour des terras même très humides (par cycle) de

dimensions intérieures 100X50X50 à 120X62X70. Il est fixé sur un socle

composé de polystyrène extrudé de 3 ou 4cm d'épaisseur (recouvert de

plastique autocollant noir) et de Gyproc vert prévu pour les caves un peu

humides (face visible peinte et chants recouvert d'une couche de

fix-all coloré noir). Ce montage est fixé au plafond à une extrémité du

terra pour un bon gradient horizontal et thermostaté par impulsion.

Cela fait des années que j'utilise ce type de chauffage et je n'ai jamais eu

de problème: ça ne désseche pas l'air, ne peut pas brûler les

animaux,...

 

 

 

Matériel:

 

-1 tapis chauffant de 90W (prévu pour élevage avicole, vendu par correspondance en Belgique http://www.neerhof.be/fr/producten/?c=VE dimension: 430mmX270mmX2mm, t° max de contact 65°, 19€)

 

-Un morceau de gyproc épaisseur 9,5mm, de dimensions un peu supérieures au tapis utilisé pour avoir la place des vis de fixation (par exemple

490X280 soit 440X320).

Les panneaux entiers de Gyproc font 2500mmX600mm. Leurs côtés étant biseautés sur 5cm, il est conseillé de ne pas s'en servir: il reste donc une partie utile de 2500X500. On peut donc faire 8 plafonds avec un panneaux.

 

-Une morceau de polystyrène extrudé (Styrodur,...), épaisseur 30 ou 40mm, de dimension similaire à la plaque de Gyproc.

Ces plaques sont souvent vendues à dimension 1200mmX600mm, 4 plafonds peuvent être réalisés avec une plaque.

 

-Du plastique autocollant de couleur (par exemple noir).

Il est facile à trouver dans les magasins de bricolage en rouleau de 200cmX45cm. Ce plastique auto-collant est celui qui peut servir à recouvrir un cahier d'écolier ou un panneau de bois pour le protéger. Attention, le prix de ce type de recouvrement varie énormément d'un magasin à l'autre (perso, en

Belgique, je vais chez Gama, le Brico (Carrefour) étant beaucoup plus

cher).

 

.

 

-De la colle en tube, genre fix-all, de très bonne qualité (ne pas prendre

le moins cher!), de couleur noire. Utilisable en pistolet à silicone.

 

-4 vis de fixation de longueur adaptée à l'épaisseur totale.

 

Montage:

 

1) Découper le Gyproc en l'entaillant sérieusement au cutter, puis en le

cassant comme le ferait un vitrier avec une glace. Le chant (=surface

du bord) n'est pas toujours net, ce n'est pas grave.

2) Découper le Styrodur proprement (bien perpendiculairement) au cutter à la même dimension.

3) découper un rectangle de plastique auto-collant de dimension suffisante

pour recouvrir une face et les champs du Styrodur en débordant d'au

moins 5cm sur la face opposée. Coller le plastique en commençant par la

face, sans bulles (facile). Faire les découpes nécessaires aux arêtes

des angles avant l'application sur les champs pour que cela tombe juste.

4) Coller le Gyproc sur le Styrdur avec du fix-all (un cordon à 3cm du bord et une croix à l'intérieur suffit amplement).

5) Tartiner le champs du Gyproc avec un cordon de fix-all et le lisser le

mieux possible avec le doigt. Ce n'est pas facile mais pas impossible).

On peut toujours le faire ne ndeux fois si il reste des toutes petites

parties blanches (sans fix-all).

Laisser sècher l'ensemble.

6) Peindre la face du Gyproc en noir (une peinture en bombe résistante à la chaleur me parait adaptée).

7) Coller le tapis sur le socle sur la face peinte. Un cordon de fix-all

sur le périmètre du tapis + un cordon au milieu suffisent (en fait là

ou c'est transparent, ça ne chauffe pas). Ne pas presser trop fort

permet de laisser un espace d'air entre le tapis et le socle, cela

augmente l'isolation.

Laisser bien sècher.

 

Il n'y a plus qu'à placer.

 

 

PS: Je ne me souviens pas bien du prix exact des

matériaux mais approximativement pour 8 supports: une grande plaque de

Gyproc (8€) + deux de Styrodur (6€X2) + un rouleau de plastique (5€) +

une cartouche de fix-all (10€) + une pochette de vis (2€) = 37€

Avec cela tu peux faire 8 chauffages. cela nous fait approximativement 5€/support + 19€/tapis + le transport (?€) = 24€/plafond.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici quelques astuces pour insonoriser son terrarium. Le résultat est plus que probant : les mesures au sonomètre indiquent que le volume sonore à l'intérieur du terrarium est divisé par 5 pour les sons de basse fréquence (moins de 440Hz - le "la" du diapason).

 

Apparemment, les arachnides ne seraient pas sensibles aux sons hautes fréquences (bien qu'il soit difficile de trouver des informations exactes sur leur seuil de perception). Or il est bon de savoir que les sons de basse fréquence se propagent mieux par la matière que par l'air (fait qui s'inverse au fur et à mesure que l'on monte dans les aigus). Nous allons donc :

 

 

•Créer des pieds de terrarium absorbant les vibrations :

Il s'agit de créer quatre "pieds" pour surélever le terrarium, pieds qui, placés au quatre coins, transmettrons aussi peu que possible les vibrations. Pour les grands terrariums (plus de 80cm de long), on peut envisager d'ajouter un cinquième pied au centre. Les pieds ne doivent pas forcément être très hauts, mais il doivent surélever le bac d'au moins 1,5cm, et être suffisamment larges pour assurer sa stabilité. Ils doivent être en matériaux relativement souples, de préférence composites. Le liège (compression d'écorces assez élastiques) est un excellent choix.

Le mieux : acheter des bouchons de bocaux en liège (pas cher en grand surface), à la fois larges et épais.

 

 

•Isoler le terrarium de son support :

Afin de rendre l'insonorisation plus efficace, on va minimiser le nombre de vibrations qui atteindront les pieds précédemment construits. Pour ce faire, les pieds seront posés sur une surface "molle", elle même posée sur le meuble (le tissu est un minimum).

Le mieux : un morceau de sopalin très absorbant bien plié, ou un morceau de coton épais (même si c'est sûr qu'esthétiquement, c'est pas vraiment ça...).

 

 

•Insonoriser le couvercle :

Les vibrations, en atteignant le couvercle du terrarium, vont se répercuter de façon croissante sur le bac du terrarium. pour l'éviter, il faut s'assurer qu'un matériaux silencieux fasse "tampon" entre le couvercle et le bac à tous les points de contact.

Le mieux : recouvrir le couvercle d'une couche de plastique caoutchouté (genre grand sac-poubelle noir). Attention : le plastique en lui même ne doit pas être bruyant lorsqu'il est froissé (comme les sacs en plastique distribués aux caisses des grandes surfaces par exemple).

 

Voilà, trois astuces simples et peu onéreuses pour améliorer la qualité de vie de nos protégés ! :P

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

voila une petite astuce abreuvoir pour vos racs d'elevage : pour blattes,grillons,rongeurs

 

abreuvoirs à oiseaux + bouteille en pet

tu perce le bouchon, tu le colle au fond de l'abreuvoir, et hop, t'as 50 cl d'autonomie à la place du petit tube... :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une petite astuce, sans risque, pour nettoyer les feuilles tachées par les brumisations dans les terrariums. Utiliser un papier ménage imbibé de lait, les feuilles seront brillantes et les locataires ne risqueront rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nettoyage du substrat :roll:

 

substrat composé d'écorce de pin très pratique car il peut être nettoyé 3 fois. la question est : comment faire pour que le nettoyage soit efficace ? Je vais vous communiquer ici ma méthode. Je remplie un tiers de seau du subtrat sale, en ayant pris soin d'enlever tous les excréments et les saletés apparente qui pouvaient si trouver. Je remplis le seau d'eau chaude dans lequel je met 1/10° de bétadine rouge. Je laisse tremper environ Un quart d'heure et ensuite je frotte le substrat dans l'eau avec mes mains.

Je prend ensuite une pelle dans laquelle je met des copeaux de bois que je rince abondamment. Ces copeaux sont ensuite mis dans un récipient et passer au micro onde environ 3 min à la puissance maximale. Je met ensuite les copeaux a séché avant de les remettre dans le terrarium.

Ce procédé est simple et efficace. Il ne prend pas trop de temps si tous les accessoires sont près.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour "masquer" les lampes interrieures, il y a aussi la technique des pots de fleur retournés, le trou au fon du pot servant a faire passer la douille

 

merci TO :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×