Aller au contenu
Néophyte absolut

Les espèces de crocodiliens

Messages recommandés

Le groupe des crocodiliens est composé par des animaux de grande taille, tous adaptés à la vie aquatique. C'est un groupe ancien, qui a peu évolué morphologiquement depuis des millions d'années. C'est le groupe actuel le plus proche de celui des oiseaux, et avec ces derniers, au même titre que les dinosaures et les ptérosaures, ils appartiennent au groupe des Archosauriens. En opposition aux serpents et lézards actuels qui appartiennent au groupe des Lépidosauriens (avec les sphénodons).

 

 

Il existe actuellement 23 espèces de crocodiliens regroupées dans 3 familles différentes :

les Alligatoridae, les Crocodylidae et les Gavialidae.

Certaines de ces espèces sont en voie de disparition dans leur milieu naturel, mais les fermes d'élevages créées pour exploiter le cuir de ces animaux ont paradoxalement sauvé quelques espèces (l'Alligator de Chine, par exemple). Les tailles maximales sont données à titre indicatif, mais les auteurs ne sont pas d'accord entre eux.

 

Comment souvent, il y'a de nombreux débats quant à la taxonomie de ce groupe, mais un certain consensus existe sur la classification suivante :

 

Famille des Alligatoridae :

Cette famille est composée des Alligators et des Caïmans.

4 genres et 8 espèces, toutes Américaines, à l'exception de l'Alligator de Chine.

 

* Alligator Cuvier, 1807.

 

o Alligator mississippiensis (Daudin, 1801) — Alligator d'Amérique.

Jusqu'à 6 mètres de long, on le retrouve uniquement dans le sud est des Etats Unis.

Annexe II de la CITES.

 

o Alligator sinensis Fauvel, 1879 — Alligator de Chine.

Jusqu'à 2 mètres de long, il est originaire de Chine, a proximité de la région de Shanghai.

Annexe I de la CITES.

 

* Caiman Spix, 1825.

 

o Caiman crocodilus (Linnaeus, 1758) — Caïman à lunettes.

Jusqu'à 2,7 mètres de long, il est originaire du nord de l'Amérique du sud, et d'une bonne partie de l'Amérique centrale.

Annexe II de la CITES sauf la sous espèce Caiman crocodilus apaporiensis originaire du sud est de la Colombie et qui est placé en annexe I.

 

o Caiman latirostris (Daudin, 1801) — Caïman à museau large.

Jusqu'à 3,6 mètres, son aire de répartition est plus au sud que celle du Caiman Crocodilus.

Annexe I de la CITES, sauf pour les populations présentes en en Argentine qui sont placées en annexe II.

 

o Caiman yacare (Daudin, 1801) — Jacara.

Jusqu'à 2,5 mètres, bien que certains annoncent 3 mètres. Il est originaire du centre de l'Amérique du sud.

Annexe II de la CITES.

 

* Melanosuchus Gray, 1862.

 

o Melanosuchus niger (Spix, 1825) — Caïman noir.

Cette espèce pourrait dépasser 6 mètres. Il est originaires de toute la partie équatoriale de l'Amérique du sud, essentiellement le bassin amazonien.

Annexe I de la CITES, sauf la population de l'Equateur qui est placée en annexe II.

 

* Paleosuchus Gray, 1862.

 

o Paleosuchus palpebrosus (Cuvier, 1807) — Caïman nain de Cuvier.

Cette espèce ne dépasserait pas les 160 cm à l'âge adulte. Il est présent dans tout le nord de l'Amérique du sud, à l'exception et l'ouest des Andes.

Annexe II de la CITES.

 

o Paleosuchus trigonatus (Schneider, 1801) — Caïman de Schneider.

Jusqu'à 2,2 mètres. Il est originaire du nord de l'Amérique du sud.

Annexe II de la CITES.

 

 

Famille des Crocodilidés :

Cette famille comporterait 2 genres pour 13 espèces. Mais le faux gavial de Malaisie (Tomistoma schlegelii) est souvent intégré à cette famille, bien que des données moléculaires récentes semblent rapprocher cette espèce à la famille des Gavialidae.

On retrouve les membres de cette famille majoritairement en Afrique, mais aussi en Asie, Australie et Amérique.

Contrairement aux membres de la famille des Aligatoridés, chez les Crocodilidés, certaines dents de la mâchoire inférieure sont visibles quand les animaux ont la bouche fermée.

 

* Crocodylus Laurenti, 1768.

 

o Crocodylus acutus Cuvier, 1807 — crocodile américain.

Cette espèce dépasserait 6 mètres, même 7 selon certains auteurs. On le retrouve dans de nombreuses régions bordant la mer des Caraïbes, ainsi que de nombreuses îles, dont la Martinique.

Annexe I de la CITES, sauf la population de Cuba qui se trouve en annexe II depuis début 2005.

 

o Crocodylus cataphractus Cuvier, 1825 — faux-gavial d'Afrique ou crocodile à nuque cuirassée.

Jusqu'à 4 mètres. On retrouve ce crocodile en Afrique équatoriale et dans le sud de l'Afrique de l'Ouest.

Annexe I de la CITES.

 

o Crocodylus intermedius Graves, 1819 — crocodile de l'Orénoque.

De 6 à 8 mètres au maximum selon les auteurs. On retrouve cette espèce en Colombie et au Venezuela.

Annexe I de la CITES, il ne resterait que 250 spécimens dans la nature.

 

o Crocodylus johnstoni Krefft, 1873 — crocodile de Johnston.

Cette espèce ne dépasserait pas les 2,5 mètres. C'est un petit crocodile originaire du nord de l'Australie, mais qui reste rare à proximité des côtes en raison de la salinité des eaux, et de la présence de Crocodylus porosus.

Annexe II de la CITES.

 

o Crocodylus mindorensis Schmidt, 1935 — crocodile des Philippines.

Cette espèce pourrait atteindre les 3 mètres. Il est présent sur de nombreuses îles des Philippines, mais pas sur toute. Et pour cause, il ne resterait que 250 spécimens dans la nature.

Annexe I de la CITES.

 

o Crocodylus moreletii Duméril and Bibron, 1851 — crocodile de Morelet ou crocodile d'Amérique centrale.

On ne retrouve cette espèce que dans le sud ouest du Mexique, au Guatemala et au Belize. Elle atteindrait jusqu'à 4 mètres de long.

Cette espèce est placée en annexe I de la CITES en raison de la fragmentation importante de ces populations.

 

o Crocodylus niloticus Laurenti, 1768 — crocodile du Nil.

Cette espèce est présente dans presque toute l'Afrique sub-saharienne, y compris sur la frange ouest de Madagascar. Il existe 7 sous espèces différentes, mais la biologie moléculaire pourrait élever certaines d'entre elles aux rang d'espèces. Sa taille maximale serait de 6 mètres.

Son statut de protection ne dépends pas des sous espèces, mais des différents pays où on le retrouve.

Les populations des pays suivants son en annexe II de la CITES : Afrique du sud, Botswana, Ethiopie, Kenya, Malawi, Mozambique, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe. Pour les autres pays, cette espèce est placée en annexe I de la CITES.

 

o Crocodylus novaeguineae Schmidt, 1928 — crocodile de Nouvelle-Guinée.

Jusqu'à trois mètres. On retrouve cette espèce dans toute la Papouasie Nouvelle Guinée, mais paradoxalement, pas dans les îles alentours.

Espèce placée en annexe II de la CITES.

 

o Crocodylus palustris Lesson, 1831 — crocodile des marais.

Jusqu'à 5,5 mètres. Cette espèce est originaire du sous continent Indien, qu'il occupait presque entièrement et des quelques pays environnants (Iran, Pakistan, Bengladesh, Birmanie).

Annexe I de la CITES.

 

o Crocodylus porosus Schneider, 1801 — crocodile à double crête ou crocodile de mer.

Le crocodile marin a une aire de répartition très importante, des Philippines au Nord à la côte Nord de l'Australie au sud, des îles Vanuatu à l'est, au golf du Bengale et au Sri Lanka à l'ouest. Cette espèce pourrait atteindre 10 mètres, ce qui en fait le plus grand des crocodiliens actuels.

Il est placé en annexe II de la CITES pour les populations d'Australie, d'Indonésie, et de Papouasie Nouvelle Guinée.

Annexe I de la CITES pour les autres pays.

 

o Crocodylus rhombifer Cuvier, 1807 — crocodile de Cuba.

Ce crocodile est originaire de deux petites zones de l'île de Cuba. Il mesurerait jusqu'à 5 mètres.

Cette espèce est placée en annexe I de la CITES.

 

o Crocodylus siamensis Schneider, 1801 — crocodile du Siam.

3,5 mètres maximum. On retrouve cette espèce sur les îles de Bornéo, Java et sur une grande partie de l'Indochine à l'exception de la péninsule Malaise.

Placé en annexe I de la CITES.

 

* Osteolaemus Cope, 1861.

 

o Osteolaemus tetraspis Cope, 1861 — crocodile nain ou crocodile à front large.

Jusqu'à 180 cm. On retrouve cette espèce dans toute l'Afrique équatoriale, et dans le sud de l'Afrique de l'ouest.

Cette espèce se trouve en annexe I de la CITES.

 

Famille des Gavialidés :

Cette famille comporterait deux espèces, placées dans deux genres différents.

Les animaux de cette famille sont faciles à reconnaître, ils possèdent un museau très long et fin par rapport aux autres espèces de crocodiliens, certainement en raison de leur régime alimentaire, essentiellement composé de poissons.

 

* Gavialis Oppel, 1811.

 

o Gavialis gangeticus (Gmelin, 1789) — gavial du Gange.

Originaire d'Inde et du Pakistan, on retrouve cette espèce dans le bassin de quatre rivières : l'Indus, le Ganges, le Brahmapoutre et le Mahanadi. Cette espèce pourrait atteindre 7 mètres.

Placé en annexe I de la CITES, il ne resterait que 2500 individus dans la nature.

 

* Tomistoma Müller, 1846.

 

o Tomistoma schlegelii (Müller, 1838) — faux-gavial de Malaisie.

Souvent rattaché a la famille des Crocodilidés, on retrouve cette espèce à Bornéo, Sumatra et dans la péninsule Malaise (jusqu'au sud de la Thaïlande et de la Birmanie). Certains individus pourraient atteindre 5,5 mètres.

Annexe I de la CITES.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà ce que j'avais fait en collaboration avec un ami coauteur: http://lefebvre.jeremie.free.fr/systematique/crocodiliens.htm

 

Essentiellement, le classement du faux gavial d'afrique dans le genre Mecistops est LA différence....il y a un graphique de parenté honteusement pompé de reptiledatabase au-dessus...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chouette ! Des photos du porosus qui traine dans ta salle de bain néo ? :D

Par contre, tu voit pas un peu grand pour les tailles ? Me semblais pas que ça devenait aussi grand, j'aurais dit 7 ou 8 m grand max pour les porosus par exemple...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les tailes maximum, je donne les records, attention :wink:

 

C'est comme chez l'homme, le record est à 272 cm, je pense qu'on est tous très loin de faire cette taille :wink:

(Après je pense que chez les crocodiliens, les records sont un peu moins éloignés de la moyenne :) ).

 

Pour le porosus, il y'aurait des preuves indirectes d'animaux mesurant 10m sur l'île de Borneo (traces), après, vous dire exactement de quoi il en retourne, j'aurai bien du mal :lol:.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×