Aller au contenu
kinyo

Avis : Cohabitation chez le genre Poecilotheria ?

Messages recommandés

Voilà, il y a quelques années sur un forum aujourd'hui fermé, j'avais vu des photos attestant de la cohabitation de plusieurs spécimens de Poecilotheria rufilata du premier stade jusqu'à l'age adulte, sans cas d'agression ni cannibalisme.

 

Après quelques recherches, j'ai pu voir que seulement certaines espèces de Poecilotheria se prêtent à une cohabitation pacifique, telle que la P. rufilata ou la P. regalis, d'autre comme la P. ornata ne s'y prêtent apparemment pas lorsqu'elles deviennent adultes.

 

La semaine dernière je suis tombé sur ce genre de vidéo sur Youtube :

===> http://www.youtube.com/watch?v=91n87OjH7j0

===>

===>

 

Depuis que j'en avais entendu parlé, j'ai toujours eu envie de tester l'expérience, mais je préfère que ça ne tourne pas en bain de sang.

 

J'aimerais donc savoir si certains sur ce forum ont déjà tenté l'expérience où on déjà entendu des échos de sources sûr, à savoir, quelles sont les conditions sinequanone pour qu'une cohabitation de Poecilotheria puisse se faire sans dommage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai maintenu ensemble de la naissance jusqu'à la taille de 8 à 10 cm d'envergure, des regalis et des rufilata issues du même cocon, par groupes de 10 ou 15. Je n'ai jamais tenté avec des ornata parce que j'ai lu moi aussi que le résultat était à peu près garanti et pas forcément plaisant. J'aurais dû essayer, on ne risque pas grand-chose à jouer une dizaine d'araignées sur les 100 ou 200 qui sortent du paquet.

Le résultat est que ça se passe pas trop mal, il arrive un "accident" de temps en temps mais ce n'est pas l'hécatombe. Il est bien évident que des proies doivent être disponibles en permanence ; j'utilisais des Nauphoeta, parce que d'une part elles sont plus faciles à élever que les grillons même si ce n'est pas déterminant pour cette expérience, mais surtout parce qu'elles sont plus résistantes et survivent plus longtemps dans une atmosphère saturée d'humidité, et parce qu'elles ne s'attaquent pas aux mygales en mue contrairement aux grillons. Par contre, comme on ne peut pas contrôler qui bouffe combien comme en claustration, il y a inévitablement des animaux qui grandissent plus que d'autres (et chez les Poecilotheria l'écart se creuse vite), et quand on arrive à voir cohabiter dans la même boîte des mygales de 10 cm et d'autres de 3 cm, on commence à voir les premiers "accidents". Sans compter le fait qu'ouvrir le faunabox pour les soins courants avec une dizaine de saloperies aussi rapides que venimeuses qui courent dans tous les sens n'est pas des plus confortables... Le lâcher de blattes hebdomadaire déclenche par contre une boucherie innommable qu'il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie de mygaleux.

A tenter, le grand terrarium (genre cube de 60 cm) avec ouverture sur le devant et pourvu de nombreuses cachettes, et cinq ou six araignées adultes de tailles comparables. Mais bien sûr, il vaut mieux pour ce faire les avoir fait naître que les avoir achetées, ça coûte moins cher si on se ramasse...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout ce que tu dis concorde sauf les nombreuses cachettes, après en avoir parlé avec un mygaleux qui a tenté l'expérience aussi, lui me disait que le mieux était de ne pas proposer de cachette, ou une seule de grande taille, ceci afin que les mygales ne puissent fatalement pas s'isoler du groupe et qu'ainsi aucun comportement de défense de leur micro territoire ne se fasse. A voir donc...

 

En faite ce vieux projet à resurgit dans ma tête en promenant mon chien, j'ai trouvé un ENORME tronc creux dans un prés. Le tronc creux en forme de coude mesure 130cm de long (il tient à la verticale, donc 130cm de haut), 40cm de large ci ce n'est plus et le diamètre à l'intérieur est d'au moins 20/25cm. Il est creux et entièrement fermé depuis sa base jusqu'à 65cm de hauteur, le reste du tronc est ouvert jusqu'en haut. installé dans un terrarium sur mesure, celui-ci devra mesurer 60X60cm de base et 130cm de haut donc. De quoi maintenir un groupe plutôt énorme de Poecilotheria si on en croit la densité de mygale visible sur les vidéo que j'ai posté dans un espace ridiculement petit (sauf si l'espace ridiculement petit fait parti des conditions à la cohabitation)

 

Bref je m'emballe, je compte plus simplement me procurer quelques jeunes Poecilotheria regalis (car je ne possède que de la rufilata mais esthétiquement je préfère la regalis... et la metallica mais ça n'est pas à l'envergure de mon porte-monnaie :lol: ) et essayer de les reproduire afin de tenter l'expérience sur mes propres cocons. D'ailleurs à ce sujet, je n'ai jamais tenté la reproduction de Poecilotheria, sais-tu si la regalis est facile à reproduire ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sais-tu si la regalis est facile à reproduire ?

 

Très facile, tout comme rufilata et ornata d'ailleurs, j'ai fait les trois plusieurs fois.

 

Ca vaut encore des sous, ça, metallica ? Très classiquement, quand une nouvelle espèce un peu spectaculaire arrive sur le marché, il y a toujours un renard (ou autre terminaison en -ard) pour vendre des bébés à des pigeons pour une fortune. Lorsqu'il s'agit comme ici d'un truc facile à faire pousser, qui grandit vite et qui se reproduit comme du lapin, et que deux ans plus tard les pigeons inondent le marché de milliers de mygalons, la bestiole ne vaut plus rien. C'est exactement ce qu'il s'est passé il y quinze ans avec Poecilotheria rufilata : ce brave Philip CHARPENTIER avait à l'époque vendu des araignées qu'il avait ramenées d'Inde 5000 FF (!), combien ça vaut, aujourd'hui, un bébé ruf ? 5 € ? Le monde de la mygale aurait-il donc tant changé que ça ?

 

Plutôt que d'acheter ces araignées et de les mettre ensemble, je te suggère de te procurer 5 à 10 mygalons, histoire d'avoir au moins une femelle dans le tas, de les faire pousser séparément, et de les mettre en repro (ce qui implique de sexer aussitôt que possible, afin de pouvoir faire grandir les femelles plus vite et qu'elles soient prêtes à temps quand les mâles seront adultes) pour tenter la cohabitation avec ta propre production. Ca ne fait pas bien longtemps à attendre, ces mygales sont adultes en 18 mois. Et c'est quand même mieux que d'acheter des bêtes pour se les faire bouffer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est exactement ce que je comptais faire, et oui pour la croissance j'ai constaté ça, 17cm à l'age d'un an et demi pour ma rufilata, actuellement elle a deux ans et elle est à 22cm d'envergure.

 

A l'époque, mon ornata a atteint 15/16cm en moins d'un an aussi ! ça change des Brachypelma :D

 

Pour ce qui est de P. metallica, je pense très certainement que le mygalon ne coûte plus 300Euro comme à son arrivé sur le marché, mais cette mygale garde pour elle une certaine perfection esthétique... Un peu comme l'azureus chez les dendrobates.

 

Bon bha je te remercie pour tous tes renseignements, et y'a plus qu'à comme on dit :-D Seul bémol, depuis 2004 j'ai perdu contact avec beaucoup d'éleveur de mygales Français, donc désormais je compte plus sur les bourses pour dénicher ce que je cherche, ce sera Hamm, ou un bourse Belge ou Hollandaise quand l'occasion se présentera. A moins que tu ne connaisses quelqu'un qui reproduise de la Poecilotheria en France, dans ce cas tu peux me joindre ses coordonées en MP ? :wink:

 

Encore merci, j'espère mener ce projet jusqu'au bout !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour a tout le monde,

 

Pour ma part j avais une cohabitation de 6 Poécilothéria subfusca highland form jusqu au stade sub sub adulte et jamais eu des probleme de cannibalisme ou autre et je les ai individualliser car les terra commençeait a etre vraiment petit car je les avait dans un 25x25x40 et si javais u plus grand je les aurai bien laisser jusqu au stade adulte ensemble.

 

Arnaud.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous

 

Toutes les especes du genre Poecilotheria cohabitent plus ou moins bien selon les especes.

Je confirme que ornata s'entre dévorent dès le stade d'indépendance tout comme smithi et sp bara. Striata a tendance à faire du ménage dès qu'elles atteignent les 2 ou 3 cm de corps. Aucun soucis rencontré avec les autres espèces. A noté que metallica s'entre dévorent entre les stades L2 et L3 et se tolèrent admirablement bien dès le stade d'indépendance

 

Pour ma part j avais une cohabitation de 6 Poécilothéria subfusca highland form jusqu au stade sub sub adulte et jamais eu des probleme de cannibalisme ou autre et je les ai individualliser car les terra commençeait a etre vraiment petit car je les avait dans un 25x25x40 et si javais u plus grand je les aurai bien laisser jusqu au stade adulte ensemble.

salut Arno

Bien évidemment ton expérience m'interesse, peux tu nous en dire un peut plus? Quels étaient leur comportement comparés à des individus individualisés ? De quelle souche provenait tes individus ?

@+

Pascal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le moment le seul point sur lequel je m'interroge, c'est la taille et l'agencement du terrarium pour une bonne cohabitation car pour le moment, d'après les échos de mygaleux et les photos/vidéos que j'ai trouvé, tous sans exception tendent à montrer qu'un espace exiguë et sans cachette où avec une cachette commune serait la méthode la plus fiable pour que chaque individus ne développe pas un comportement d'individualisme sur un micro territoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ca vaut encore des sous, ça, metallica ? Très classiquement, quand une nouvelle espèce un peu spectaculaire arrive sur le marché, il y a toujours un renard (ou autre terminaison en -ard) pour vendre des bébés à des pigeons pour une fortune. Lorsqu'il s'agit comme ici d'un truc facile à faire pousser, qui grandit vite et qui se reproduit comme du lapin, et que deux ans plus tard les pigeons inondent le marché de milliers de mygalons, la bestiole ne vaut plus rien. C'est exactement ce qu'il s'est passé il y quinze ans avec Poecilotheria rufilata : ce brave Philip CHARPENTIER avait à l'époque vendu des araignées qu'il avait ramenées d'Inde 5000 FF (!), combien ça vaut, aujourd'hui, un bébé ruf ? 5 € ? Le monde de la mygale aurait-il donc tant changé que ça ?

 

:roll:

 

Le fait est que P. Metallica est depuis longtemps sur le marché et qu'elle à toujours été chère.

 

C'est une espèce qui est très loin de se reproduire comme "du lapin", et le marché est très loin d’être inondé par le spécimen …

 

La valeur d’une chose est celle que chacun attribut lui-même à cette chose, le prix n’est qu’une simple résultante de la demande. N’est pas forcément un pigeon, la personne prête à payer plus que tu ne le serais pour une même chose.

 

De plus, environ 10 spécimens seulement atteignent la maturité sur un cocon de P. Metallica, combien de dizaines chez P. rufilata ? Il est donc logique que l’espèce soit plus chère car pour le même investissement de temps et d’effort (sans compter l’investissement de base pour le couple reproducteur bien plus conséquent que pour d’autres espèces) beaucoup moins d’animaux arrivent à maturité.

 

Trouve-moi quelqu’un qui vend de la P. Metallica à 5€ le mygalon, je suis preneur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
De plus, environ 10 spécimens seulement atteignent la maturité sur un cocon de P. Metallica

 

Je connais quelqu'un qui n'a perdu quasiment aucun juvéniles (peut être 2/3 au tout début) sur son dernier cocon, résultat plus de 80 sub adultes ou adultes de cette magnifique Poecilotheria. Du coup on se pause la question de sa réelle fragilité... Certes il y a de la casse mais après c'est pas non plus une hécatombe.

 

@+

Dyon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
De plus, environ 10 spécimens seulement atteignent la maturité sur un cocon de P. Metallica

 

Je connais quelqu'un qui n'a perdu quasiment aucun juvéniles (peut être 2/3 au tout début) sur son dernier cocon, résultat plus de 80 sub adultes ou adultes de cette magnifique Poecilotheria. Du coup on se pause la question de sa réelle fragilité... Certes il y a de la casse mais après c'est pas non plus une hécatombe.

 

@+

Dyon

 

Respect :shock:

 

La seule personne que je connais qui a tante a vu la femelle manger les deux cocons qu'elle avait faits avec deux males différents ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui respect comme tu dis :

 

Après pour l'expérience de ton ami, peut être que les oeufs n'étaient pas fécondés... Cela arrive parfois, peut être la 3eme tentative sera la bonne :wink:

 

@+

Dyon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je connais quelqu'un qui n'a perdu quasiment aucun juvéniles (peut être 2/3 au tout début) sur son dernier cocon, résultat plus de 80 sub adultes ou adultes de cette magnifique Poecilotheria. Du coup on se pause la question de sa réelle fragilité... Certes il y a de la casse mais après c'est pas non plus une hécatombe.

 

J'ai aussi vu de belles réussite sur un forum de migaleux, mais je reste d'avis avec Mathieu68, d'après ce que j'ai lu, tout le monde n'y arrive pas aussi bien et comme personne n'a encore publié de recette miracle concernant la repro, le prix reste élevé. En même temps, à ce prix là, on comprends pourquoi ceux qui y arrivent ne dévoilent pas leur méthodes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bha je doute que la nature est fait une fausse note, apparemment contrairement à d'autres Poecilotheria, cette espèce est plus sensible à une humidité excessive qui provoquerait énormément de casse dans le cocon lors de la première mue... et bien sûr, le contraire à le même impact aussi.

 

Et puis, les températures sont beaucoup moins aléatoires que chez d'autres espèces du genre également, sans quoi, c'est l’hécatombe chez les larves...

 

Ce qui est certain c'est que pour reproduire cette espèce les paramètres doivent être respectés avec plus de rigueur que pour d'autres, un peu comme le viridis chez les ophidiens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je confirme, cette espèce est difficile à reproduire. Il n'y a aucun soucis pour l'accouplement, un peu plus pour obtenir la ponte et un vrai challenge pour pas que la mère ne dévore son cocon, puis viens l'incubation ou les larves s'entre dévorent au stade L2 et L3. Une fois toutes ses étapes franchit, il n'y a plus aucun soucis car cette espèce est la plus solide du genre Poecilotheria, elle grandit tres vite, peu grandir en communauté, une pur merveille.

 

Quelques photos d'un de mes accouplements de cette espèce

 

La femelle

pmetallica.jpg

 

introduction du mâle dans le terra de madame

img2738m.jpg

 

et enfin l'accouplement

img2747dq.jpg

 

A savoir que les tourtereaux peuvent cohabiter de nombreuses semaines

 

En même temps, à ce prix là, on comprends pourquoi ceux qui y arrivent ne dévoilent pas leur méthodes.

 

la méthode se trouve derriere cette fiche d'élevage que j'ai publié ici http://amygalement.forumactif.net/t2104 ... -metallica mon ami JMV y a apporté des compléments d'informartions :wink:

 

@+

Pascal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×